La troisième session de la Commission européenne des forêts de la FAO, qui s’est tenue le 1er septembre 1950, s’est penchée sur la manière dont les terres pouvaient être remises en état et protégées en utilisant rationnellement  les ressources en eau dont disposent les bassins. Au cours de cette réunion, le groupe de travail sur  la correction des torrents, la protection contre les avalanches et l’aménagement des bassins versants a été créé; l’année suivante, la FAO a été sollicitée pour apporter une aide.

La première session du groupe de travail s’est déroulée à Nancy (France) en 1952. Depuis lors, le groupe de travail se réunit deux fois par an et à ce jour, un total de 25 sessions a été organisé. Les membres du groupe de travail sont officiellement désignés par leurs gouvernements respectifs. Étant donné que la responsabilité institutionnelle pour ces questions dans les zones de montagne incombait souvent aux services forestiers nationaux, il a été décidé qu’à partir de 1970, le groupe de travail serait appelé «Groupe de travail sur l’aménagement des bassins versants de montagne».

Pendant plus de cinquante ans, les principaux domaines de priorité du groupe de travail ont graduellement changé. Initialement, ces domaines concernaient la correction des torrents et la protection contre les avalanches (1950-1960). Peu à peu, le groupe de travail s’est intéressé à des aspects plus étroitement liés à l’agriculture et à la sphère socio-économique (1960-1970), puis aux questions environnementales (1970-1978) et enfin aux priorités mondiales de développement, en faisant intervenir des échanges avec des pays autres que l’Europe (1978-2000). Aujourd’hui, le groupe de travail compte 33 pays membres européens et un représentant de la Communauté européenne. Il est présidé, par rotation, par un pays membre et la FAO héberge son Secrétariat.

Révision du Groupe de Travail

Afin de donner au Groupe de travail un nouveau profil et d'aborder des questions stratégiques, une révision approfondie de son mandat et modus operandi a été lancé en Mars 2011. Cette analyse a suggéré d'établir des sous-groupes thématiques dans le cadre du Groupe de travail pour être en mesure de répondre plus précisément aux besoins et aux priorités divergentes au sein de la région européenne.

Chaque sous-groupe devrait être guidé par un pays membre et devrait avoir des termes de référence détaillés, un plan de travail, des produits et des résultats clairs à atteindre ainsi que un budget déterminé pour accomplir ses tâches. Au même temps, chaque pays leader serait un membre du Comité directeur qui, par conséquence, recevrait un mandat plus fort. Les sous-groupes thématiques seraient responsables de la collecte de fonds pour leurs activités et pourraient être mis en place pour une durée de temps limitée, jusqu'à ce que ses tâches soient accomplies, ou pourraient fonctionner pour une plus longue période, selon le mandat spécifique. Deux sous-groupes thématiques sont déjà fortement préconisés par plusieurs pays membres: celui sur les forêts et l'eau, et celui sur la gestion des risques de désastres naturels dans les zones de montagne.

Dans cette nouvelle structure institutionnelle, les services et les responsabilités du Secrétariat du Groupe de travail seraient évidemment plus grands. En particulier, son rôle serait de coordonner les activités entre les sous-groupes thématiques et de soutenir le travail du Comité directeur. La révision a également recommandé de renforcer la collaboration et d'intensifier l'échange d'expériences et les leçons apprises avec les pays de la région méditerranéenne et de l’Asie centrale ainsi que avec autres mécanismes institutionnels pertinentes tels que, par exemple, FOREST EUROPE, la Convention sur l'eau de la CEE des Nations Unies, INTERPRAEVENT, etc.

 

   
dernière mise à jour:  mardi 19 novembre 2013