Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский

es espèces inscrites en Annexes de la CITES comprennent actuellement environ 100 espèces de poissons, mollusques et échinodermes faisant l'objet d'une exploitation commerciale, comprenant entre autres:

  • l'anguille d'Europe, Anguilla anguilla (2007 – Annexes II)
  • le poisson-scie, Pristidés (2007 – Annexes I à part une espèce inscrite en Annexes II)
  • le napoléon, Cheilinus undulatus (2004 – Annexes II)
  • la datte lithophage de Méditerranée, Lithophaga lithophaga (2004 - Annexes II)
  • le requin blanc, Carcharodon carcharias (2004 - Annexes II)
  • le concombre de mer, Isostichopus fuscus (2003 – Annexes III)
  • le requin pélerin, Cetorhinus maximus (2002 – Annexes II)
  • le syngnathe et l'hyppocampe, Hippocampus spp. (2002 – Annexes II)
  • le requin baleine, Rhincodon typus (2002 – Annexes II)
  • l'esturgeon et le poisson spatule, Acipenseriformes (1997 – Annexes II à part les 2 espèces de l'Annexes I)
  • le strombe rose des Caraïbes, Strombus gigas (1994 – Annexes II)
  • le tridacne géante, Tridacnidae (1983 – Annexes II)

La CITES a aussi un impact significatif au niveau de certaines autres espèces importantes en dehors des poissons telles que les espèces ciblées par les activités de collecte ou les captures accessoires. Par exemple, un certain nombre d'espèces de cétacés sont listées en Annexes I, de même que toutes les espèces de tortues marines.

L'implication croissante de la CITES durant la CdP de 1997 concernant les espèces aquatiques exploitées par les pêcheries a fait naître différentes préoccupations des pays membres de la FAO sur l'application de la Convention concernant les espèces aquatiques faisant l'objet d'une exploitation commerciale. Les discussions thématiques lors des réunions du COFI et COFI-FT ont par exemple montré un manque flagrant de consensus entre les pays sur les avantages de la CITES en tant qu'instrument d'appui à la gestion traditionnelle des pêches, la protection et promotion de ressources marines durables. Les pays, d'un autre côté, sont généralement d'accord sur la nécessité d'accroître les intrants des organisations de pêche des pays avec l'élaboration de propositions d'inscriptions d'espèces concernant les stocks de poissons et que la FAO évalue ces dites propositions.
Un autre besoin particulièrement ressenti est la définition de critères et lignes directrices pour les inscriptions d'espèces en Annexes de la CITES pour rendre compte des caractéristiques spécifiques des ressources aquatiques. Suite à ces discussions, un plan de travail substantif de la FAO sur la CITES et les espèces aquatiques faisant l'objet d'une exploitation commerciale a été approuvé par la Vingtième Session du COFI en 2003.

 
Powered by FIGIS