Réduction de l'impact du VIH/SIDA: Formation et éducation forestières

Sensibilisation au VIH/SIDA. Les forestiers vivent souvent dans des endroits reculés, où ne se rend aucun autre agent de vulgarisation du ministère de la santé ou de l'agriculture. La FAO a proposé que les programmes de formation en cours d'emploi et d'études scolaires sur les forêts contiennent des modules d'éducation à la sensibilisation au VIH/SIDA, notamment à ses effets sur les systèmes de production ruraux et sur la structure des ménages.

Discussion sur le VIH/SIDA avec les travailleurs d'une scierie. Les facteurs augmentant la vulnérabilité au VIH/SIDA et sa propagation sont la mobilité, l'absence du village, les camps de travail et la prostitution (Photo : S. Kolberg)

Mesures de sécurité. Toutes les organisations gouvernementales et non gouvernementales (ONG) et les grandes sociétés privées ont des départements de sécurité qui ont pour objet de minimiser les risques et de sensibiliser les travailleurs au renforcement de la sécurité dans les activités forestières. Là ils ne sont pas encore en place, la FAO pourrait intervenir pour inciter les institutions, les entreprises privées et les ONG à utiliser les services des départements de sécurité pour mettre en ¿uvre des programmes sur les lieux de travail axés sur la prévention et la réduction du VIH/SIDA, les conseils en matière de santé et de nutrition et les soins de santé à domicile, ainsi que pour donner des conseils sur les meilleurs traitements actuellement disponibles.

Éducation continue. Comme dans tout autre secteur de la société, les techniciens et le personnel d¿encadrement du secteur forestier sont et continueront d¿être affectés par le VIH/SIDA. Parallèlement, dans de nombreux pays, des programmes massifs de compression des effectifs sont en place. Sous l¿effet combiné de ces deux facteurs, les institutions nationales ont des effectifs très insuffisants. Traditionnellement, si un membre du personnel est employé comme man¿uvre ou comme technicien, il n¿a pratiquement aucune chance d¿accéder à une formation complémentaire ou à une promotion pour devenir technicien ou être nommé à un poste réservé aux diplômés. Il peut être intéressant, en période de pénurie de personnel, de concevoir des programmes de recyclage accélérés pour que les jeunes techniciens du service qui ont une expérience pratique puissent passer des brevets ou des diplômes supérieurs. Il est proposé de concevoir et de mettre en place des possibilités de formation accélérée à l¿intention des « internes » pour qu¿ils puissent se requalifier.

Les jeunes. Il est fondamental d'éduquer les jeunes pour les sensibiliser au VIH/SIDA. Il faut aussi soutenir les communautés dans le transfert intergénérationnel de connaissances sur tous les aspects de la vie adulte, pour préparer les jeunes à la vie active. Dans le contexte des systèmes agricoles, la FAO a déjà des unités spécialisées qui travaillent avec des jeunes et des agriculteurs vivant en milieu rural. La foresterie n'a pas d'avantage comparatif sur ce plan - mais elle confirme l'importance des programmes réservés aux jeunes sur la réduction du VIH/SIDA.

Relation avec le cadre global de la FAO. La FAO prépare actuellement un cadre pour le secteur agricole et la lutte contre le VIH/SIDA, ainsi que des directives sur la manière d'intégrer la question du VIH/SIDA dans la conception et la mise en 'uvre de programmes de terrain. Toutes les activités en rapport avec le secteur forestier seront mises en 'uvre dans le contexte de ces initiatives à l'échelle de l'organisation.

dernière mise à jour:  vendredi 23 avril 2004