FAO.org

Accueil > Mécanisme multidonateurs flexible (FMM) > Contexte
Mécanisme multidonateurs flexible (FMM)

LE MECANISME A PERMIS D’APPORTER UNE AIDE AUX

Petits exploitants dans les pays en développement à faible revenu
Smallholders in LIDCs
Petits États insulaires en développement
Small Island Deloping States (SIDS)
Pays en situation de fragilité
Countries in vulnerable situation

En quoi consiste le Mécanisme multidonateurs flexible?

Depuis 2010, le Mécanisme multidonateurs flexible est le principal mécanisme de financement commun destiné aux partenaires de la FAO qui souhaitent contribuer à un financement souple de l’Organisation. Il a permis à la FAO de mettre à l’essai et/ou de faciliter la transposition à plus grande échelle d’initiatives de développement novatrices ayant fait leurs preuves au niveau mondial, régional ou national. Des moyens de financement souples sont indispensables pour pouvoir relever rapidement et efficacement les défis du développement. Le Mécanisme a permis d’investir dans de nouvelles approches et dans de nouvelles pratiques, et de renforcer les moyens qui permettent d’aider les femmes et les hommes des communautés rurales à faire face aux enjeux immédiats. Dans le même temps, il a eu un impact à l’échelle mondiale grâce à l’élaboration et à la diffusion de produits axés sur les connaissances.

Contribution du Mécanisme aux Programmes stratégiques de la FAO

Quel est le rôle du Mécanisme multidonateurs flexible dans la construction d’un monde durable et libéré de la faim?

Le Mécanisme multidonateurs flexible a contribué à l’élaboration de solutions novatrices pour les agriculteurs et les producteurs d’aliments et a aidé ces acteurs à gérer les nouvelles priorités. En outre, les projets financés par le Mécanisme ont permis de lever des fonds supplémentaires, encouragé les approches intersectorielles et favorisé de nouveaux partenariats – trois conditions nécessaires à la concrétisation des objectifs de développement durable (ODD). Les résultats sont nombreux: assimilation et expérimentation de nouvelles pratiques agricoles, adoption de politiques et de stratégies, mise en place de plateformes stratégiques intersectorielles et renforcement des capacités sur un large éventail de sujets et dans divers pays.

En quoi les fonds communs sans affectation sont-ils importants?

En 2013, les ressources non essentielles représentaient 75 pour cent des ressources totales du système des Nations Unies pour le développement, contre 56 pour cent en 1998. Cela a une incidence sur les budgets, les partenariats et les projets.

Il convient d’inverser la tendance à la réduction continue des ressources essentielles, à la progression des fonds réservés et aux pratiques de financement imprévisibles et à court terme. Il est nécessaire d’injecter davantage de fonds dans la programmation conjointe et d’autres mécanismes de financement, comme le Mécanisme multidonateurs flexible, qui sont axés sur les résultats plutôt que sur les projets et encouragent la collaboration au lieu de favoriser une concurrence infructueuse.