Formation à la création d’entreprises viables de commercialisation des produits de la biodiversité

PAYS/RÉGION : Colombie
DURÉE : 2002 - 2004

OBJECTIFS ET DESCRIPTION DU PROJET : Face au recul des prix du café et à la dégradation de sa riche base de ressources, la Colombie exploite la biodiversité pour identifier de nouveaux produits et promouvoir les entreprises communautaires et la gestion durable des ressources naturelles.

En 2002, un partenariat a été constitué entre le Département des forêts de la FAO et l’Institut de recherche Alexander von Humboldt afin d’intégrer l’approche de l’Analyse et du développement des marchés (ADM) dans le Programme de commerce biologique de l’Institut. Le programme avait pour objectif de créer et promouvoir des mécanismes susceptibles de renforcer les investissements dans les produits et services axés sur la biodiversité et leur commercialisation, afin de compléter et de soutenir les mesures de développement prises à l’échelle locale et régionale. En vue d’identifier les produits adaptés, l’approche de l’ADM a été testée dans trois zones pilotes du Programme de commerce biologique.

PARTENAIRES ET PARTIES PRENANTES DU PROJET :

  • L’Institut de recherche Alexander von Humboldt
  • Les communautés villageoises

ACTIVITÉS : Les trois zones pilotes étaient situées dans les Départements de la Guajira, de Santander et de Quindio, où des institutions et organisations locales aidaient les communautés à entreprendre de nouvelles activités rémunératrices viables en leur fournissant aussi des incitations à protéger la base des ressources naturelles.

RÉALISATIONS ET RÉSULTATS : Dans le département de Quindio, le parc national de Los Nevados est considéré comme une zone clé pour l’équilibre écologique de la région et une réserve d’eau extrêmement importante, si bien que la gestion durable des zones tampons environnantes est cruciale. Les entreprises communautaires oeuvraient à la production et la commercialisation de cinq variétés de fleurs d’héliconie et trois plantes feuillues ornementales. Les principaux résultats du projet dans ce département étaient les suivants : formation des membres des communautés, choix des espèces et établissement de cultures ; formation en matière de gestion après récolte et préparation des produits ornementaux ; planification commerciale participative ; formulation de projets et formation d’alliances stratégiques en vue d’obtenir des capitaux de démarrage.

Dans le Département de la Guajira, des entreprises communautaires viables se consacrent à la production d’espèces marines de substitution, comme les algues, servant à protéger les tortues marines. Dans ce département, les principales réalisations comprenaient : la formation des membres des communautés et l’établissement de 30 exploitations agricoles familiales munies de l’équipement nécessaire à la culture et au séchage des algues d’Eucheuma isiforme ; la création d’une base d’approvisionnement minimale pour assurer la viabilité de l’entreprise ; la répartition de la coopération de la main-d’œuvre entre les agriculteurs ; l’élaboration d’un plan d’entreprise.

Dans le Département de Santander, la monoculture et le pâturage du bétail ont dégradé la base des ressources naturelles, notamment les sols, les réserves d’eau et les forêts de Quercus humboltii. Les produits forestiers non ligneux identifiés comprenaient des plantes aromatiques et des colorants naturels. Ces derniers servaient à teindre la laine, qui à son tour sert à tisser des vêtements de qualité destinés au marché national. Dans ce département, les réalisations principales comprenaient :la coopération avec une entreprise privée pour obtenir des avis techniques et conclure un accord commercial ; l’analyse des sols, la définition et l’établissement de parcelles pilotes de Valeriana officinalis et de Solanum melongena ; des cultures pilotes d’espèces forestières intéressant l’entreprise ; un plan de gestion durable pour la récolte des plantes forestières ; la formation visant l’amélioration des techniques de tissage et de teinture.

Les principaux résultats du projet dans ces trois zones comprenaient la formulation d’une stratégie commerciale pour les produits choisis, y compris des plans de commercialisation et de gestion, l’élaboration d’un plan d’action, le financement des activités conformément au plan financier et aux priorités et la mise en œuvre d’entreprises communautaires pilotes avec l’accord les organisations locales.

Le projet a pu également a) renforcer les capacités des institutions locales grâce à la formation en ADM ; b) former les contreparties nationales, régionales et locales à la mise en œuvre et la validation de la méthodologie ; c) forger des alliances stratégiques avec des partenaires commerciaux ; d) définir des mécanismes de microcrédit.

LIENS ET DOCUMENTS CONNEXES :


Pour plus d’informations, contacter :


Sophie Grouwels
Forestière
Équipe des politiques et de l’économie forestières (FOEP)
Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, FAO
Viale delle Terme di Caracalla - 00153 Rome - Italie
Tél.: +39 06 57055299
Fax: +39 06 57055514
Email: Sophie.Grouwels@fao.org

dernière mise à jour:  mardi 29 juin 2010