Importance des activités relatives aux plantations comparatives

Les pays du sud de la Méditerranée doivent faire face à des problèmes de désertification liés d'une part au surpâturage qui empêche la régénération naturelle et d'autre part à l'accroissement incontrôlé des zones urbaines le long des côtes méditerranéennes. L'objectif de reboisement dans ces pays est d'autant plus nécessaire que la forêt constitue une source importante de « revenu » pour les populations locales (bois de chauffage, fourrage). Les pays du nord doivent eux faire face à l'abandon de leur zone rurale. L'abandon des terres agricoles et le développement anarchique de la forêt en ces lieux posent de nombreux problèmes. L'accumulation de matière ligneuse provoque la création d'incendies dévastateurs, dont la forêt a souvent du mal à se remettre. Dans ces conditions, le reboisement de ces terres s'avère souvent nécessaire.

Par ailleurs, les menaces qui pèsent sur la variabilité inter et intra espèce dans le bassin méditerranéen sont fortes. Des actions ont déjà été menées pour protéger certains peuplements naturels reliques (Abies nebrodensis en Italie, Cupressus lusitanica au Maroc). Les plantations comparatives représentent dans ce cadre là un formidable réseau de conservation ex situ des ressources génétiques.

Ces plantations pourraient en outre fournir des renseignements précieux pour la reconstitution future de nos forêts dans le cadre du réchauffement climatique de la planète. Leur suivi à long terme permettrait ainsi de préciser l'impact du changement climatique sur les ressources forestières et de proposer des solutions de gestion anticipative (transfert de matériel).

dernière mise à jour:  vendredi 22 janvier 2010