Contexte

Assurer que les biens et services fournis par les forêts s’inscrivent dans la pérennisation en vue d’enrichir leurs contributions vitales au développement socio-économique constitue le principe au coeur de la gestion durable des forêts (GDF). Or, dans les régions tropicales, il arrive fréquemment que la GDF soit moins profitable que d’autres affectations des sols, en raison de l’absence d’un marché officiel pour une grande partie des biens et services que procurent les forêts. Par conséquent, réaliser la GDF requiert que des incitations et instruments économiques appropriés soient mis à disposition. À cet égard, il est important d’encourager l’investissement dans l’ensemble des biens et services que fournissent les forêts tropicales ainsi que leur rémunération, tout en tirant parti de toutes leurs valeurs économiques. Les paiements pour les services environnementaux (ou écosystémiques) – en général désignés par PSE – des forêts tels que la biodiversité, le tourisme ou les loisirs, la conservation de l’eau, la protection des sols et l’atténuation du changement climatique, représentent l’un de ces moyens novateurs permettant de financer la GDF.

Cela fait déjà quelque temps que l’on parle des PSE, qui ont été vantés comme étant un moyen majeur de faire face au défi de financer la GDF et la conservation des forêts tropicales, compte tenu de la possibilité qu’ils offrent de générer des résultats favorables notables aux plans social et économique. Ils ont pour objet de compenser les manquements du marché en apportant aux usagers des terres des mesures qui les incitent davantage à gérer les forêts dans une optique pérenne plutôt que de les dégrader et de les épuiser.

Cependant, à l’heure actuelle, de nombreux mécanismes liés au PSE sont de faible envergure et dispersés. Par ailleurs, nombre d’entre eux ne sont pas viables et manquent d’un appui externe régulier et solide. En milieu tropical, des PSE ont pu être élaborés et/ou mis en oeuvre dans le cadre de diverses initiatives grâce à la participation d’un certain nombre de collectivités locales. Par exemple, depuis 1996, le Costa Rica exécute un programme de PSE dans le cadre de sa Loi nationale sur les forêts qui reconnaît quatre catégories de paiements pour services environnementaux. Elles comprennent: l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre; les services hydrologiques (eau potable, irrigation et production d’énergie); la conservation de la biodiversité; et contribuer à l’esthétique des paysages. Le Programme thématique de l’OIBT sur la réduction de la déforestation et de la dégradation des forêts et la valorisation des services environnementaux dans les forêts tropicales (REDDES) encourage chez les pays en développement membres de l’OIBT et les parties prenantes la capacité à maintenir et à valoriser les services écoystémiques des forêts tropicales en vue de contribuer, à travers les PSE, à la pérennisation sociale et économique et le bien-être des collectivités tributaires des forêts. De la même manière, la FAO défend l’importance des PSE en favorisant la GDF, et s’est attachée à améliorer chez ses pays membres leurs capacités à développer et à mettre en oeuvre des mécanismes des PSE qui soient efficaces et viables.

Le Forum international sur les paiements pour services liés aux écosystèmes des forêts tropicales a pour objet de mettre en lumière l’importance d’élaborer et de mettre en oeuvre des mécanismes de PSE dans les pays tropicaux et de partager les meilleures pratiques et enseignements tirés des nombreux projets et activités qui ont été menés ces dernières années afin d’élargir l’action menée à travers le monde en vue d’encourager les PSE. Il est vraisemblable que ce Forum international recommande des actions à meneraux niveaux local, national et international pour que soient élaborés et mis en oeuvre efficacement des mécanismes de PSE en appui à la GDF en milieu tropical. Il réunira des décisionnaires, des chercheurs, des universitaires, des intervenants de terrain, la société civile, le secteur privé ainsi que des organisations régionales ou internationales qui travaillent au développement et à la mise en oeuvre des PSE et à leur soutien.

dernière mise à jour:  vendredi 29 novembre 2013