Produits de la montagne

Il existe d'immenses possibilités d'améliorer les moyens d'existence des habitants de la montagne en mettant à profit les avantages comparatifs des ressources de la montagne et en valorisant un vaste éventail de produits et services qu'ont à offrir les régions et les communautés de montagne -des aliments et boissons aux médicaments, cosmétiques, textiles, à l'artisanat et au tourisme. Toutefois, dans le contexte actuel de libéralisation mondiale des échanges, les producteurs des régions montagneuses, confrontés aux coûts élevés des transports, au manque d'infrastructures, aux technologies inadéquates et aux difficultés d'accès aux marchés, doivent faire face à une concurrence croissante des systèmes et des zones de production bénéficiant de meilleures conditions. Pour pénétrer sur le marché, les producteurs des régions de montagne doivent donc se concentrer sur la qualité des produits et des services uniques en leur genre que celles-ci ont à offrir.

Le Projet des produits de la montagne de la FAO a été lancé en septembre 2003 grâce à des fonds octroyés par le Gouvernement français, afin de promouvoir et de protéger les produits locaux de qualité comme stratégie de mise en valeur durable des régions de montagne. Le projet est articulé en différentes phases.

Durant la Phase 1 (Sept. 2003 - mars 2004), une base de données contenant des informations sur les produits de montagne du monde entier a été dressée, cinq études de cas régionales et une étude interrégionale ont été rédigées, ainsi qu'un rapport analysant les principaux facteurs communs de réussite. Les informations ont été recueillies en collaboration avec le Forum de la montagne (nœuds régionaux d'Amérique latine, d'Amérique du Nord, et de l'Asie-Pacifique), l'Initiative des hauts plateaux africains (CIRAF) et Euromontana.

Au cours de la Phase 2 (Sept. 2004 - nov. 2005), un certain nombre d'études sous-sectorielles sur les produits de montagne prometteurs (y compris l'identification des contraintes et opportunités le long des chaînes de valeur) ont été effectuées. Le CIHEAM a analysé les plantes médicinales/aromatiques, l'arboriculture et le tourisme rural dans la Méditerranée méridionale et orientale. Le CIP a examiné les secteurs de la pomme de terre indigène, du fromage et du café de qualité au Pérou et en Bolivie. ICIMOD a étudié le potentiel de croissance des champignons sauvages et des plantes médicinales (Bhoutan), la soie de Tasar et le miel de forêt (Inde), ainsi que le papier fait à la main et des plantes médicinales (Népal). CAB International s'est concentré sur le café, le miel et les noix de macadamia dans les hauts plateaux du Kenya.

En s'appuyant sur le rapport établi par le CIHEAM, le Gouvernement français a affecté des fonds pour deux ans (2005 - 2007) en vue de créer un centre de ressources méditerranéennes sur Internet sur les produits de montagne de qualité, qui permettra aux petits producteurs vivant en Afrique du Nord et au Moyen-Orient d'accéder aux informations (ex. Lois et politiques de l'UE sur le commerce et la sécurité sanitaire des produits alimentaires, Organisations de promotion des produits de qualité dans la région, Matériels de formation, Publications, Accès aux financements, etc.) servant à renforcer leur compétitivité en vue de la création d'une nouvelle zone de libre-échange EUROMED en 2010. Le Centre de ressources sera établi en collaboration avec le CIHEAM.

 

dernière mise à jour:  mercredi 24 octobre 2012