Conservation ex situ

La FAO a coordonné l'évaluation d'un certain nombre de peuplements de conservation ex situ d'essences forestières dans les douze pays suivants: Australie, Brésil, Congo, Cuba, Côte d'Ivoire, Inde, Kenya, Nigéria, Philippines, Tanzanie, Thaïlande et Zambie.

Aerial view of pine plantations managed by the Fiji Pine Commission. Photo: Masakazu Kashio

Le Centre Danida de semences forestières (DFSC), à présent intégré au Forest & Landscape Denmark, a fourni une assistance technique et financière au programme mis en oeuvre en partenariat avec des instituts nationaux dans les pays participants et en coopération étroite avec d'autres organisations internationales actives dans ce domaine.

L'évaluation a contribué à l'élaboration et la publication de directives pratiques pour la conservation ex situ des ressources génétiques forestières publiées par la FAO, l'IPGRI (maintenant Bioversity International), et le FLD, en anglais seulement.

Historique:

Dans le cadre du Programme mondial pour l'utilisation améliorée des ressources génétiques forestières élaboré par le Groupe FAO d'experts des ressources génétiques forestières en 1969/70, des peuplements pilotes de conservation ex situ de provenances, en particulier de pins tropicaux et d'eucalyptus, ont été mis en place dans plusieurs pays depuis le début des années 70.

Objectifs et résultats du programme:

L'objectif de développement a été d'améliorer l'état de conservation des ressources génétiques forestières d'essences prioritaires à l'échelon national et international.

L'objectif immédiat a été de fournir des directives pratiques pour la mise en place et la gestion d'aires de conservation ex situ des ressources génétiques forestières nationales, afin d'aider les pays à préparer et à mettre en oeuvre des programmes de conservation des ressources génétiques d'essences forestières.

Les résultats sont les suivants:

  • un rapport sur la place et le rôle de la conservation ex situ par rapport à d'autres stratégies de conservation des ressources génétiques;
  • un aperçu et une évaluation de l'état des peuplements de conservation ex situ existants afin de déterminer si ces peuplements ont atteint les objectifs spécifiés à l'échelon national et international, ou pourraient le faire au moment où la production de semences est à son maximum;
  • des recommandations pratiques concernant l'établissement et la gestion de peuplements de conservation ex situ d'essences et de provenances forestières, sur la base des résultats de l'évaluation et des débats menés dans les pays; un examen de la place et du rôle de la conservation ex situ et de sa complémentairté avec d'autres stratégies de conservation des ressources génétiques;
  • des recommandations concernant les activités futures, y compris la recherche appliquée à l'appui de l'établissement et de la gestion de peuplements de conservation ex situ.

Une attention particulière a été portée aux besoins et aux exigences au niveau tant national qu'international.
Les travaux sur le terrain ont été achevés début 1999 et les premiers résultats du programme ont été publiés en 2004 par le Centre Danida de semences forestières.

dernière mise à jour:  jeudi 6 janvier 2011