« Si l'on veut conserver les ressources forestières au profit des générations futures, il importe d'intégrer dans les techniques d'exploitation des mesures visant à réduire l'impact de l'extraction du bois.»

L'expression « exploitation à impact limité » a commencé à apparaître dans la littérature au début des années 1990 et a été adoptée et promue rapidement à la fois par les journaux scientifiques et les bulletins d'information. La théorie qui affirme qu'il était possible de réduire les impacts de l'exploitation a été embrassée non seulement par les forestiers et le grand public, mais aussi, ce qui paraît plus important, par les principales organisations écologistes.

L'exploitation forestière à impact limité est une méthode de récolte qui ne produit que de modestes dommages résiduels et une faible dégradation du chantier forestier grâce à une planification et une conception entreprises avant, pendant et après la récolte Pour ce faire, il faudra intégrer des pratiques de gestion appropriées dans des objectifs de gestion forestière durable à long terme. L'exploitation à impact limité n'est pas une recette fixe mais plutôt l'adaptation des meilleures techniques d'exploitation disponibles au site local et aux conditions du marché.

Parmi les étapes essentielles de l¿exploitation à impact limité figurent :

  • un inventaire dressé avant la récolte et la cartographie des arbres individuels à abattre ;
  • la planification avant la récolte des chemins forestiers, des pistes de débusquage et des premiers dépôts transitoires pour assurer l¿accès au chantier et aux arbres destinés à être abattus, tout en réduisant au minimum la perturbation du sol et en protégeant les ruisseaux et les cours d¿eau par des ouvrages de franchissement appropriés ;
  • la coupe avant la récolte des grosses lianes qui relient les cimes des arbres ;
  • la construction de chemins, premiers dépôts transitoires et pistes de débusquage conformément aux règles de l¿art et de l¿aménagement de l¿environnement ;
  • l¿application de techniques de coupe et de tronçonnage, y compris l¿abattage dirigé, la coupe des souches près du sol pour éviter le gaspillage et le tronçonnage optimal des grumes en billes de manière à assurer le maximum de récupération du bois utile ;
  • le treuillage des grumes jusqu¿aux pistes de débusquage prévues et l¿assurance que les débusqueuses restent sur les pistes en tous temps ;
  • l¿adoption, dans la mesure du possible, de systèmes de débusquage qui protègent le sol et la végétation résiduelle ;
  • la conduite d¿une évaluation après récolte afin de fournir des informations au concessionnaire et aux équipes de bûcherons et d¿estimer dans quelle mesure les normes de l¿exploitation à impact limité ont été respectées.

dernière mise à jour:  mercredi 23 avril 2008