Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский
Les régions côtières sont des zones écologiquement sensibles qui jouent un rôle critique dans la dynamique des écosystèmes marins.
Les régions côtières sont des zones écologiquement sensibles qui jouent un rôle critique dans la dynamique des écosystèmes marins.

Généralités

Les écosystèmes marins, dont dépendent les pêches, incluent les zones d’eaux côtières et de haute mer, les océans tropicaux et polaires, y compris quelques zones de mer semi-fermée ou fermée. Ils comprennent l’embouchure des bassins fluviaux et leurs panaches, baies, estuaires et lagunes, coraux et autres récifs, plateaux et talus continentaux, ainsi que leurs zones d’upwelling.

Les Grands écosystèmes marins (GEM) sont des zones océaniques relativement vastes (200 000 km2 ou plus) caractérisées par une bathymétrie, une hydrographie et une productivité distinctes et par des populations trophiquement dépendantes.

Tous les écosystèmes, vierges ou exploités, sont dynamiques et soumis à des variations naturelles (cycliques et imprévisibles) d’origine environnementale. Ces changements varient considérablement, tant par leur fréquence que par leur amplitude. Plus ils sont fréquents et importants, plus leurs conséquences sont grandes pour la productivité et la gestion des pêcheries. Cette variabilité naturelle ne fait qu’accroître l’incertitude qu’il convient de prendre en compte lorsque l’on gère l’exploitation des ressources d’un écosystème. La résilience de l’écosystème aux effets de l’activité humaine (c’est-à-dire sa capacité de récupération face à une grave perturbation) varie en fonction de ces changements.

Le phénomène d'oscillation australe El Niño a une importance particulière. Ce phénomène climatique régional qui se produit naturellement résulte des interactions complexes entre la surface de l’océan et l’atmosphère dans le secteur tropical de l’océan Pacifique. Les courants El Niño (chaud) et La Niña (froid) sont des phases extrêmes du cycle ENSO. Il est désormais reconnu que le phénomène ENSO a un impact sur l’ensemble de la planète.

 
Powered by FIGIS