Sécurité sanitaire et qualité des aliments
 > Food > Développement des capacités > Bonnes pratiques d’hygiène et HACCP
 

Bonnes pratiques d’hygiène et HACCP

Processing dates for export in Namibia - © FAO / M. Namundjebo
Traitement de dattes de Namibie dédiées à l’export

Tous les consommateurs ont le droit d'attendre et d’exiger une nourriture saine et de bonne qualité.

Un bon fonctionnement du commerce international et domestique et une agriculture durable dépendent d’un approvisionnement d’aliments sains répondants aux exigences qualité de l’acheteur.

Les entreprises de l’agroalimentaire doivent répondre à ces exigences en fournissant des aliments sains. Pour y parvenir, elles doivent mettre en place des systèmes de contrôle sanitaire et de qualité tout au long de la chaîne alimentaire. Ces systèmes se composent notamment des Bonnes pratiques d’hygiène (BPH), de bonnes pratiques agricoles (BPA), de bonnes pratiques de fabrication (BPF), les systèmes d’analyse de risques et points critiques pour leur maîtrise (HACCP) et les systèmes fondées sur l’HACCP.

Toutes les entreprises, et principalement les petites entreprises de pays en développement, connaissent des difficultés à mettre en place des plans de maitrise sanitaire qui correspondent aux objectifs internationaux. Notre groupe de sécurité sanitaire et de qualité des aliments encourage l’usage de ces derniers par les entreprises agroalimentaires, dans la lignée de ce que préconise les codes d'usages, directives et recommandations du Codex Alimentarius.

En collaboration avec des acteurs internationaux, nationaux et locaux, appartenant tant au secteur public que privé, nous travaillons dans les pays en développement pour:

  • favoriser la mise en œuvre des bonnes pratiques d’hygiène à toutes les étapes de la chaîne alimentaire, et le recours au système HACCP
  • favoriser le développement durable des capacités et systèmes par les établissements nationaux (privés et publics) afin de garantir l’apport et l'adaptation de l'assistance technique dans le pays;
  • développer des outils et du matériel de formation pour parvenir à ces objectifs, en appui aux programmes nationaux de formation, de manière à renforcer les chaînes alimentaires importantes et promouvoir des codes d’usage spécifiques au secteur.