Swietenia et Cedrela en Amérique tropicale

La conservation et l'utilisation des ressources génétiques des acajous en Amérique centrale et du Sud

Les deux genres les plus importants de la famille des méliacées en Amérique tropicale sont Swietenia et Cedrela. Du siècle dernier jusqu'à nos jours, les acajous, comme nous les appelons communément, ont eu une importance fondamentale pour l'essor de l'industrie forestière en Amérique latine, pour la formation de revenu et pour le développement des communautés rurales. Des espèces appartenant à ces deux genres couvrent un territoire s'étendant du nord du Mexique jusqu'au Brésil et à l'Argentine, en passant par l'Amérique centrale et les Caraïbes. Elles sont également importantes dans les programmes de boisement hors de leur aire naturelle, notamment dans la région Asie-Pacifique.

La déforestation due aux changements survenus dans l'utilisation des terres dans de nombreux pays d'Amérique centrale, du Sud et des Caraïbes a causé la disparition de certaines populations d'acajous en Amérique tropicale. Elle a également provoqué la fragmentation de populations auparavant homogènes et, associée à la sélection dysgénique (la coupe des meilleurs individus), elle pourrait avoir eu des effets négatifs sur la constitution génétique de nombreuses populations naturelles.

À l'occasion de la neuvième session de la commission des ressources génétiques, en octobre 2002, une réunion parallèle a été organisée par le groupe de travail inter-départemental sur la diversité biologique. Un article sur les acajous au Mexique y a été présenté ; cet article est disponible en ligne en anglais dans la publication « La biodiversité à travers une approche ecosystème, en agriculture, forêts et pêches » (Biodiversity and the ecosystem approach in agriculture, forestry and fisheries (seulement en anglais)).

Informations sur les activités en cours pour établir un Réseau sur les ressources génétiques des acajous en Amérique tropicale.

Tenant compte des inquiétudes exprimées au sujet de l'intégrité génétique des acajous, le Groupe d'experts des ressources génétiques forestières a régulièrement signalé la nécessité d'une action nationale, régionale et internationale urgente dans le but d'encourager et de poursuivre la conservation et l'utilisation durable des espèces d'acajou. Ces appels à l'action cadrent avec des recommandations similaires formulées par un certain nombre d'instituts et de forums internationaux, notamment par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Donnant suite à une recommandation du Groupe FAO d'experts des ressources génétiques forestières, le Département des forêts de la FAO a publié récemment le rapport "Genetic resources of Swietenia and Cedrela in the Neotropics - Proposal for coordinated action" (Ressources génétiques de Swietenia et Cedrela en Amérique tropicale: propositions pour une action coordonnée). Ce rapport de synthèse rédigé par M. F. Patiño (Mexique) et fondé sur les travaux effectués sous contrat pour la FAO par quatre experts d'Amérique centrale et du Sud, décrit l'écologie, la sylviculture, la gestion, l'utilisation et la conservation des acajous dans la région. En outre, il contient une liste des initiatives en cours et des lacunes dans les connaissances et les activités, et propose des programmes d'action collective dans la région. Unrésumé du rapportfigure dans le bulletin annuel Ressources génétiques forestières N°25. Le rapport complet, en espagnol et en anglais, est disponible auprès de la Division des ressources génétiques de la FAO.

Le Symposium international sur les ressources génétiques, l'écologie et la gestion de Swietenia macrophylla a été organisé en octobre 1996 à Porto Rico par l'Institut international de foresterie tropicale (Services forestiers du Ministère de l'agriculture des Etats-Unis), avec l'assistance technique de la FAO. Le symposium est convenu d'un certain nombre de questions à examiner en priorité et a accueilli favorablement une proposition de la FAO de soutenir les activités relatives à l'établissement de réseaux entre instituts s'occupant de conservation et de gestion des ressources génétiques des acajous d'Amérique tropicale. Le but général du réseau de ressources génétiques forestières proposé est de soutenir les programmes des instituts nationaux déjà actifs dans ce domaine dans les pays qui ont exprimé le souhait d'y participer, et d'aider à renforcer les liens et la collaboration entre eux, assurant ainsi la complémentarité des activités. Ces mesures prises à l'initiative des pays dans le cadre du réseau devraient compléter les travaux déjà réalisés dans ce domaine et d'autres connexes, coordonnés par d'autres organismes ou institutions.

Une proposition de projet visant à mieux lier les activités sur les ressources génétiques des acajous a été par la suite élaborée par des consultants de la FAO dans la région. La proposition a été soumise par la FAO en 1997 et 1998 pour observations et suggestions à différents instituts dans des pays d'Amérique latine et des Caraïbes et d'autres régions tropicales qui pourraient être intéressés. La proposition a également été communiquée au secrétariat de la CITES, et a fait l'objet d'un premier examen par les participants à des réunions récentes auxquelles prenaient part la CITES, en vue d'harmoniser d'éventuelles activités futures sur les ressources génétiques forestières avec une initiative liée au commerce proposée dans le cadre de la CITES.

La proposition de projet a été examinée au cours d'une réunion spéciale sur les ressources génétiques des acajous, organisée à l'occasion de la 20ème session de la Commission des forêts pour l'Amérique latine et les Caraïbes à la Havane (Cuba) en septembre 1998. Ont participé à cette réunion une trentaine de personnes représentant treize pays et trois organisations régionales et internationales. Si les pays membres du Traité amazonien de coopération ont mis en garde contre le chevauchement éventuel des activités prévues dans le cadre de la CITES, d'autres se sont montrés enthousiastes pour la proposition qui selon eux devrait être - comme il avait été proposé au départ - axée sur des activités liées à la conservation, à la mise en valeur et à l'utilisation durable des ressources génétiques des acajous et englober diverses espèces de la famille des méliacées présentes dans la région. Les participants sont convenus de poursuivre l'examen de la proposition dans leurs pays respectifs et, après des débats et une analyse par pays soigneuse, de fournir des observations supplémentaires à la FAO à incorporer dans la proposition.

En tenant compte des observations et suggestions des pays et des fonds disponibles, on examinera la possibilité d'organiser un atelier régional pour la mise au point définitive des propositions et pour le lancement des activités correspondantes.

dernière mise à jour:  lundi 10 janvier 2011