Cadre de gestion des crises pour la filière alimentaire
 

Actualités et événments

04/11/2011
Le Mali, mieux préparé à affronter d’éventuelles crises acridiennes

Le Mali teste la mise en œuvre de son Plan national antiacridien d'urgence avec la participation de neuf autres pays d’Afrique de l’Ouest et du Nord-Ouest

Premier du genre dans le domaine de la lutte antiacridienne, le Mali a organisé un exercice de simulation afin de tester et améliorer, en période d’accalmie acridienne, son niveau de préparation pour la gestion efficace d’une crise qui serait due au Criquet pèlerin.

Grâce au partage d’expérience avec les pays ayant participé à l’exercice – Algérie, Burkina Faso, Libye, Maroc, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Tunisie – le Mali est aujourd’hui mieux préparé pour répondre à une telle crise.

Afin de renforcer davantage les capacités de ses pays membres et d’améliorer leur niveau de préparation, la Commission de lutte contre le Criquet pèlerin dans la Région occidentale (CLCPRO) de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) prévoit d’organiser régulièrement de tels exercices au cours des prochaines années. Ces simulations permettent aux pays de mieux se préparer à répondre et à lutter plus efficacement contre les crises acridiennes qui pourraient survenir et, in fine, en réduire l'impact sur la sécurité alimentaire et l'environnement.

Après l’invasion du Criquet pèlerin en Afrique de l’Ouest et du Nord-Ouest en 2003-05, le Programme de prévention et de réponse rapide contre les ravageurs et les maladies transfrontières des animaux et des plantes (EMPRES) de la FAO, à travers la CLCPRO, a appuyé la création d’unités nationales de lutte antiacridienne au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Tchad. Depuis lors et grâce à la mise en place d’une meilleure organisation, quatre résurgences du Criquet pèlerin ont été maîtrisées avec succès en Mauritanie en 2008, 2009 et 2010-11 ainsi qu’au Niger en 2009. De plus, le programme EMPRES a permis de promouvoir de bonnes pratiques de lutte combinant une utilisation moindre de pesticides à l’application de biopesticides. Ainsi, les niveaux de préparation de la Mauritanie et du Niger ont permis de faire face à ces résurgences sans assistance extérieure, démontrant ainsi que la préparation est un élément crucial.

Le premier exercice de simulation, tenu à Bamako du 17 au 21 octobre 2011, a été organisé par le Centre national de lutte contre le Criquet pèlerin (CNLCP) avec l’appui des autres ministères du pays généralement impliqués dans la gestion d’une telle crise (Agriculture, Intérieur, Environnement, Santé, Transport et Défense) et le concours de la CLCPRO. Le rôle de la CLCPRO est de promouvoir la stratégie de lutte préventive et de coordonner, au niveau régional, toutes les activités y afférentes contre ce ravageur transfrontière.