Discussion

Utilisation des informations nationales

L'un des principaux points forts de FRA 2000 réside dans la participation individuelle des pays tant sur le plan de la collecte que sur celui de l'analyse des informations. Il est à souhaiter que cette approche incite davantage les pays à se servir des informations pour élaborer et mettre en ¿uvre des politiques forestières efficaces, et que la demande d'informations sur les forêts conduira à un renforcement des capacités. Bien que les pays soutiennent fermement cette approche, ils ont parfois émis des critiques sur le fait que les données nationales peuvent être imprécises et biaisées. La FAO a tenu compte de ces préoccupations concernant la qualité de l'information en utilisant, dans la mesure du possible, les documents techniques d'origine comme sources des données statistiques, plutôt que de recourir à des sources citées, subjectives ou secondaires.

Malheureusement, de nombreux pays ne disposent pas encore d'informations techniques de référence fiables au niveau national. Il s'agit là d'un problème potentiel, mais la participation active d'un pays dans l'évaluation compense certainement largement les lacunes éventuelles. L'objectif des futures évaluations sera de renforcer davantage les capacités et la participation des pays. La FAO se propose ainsi d'améliorer la qualité de l'information et d'aider les pays en développement à effectuer leurs propres inventaires.

Données de télédétection comparées aux inventaires nationaux

La contribution des données obtenues par télédétection à l'évaluation des changements du couvert forestier sur de vastes zones a été démontrée par l'inventaire par télédétection des zones tropicales de FRA 2000, et la réalisation des cartes mondiales. Une intensité d'échantillonnage supérieure aux 10 pour cent utilisés pour l'inventaire par télédétection des zones tropicales de FRA 2000 aurait permis d'améliorer la précision des résultats mais les moyens financiers étaient insuffisants. De plus, évaluer des paramètres clés autres que le changement du couvert forestier avec des techniques de télédétection peut s'avérer difficile, et de nombreux pays en développement n'ont pas pleinement accès à cette technologie. La FAO envisage de continuer à associer les informations des pays aux données obtenues par télédétection pour ses prochaines évaluations, mais se propose aussi de renforcer les observations de terrain afin de collecter des informations représentatives et diversifiées.

Nouvelles définitions

Conformément à la demande du Groupe intergouvernemental sur les forêts (GIF), FRA 2000 a utilisé une nouvelle définition de la forêt qui a conduit à une révision à la hausse du taux de couvert forestier mondial comparé à ceux des évaluations précédentes. Cependant, le maintien de définitions différentes entre les pays en développement et les pays industrialisés risquait de perpétuer l'incompatibilité des deux jeux d'estimations. Les chiffres publiés précédemment pour FRA 1980 et 1990 ne peuvent donc pas être comparés directement avec les résultats de FRA 2000. Néanmoins, les données issues des évaluations précédentes ont été ajustées pour permettre l'estimation du changement des superficies entre 1990 et 2000. En outre, l'inventaire par télédétection a fourni des informations compatibles sur le changement dans les zones tropicales pour les périodes 1980-1990 et 1990-2000.

Inclusion des plantations forestières dans la catégorie de la forêt

FRA 2000 a inclus les plantations forestières dans les estimations statistiques de la superficie forestière. Cette décision, toutefois, n'implique pas que les plantations soient l'équivalent des forêts naturelles. Au contraire, beaucoup d'efforts ont été déployés pour faire en sorte que les statistiques relatives aux forêts naturelles et aux forêts plantées soient bien séparées, afin que les lecteurs puissent tirer les conclusions nécessaires à leurs besoins.

dernière mise à jour:  lundi 19 septembre 2005