Nutrition
 
  • Emergency Assistance to vulnerable households in Darfur©FAO/Jose Cendon
  • A resident transporting a stalk of bananas©FAO/Prakash Singh
  • A woman taking a break from sweeping the floor of a warehouse©FAO/Ami Vitale

Les catastrophes naturelles comme les inondations, les sécheresses et les tremblements de terre, ou les situations d’urgence complexes comme les conflits armés et les crises économiques ont des répercussions néfastes sur l’état nutritionnel des populations touchées.

 

Bien que variant grandement sur le plan de leur nature et de leurs causes, les situations d’urgence et de crise partagent des caractéristiques communes: arrêt de la production vivrière, difficultés d’accès à une nourriture adéquate, perturbation des pratiques de préparation des aliments et risques pour leur salubrité, diminution des revenus des ménages, effondrement des réseaux de distribution et de commercialisation des aliments. De telles perturbations de la vie quotidienne entraînent une plus grande vulnérabilité à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition.

 

En temps de crise et d’insécurité alimentaire, il est indispensable de procéder à des évaluations d’impact et de comprendre les mécanismes d’adaptation et de résilience des différents groupes sociaux concernés afin d’être en mesure de cibler, de concevoir et de mettre en œuvre des stratégies appropriées pour protéger et promouvoir une bonne nutrition. Dans les situations d’urgence, les interventions dans le domaine de la nutrition sont en général axées sur le traitement de la malnutrition aiguë au moyen d’une alimentation thérapeutique et d’une aide alimentaire. Si ces interventions sont essentielles pour sauver des vies à court terme, elles ne s’attaquent pas aux causes sous-jacentes de la malnutrition.

 

Pour préserver les niveaux de nutrition avant, pendant et après les situations d’urgence, la FAO préconise de remplacer les interventions à court terme par des approches fondées sur l'alimentation et l'agriculture. Des interventions de ce type, comme par exemple la production de denrées alimentaires variées, l’amélioration des techniques de stockage, la diversification des stratégies de subsistance et les programmes d’éducation à la nutrition, devraient être conçus, mis en œuvre et évalués sous l'angle de la nutrition dans un cadre de gestion des risques liés aux catastrophes, afin de garantir que les projets et programmes soient conçus, mis en œuvre et évalués en gardant à l’esprit les enjeux nutritionnels.