Renforcement des capacités des institutions d'éducation et de formation forestières

La FAO a aidé de nombreuses écoles forestières à mettre au point de nouveaux programmes d'étude, à améliorer leurs infrastructures et à former des enseignants. Dans le monde entier, l'enseignement forestier doit s'adapter aux nouveaux besoins et aux nouvelles possibilités. La FAO est convaincue que le meilleur moyen de soutenir ces processus est de renforcer les capacités locales ou régionales, à travers une amélioration des institutions et à travers l'établissement et la promotion des relations entre les institutions du secteur forestier.

Renforcement des institutions d'enseignement

Aujourd'hui, les institutions d'enseignement évoluent pour répondre aux besoins qui changent. Traditionnellement, leur fonction principale était de former du personnel pour les services forestiers nationaux. Or à présent ces services ont en général besoin de moins de personnel ou ne recrutent plus. Cependant, de nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) et le secteur privé ont besoin de personnel qualifié. Ce changement d'orientation impose une modification des systèmes d'enseignement forestier.

La valorisation des ressources humaines des institutions d'enseignement gagne en importance au fur et à mesure que les besoins et les possibilités évoluent dans le domaine de la foresterie. Une formation doit être apportée dans différentes disciplines telles que : techniques de gestion, élaboration et suivi de nouveaux programmes d'enseignement, compétences pédagogiques et didactiques et techniques novatrices de gestion des forêts et des ressources naturelles.

Renforcement des relations extérieures

Il convient d'intensifier les efforts pour renforcer les relations des institutions de formation et d'éducation forestières avec des secteurs extérieurs, ainsi qu'avec d'autres institutions du secteur forestier, afin d'adapter les institutions aux nouveaux besoins et aux nouvelles opportunités.

Des considérations relatives à l'éducation forestière devraient être plus souvent intégrées dans la formulation et la planification des politiques, en particulier dans les programmes forestiers nationaux. De nombreuses écoles forestières prévoient une formation en cours d'emploi pour le personnel des services forestiers, dans leur déclaration de mission, mais cette formation ne peut pas être fournie si les relations avec les services forestiers ne sont pas entretenues et si les gouvernements n'accordent pas de fonds pour ces activités.

Il est primordial que ceux qui enseignent la sylviculture gardent des liens avec des gens du métier. Pour que les écoles forment du personnel pour les ONG et les entreprises privées, elles doivent savoir quels sont les besoins de ces organisations, d'où la nécessité de créer des réseaux efficaces dans ce domaine.

Les relations entre les institutions d'enseignement forestier et le secteur de l'éducation nationale doivent être renforcées pour garantir la conformité de l'enseignement forestier avec les normes nationales.

Des considérations forestières sont peu à peu intégrées dans une vision plus large de la gestion des ressources naturelles. Ainsi, les institutions d'enseignement doivent renforcer leurs relations avec certains secteurs pertinents, comme l'agriculture.

dernière mise à jour:  jeudi 9 décembre 2004