Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский

Le commerce du poisson se pratique couramment dans toutes les sociétés depuis la nuit des temps. Lorsque les pêcheurs rentrent avec plus de poisson qu’il n’en faut pour couvrir leurs propres besoins, ils échangent généralement leur excédent contre d’autres biens et services. Les ressources halieutiques sont très inégalement réparties dans le monde. Certains endroits ont des ressources abondantes et très supérieures aux besoins des populations locales, alors que d’autres n’ont même pas un accès direct à ces ressources. Le commerce s’avère donc essentiel pour redistribuer le poisson autour du globe, en prenant en compte toute la chaine de commercialisation.

Les moyens d’existence des pêcheurs ont toujours dépendu dans une large mesure du commerce, même s’ils pratiquent leur activité à des fins de subsistance. Le commerce international du poisson se développe très rapidement depuis quelques décennies. On estime que 45% des captures mondiales font aujourd’hui l’objet d’un commerce international. Le recours généralisé à la réfrigération ainsi que l’amélioration des transports et des communications ont favorisé une expansion rapide des échanges.

Selon la théorie du commerce international, le commerce libre et sans entraves permet d’optimiser les avantages des ressources halieutiques, pour l’ensemble de l’humanité. Le concept de libre-échange dans le secteur des pêches est cependant violemment contesté en raison de l’existence d’obstacles tarifaires et non tarifaires au commerce et d’autres facteurs qui créent des distorsions, comme les subventions. Les bonnes pratiques commerciales dépendent de l’échange d’informations et de la possibilité d’y accéder .

Des cadres importants régissant le commerce des produits de la pêche ont été mis en place. Des règles commerciales internationales ont vu le jour à l’issue de plusieurs cycles de négociations commerciales au titre de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT). Le dernier en date, le Cycle d’Uruguay de 1994, a institué l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et un certain nombre d’accords importants en rapport avec les pêches ont été conclus. Le Comité des pêches de la FAO a un Sous-Comité du commerce du poisson qui sert de tribune intergouvernementale pour des consultations sur des aspects techniques et économiques du commerce du poisson et des produits de la pêche.

 
Powered by FIGIS