Conservation in situ

Les premiers programmes relatifs à la conservation des ressources génétiques forestières ont montré clairement la nécessité de compléter les activités de conservation ex situ (sur lesquelles se fondait l'essentiel du travail de la communauté internationale, en vue de répondre aux besoins du moment dans chaque pays) avec des stratégies in situ afin d'assurer la conservation adéquate en particulier des arbres forestiers longévifs et exogames.

Durant la période 1984-1989, en collaboration avec le PNUE, la Primary forest. Photo: FAOFAO a publié un guide pour la conservation in situ des ressources génétiques forestières et a lancé des activités pilotes de conservation in situ au Cameroun, en Malaisie, au Pérou, au Yémen et en Zambie.

En mars 1993, en vue de la Quatrième Conférence technique internationale sur les ressources phytogénétiques, la FAO a distribué à tous les Etats Membres un questionnaire sur l'état des ressources génétiques forestières du monde. L'enquête a montré que dans plus de 50 des 90 pays qui ont répondu au questionnaire, des sites de conservation in situ, visant à préserver la variation intraspécifique, avaient été établis pour un grand nombre d'essences forestières. Les réponses des pays au questionnaire constituent l'information de base stockée dans REFORGEN - le Système d'information mondial de la FAO sur les ressources génétiques forestières.

Le Département des forêts de la FAO prend part actuellement à deux grandes activités dans le domaine de la conservation in situ:

  1. Evaluation des peuplements de conservation in situ mis en place dans le cadre du programme de conservation in situ des ressources génétiques forestières coordonné par la FAO.
  2. Elaboration d'un guide pratique pour la conservation in situ des ressources génétiques forestières.

1. Evaluation des peuplements de conservation in situ mis en place dans le cadre du programme de conservation in situ des ressources génétiques forestières coordonné par la FAO.

Donnant suite aux recommandations du Groupe FAO d'experts des ressources génétiques forestières et d'autres organismes internationaux, la FAO coordonne l'évaluation des expériences pratiques sur des peuplements de conservation in situ établis/ délimités par un certain nombre de pays, dans le cadre d'un projet précédent FAO/PNUE. Le Centre Danida de semences forestières (Danemark), maintenant intégré à Forest and Landscape Denmark, fournit une assistance technique et financière à ce programme, qui est exécuté en partenariat avec des instituts nationaux des pays participants.

L'objectif de développement est d'améliorer l'état de conservation des ressources génétiques forestières des espèces prioritaires aux niveaux national et international.

L'objectif immédiat est d'élaborer, en s'appuyant sur les résultats de l'évaluation des peuplements, des directives pratiques pour l'établissement et la gestion d'aires de conservation in situ des ressources génétiques forestières nationales, afin d'aider les pays à préparer et à mettre en oeuvre des programmes de conservation in situ des essences forestières.Brazil. Photo: Roberto Faidutti

Qu'a-t-on fait jusqu'ici? En octobre 1995, des études ont été réalisées concernant i) des peuplements in situ établis/délimités dans le cadre d'un projet précédent FAO/PNUE sur la conservation des ressources génétiques forestières, et ii) l'information sur les activités de conservation in situ stockée dans le système d'information mondial de la FAO sur les ressources génétiques forestières.

Une évaluation de terrain des parcelles de conservation existantes a été menée au Burkina Faso (1998), en Thaïlande (1997 et 1998) et en Zambie (1997 et 2000). Elle a été établie à partir des rapports et des circulaires envoyées aux pays qui collaboraient. Des études de cas, fondées sur les données de terrain, ont été réalisées sur la conservation in situ de l'Acacia senegal au Burkina Faso, Tectona grandis et Pinus merkusii en Thaïlande et Baikea plurijuga en Zambie. L'étude de cas sur Tectona grandis a été publiée par le Centre Danida de semences forestières (Danemark), maintenant intégré à Forest and Landscape Denmark.

2. Publication d'un guide pratique pour la conservation in situ des ressources génétiques forestières

Des connaissances de base sur la biologie, la variation génétique et les types de variation des espèces à conserver sont inexistantes ou insuffisantes pour la plupart des essences forestières. Une recherche intensive sera nécessaire dans ce domaine et, actuellement, cet aspect fait l'objet d'une attention croissante de la part de plusieurs centres de recherche, notamment les centres du GCRAI (par exemple, l'IPGRI (maintenant Bioversity International), le CIFOR et le CIRAF). Toutefois, il n'y a pas lieu d'attendre que les résultats de la recherche soient disponibles pour commencer les activités de conservation sur le terrain; il faut commencer immédiatement, en veillant à ce que les programmes restent suffisamment flexibles pour y incorporer les nouvelles conclusions des recherches, à mesure qu'elles deviennent disponibles.

A cette fin, le Département des forêts de la FAO, l'Institut international des ressources phytogénétiques (IPGRI), maintenant Bioversity International, avec la collaboration d'autres centres compétents du GCRAI, de l'IUFRO et du Centre Danida de semences forestières (intégré à présent au Forest & Landscape Denmark) ont préparé un guide sur la conservation in situ des ressources génétiques forestières. L'objectif de ce guide est de fournir aux professionnels (notamment à ceux qui participent à l'aménagement des forêts) et aux décideurs une méthode progressive et facile à suivre pour la conservation in situ des ressources génétiques forestières. Le volume 2 de ce guide, consacré exclusivement à la conservation in situ, est disponible en ligne (en anglais).

dernière mise à jour:  jeudi 6 janvier 2011