Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский

Les échanges commerciaux formels et informels de poisson et de produits de la pêche sont intenses, que ce soit à l'échelle locale ou nationale. Les législations et réglementations nationales régissent le commerce officiel au sein d'un pays. C'est cependant à l'échelle internationale que le commerce du poisson et des produits de la pêche fait aujourd’hui débat.

Au fil des siècles, les États, soucieux d'occuper une position plus avantageuse que leurs concurrents sur les marchés, ont mis en place des tarifs douaniers et des obstacles non tarifaires au commerce. Ce faisant, ils augmentent les coût assumés par les autres États pour échanger leurs produits sur leurs marchés. Les partenaires commerciaux s'efforcent de rétablir l'équilibre en imposant à leur tour des obstacles au commerce. Au bout du compte, le processus concurrentiel qui revient à augmenter les obstacles au commerce ne fait qu'accroître les coûts pour les consommateurs et, en règle générale, ne place aucun État en position privilégiée par rapport aux autres. Le constat selon lequel il serait possible de renforcer les échanges commerciaux si l'on disposait d'un ensemble de règles a débouché sur l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), conclu en 1947, qui a institué l'Organisation mondiale du commerce (OMC en 1995). Les accords conclus dans le cadre des négociations du Cycle d’Uruguay (1986-94), qui prévoyaient une révision approfondie du premier GATT, forment le corpus de règles commerciales en vigueur aujourd'hui. Plusieurs de ces accords s'appliquent au commerce international du poisson et des produits de la pêche.

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d'extinction (CITES) régit le commerce des espèces sauvages menacées. Même si peu d'espèces aquatiques figurent sur les listes de la CITES, il a été question de renforcer le rôle de la CITES dans le domaine des ressources exploitées par le secteur des pêches dans les océans et les grandes masses d'eau douce. Le bien-fondé des critères utilisés par la CITES pour ses listes a été remis en question et la FAO étudie le problème, en consultation avec la CITES.

 
Powered by FIGIS