Des approches axées sur les droits

"Le droit à une alimentation adéquate est réalisé lorsque chaque homme, chaque femme et chaque enfant, seul ou en communauté avec autrui, a accès à tout instant physiquement et économiquement à une alimentation adéquate ou aux moyens de se la procurer » (Comité des droits économiques, sociaux et culturels 1999)

 

 

Le droit à l'alimentation s’établit progressivement comme une priorité dans l’agenda international, mais lorsqu’il s’agit de la réalisation pratique de ce droit fondamental, il est encore nécessaire de mieux apprendre en quoi consiste le "droit à l’alimentation" et comment le mettre en pratique, notamment pour l’élaboration des politiques et la mise en œuvre des programmes.

Dans le cas des ressources forestières, par exemple, le rôle indispensable des produits forestiers non ligneux pour la subsistance et la création de revenus des populations dépendantes des forêts n'est pas pleinement compris et des politiques et stratégies impropres, ainsi que des obstacles institutionnels, entravent le renforcement de la contribution de ces produits à la croissance économique nationale et à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages.

Reconnaître et sécuriser les droits fonciers des populations dépendantes des forêts, y compris les peuples autochtones, et assurer un accès équitable aux ressources, est un élément fondamental pour assurer les moyens de subsistance de ces communautés. Les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale sont un outil fondamental pour la réalisation progressive du droit à l'alimentation dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale.

dernière mise à jour:  vendredi 13 septembre 2013