Chine: développement d´entreprises commerciales communautaires pour la conservation du Site de patrimoine mondial du Mont Emei, au Sichuan

PAYS/RÉGION : Chine
DURÉE : 2001-2005

OBJECTIFS ET DESCRIPTION DU PROJET : Ce projet a été financé par la Fondation des Nations Unies et appuyé par la FAO dans le but d’encourager l’utilisation durable et la conservation de la biodiversité forestière du mont Emei, site du patrimoine mondial, dans la province de Sichuan. De nombreuses aires protégées, y compris ce site, sont menacées par l’augmentation de la population dans les villages les entourant et par les conflits entre les villages et les autorités du parc. Le projet avait donc pour stratégie de fournir aux communautés exploitant les ressources naturelles dans ces aires des incitations économiques les encourageant à prendre part activement à l’utilisation et à la gestion durables de la biodiversité forestière. Le processus de création d’entreprises a renforcé les savoirs traditionnels tout en assurant l’accès aux marchés, et a fourni aux communautés des techniques de valorisation des produits.

PARTENAIRES ET PARTIES PRENANTES DU PROJET :

  • La Fondation des Nations Unies, le Département des forêts de la province de Sichuan, le Bureau forestier de la préfecture de Leshan, le Bureau forestier du comté du mont Emei et le Comité municipal citadin de gestion du mont Emei.
  • Les communautés villageoises

ACTIVITÉS : La mise en œuvre des trois phases de l’approche de l’ADM a donné de bons résultats malgré quelques interruptions dues à des problèmes financiers. La phase préliminaire a permis de connaître la situation socioéconomique des communautés vivant au sein et autour du site. Grâce à des processus participatifs, quatre villages ont été désignés pour la mise en œuvre du projet : Longdong, Heishui, Yangliu et Liangfeng.

Pendant la première phase, les villageois ont été formés, des enquêtes de marché menées et des exercices entrepris pour classer les produits par ordre d’importance. À partir d’une longue liste initiale, les villageois ont choisi des produits comprenant le thé organique transformé, le huanglian, une plante médicinale, et des services touristiques.

Pendant la deuxième phase où ont été identifiés les produits, les marchés et les moyens de commercialisation, les produits les plus prometteurs choisis s’avéraient être les arbres fruitiers, le thé organique, les pousses de bambou amer et l’écotourisme.

La troisième phase, destinée à l’élaboration des plans de développement de l’entreprise, comportait une enquête sur le milieu commercial, des ateliers villageois pour chaque produit et la formulation de plans d’action et financiers.

RÉALISATIONS ET RÉSULTATS : Le village de Liangfeng a mis en route des entreprises fruitières et touristiques. Les villages de Longdong et Heishui, intéressés au thé organique et aux pousses de bambou, ont souffert de l’absence des investissements nécessaires à l’établissement d’une usine de transformation. En outre, ces produits potentiels ont dû être éliminés en raison de certaines restrictions frappant leur exploitation. Le village de Yangliu a dressé un plan commercial pour le huanglian, une plante médicinale. L’entreprise reposait sur l’approvisionnement en produits assuré à crédit par les agriculteurs, afin de réduire les capitaux nécessaires, mais les marges bénéficiaires n’étant pas suffisamment élevées, ils ont conclu que l’entreprise n’était pas réaliste.

La mise en œuvre du projet a démontré que la création d’entreprises dans des communautés très pauvres tributaires des ressources forestières a besoin de capitaux de démarrage. En outre, si un projet veut offrir des incitations économiques aux villageois vivant autour d’aires protégées, il doit résoudre, dès le début, les questions administratives avec les autorité locales, s’assurer que les résultats attendus sont réalistes et reconnaître que la liste de produits potentiels sera réduite par les limitations imposées à la récolte et à la production agricole.

Le projet a exercé des impacts significatifs sur le tourisme et le développement des entreprises communautaires dans la province de Sichuan. Vu l’importance de documenter et de diffuser les expériences acquises et les outils utilisés dans le projet du mont Emei, il a été décidé de produire une version en chinois du manuel de terrain de l’ADM, y compris tous les outils utilisés jusqu’à la fin de 2004. Des manuels ont également été distribués à l’organisation internationale Winrock qui met en œuvre un projet en faveur des communautés tibétaines du comté de Ganzi.

Le gouvernement central a favorisé les pratiques de conservation dirigées par les autorités locales. Vu la présence très limitée d’organisations non gouvernementales (ONG) dans la province, la stratégie du partenariat a permis de créer des synergies entre les différentes divisions gouvernementales ayant de l’expérience en matière de projets.

Le personnel forestier villageois a démontré sa capacité à planifier des entreprises viables, et à utiliser des outils d’évaluation participative villageoise et d’analyse financière. Le processus de l’ADM a appliqué avec succès une approche échelonnée au niveau de la communauté qui a consenti au personnel de terrain et aux agriculteurs de comprendre les éléments de la planification de petites entreprises.

LIENS ET DOCUMENTS CONNEXES. Une étude de cas relative à l’expérience chinoise en matière d’entreprises commerciales communautaires (cliquer ici) a été réalisée. Elle peut être utilisée comme instrument d’échange des connaissances et pour stimuler les débats sur les projets mis en œuvre dans des sites du patrimoine mondial et les aires protégées.


Pour plus d’informations, contacter :


Sophie Grouwels
Forestière
Équipe des politiques et de l’économie forestières (FOEP)
Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, FAO
Viale delle Terme di Caracalla - 00153 Rome - Italie
Tél.: +39 06 57055299
Fax: +39 06 57055514
Email: Sophie.Grouwels@fao.org

dernière mise à jour:  mercredi 19 octobre 2011