Faune

Das et Sidddiqi (1985) présentent une compilation des espèces de faune sauvage (mammifères, reptiles et amphibiens) et d'oiseaux que l'on trouve dans les Sundarbans, la plus vaste zone de mangrove d'un seul tenant qui existe au monde. McNae (1968) fournit une vue d'ensemble de la faune des mangroves dans la région indo-pacifique occidentale et Saenger et al. (1983) examine l'état des écosystèmes de mangrove existant dans le monde, y compris de leur faune.

Reptiles et amphibiens

Parmi les reptiles, les crocodiles et les alligators sont les principaux hôtes naturels des habitats marins et estuarins.

Deux espèces, le crocodile américain Crocodylus acutu et le caïman à lunettes Caiman crocodylus, sont présentes au Costa Rica où elles sont inscrites sur la liste des espèces menacées, essentiellement en raison du commerce international de leurs peaux. C. acutus a une très vaste aire de répartition et on le trouve à Cuba, sur les côtes Pacifique de l¿Amérique centrale, en Floride et au Venezuela. L¿espèce cubaine Crocodilus rhombifer est présente à Cienaga de Lanier et est endémique. L¿alligator du Mississipi Alligator mississippiensis figure sur la liste des espèces menacées en Floride (Hamilton and Snedaker, 1984). En Afrique de l¿Ouest, le faux gavial africain (Crocodilus cataphractus) est présent dans les zones de mangrove et en Asie, le crocodile marin Crocodilus porosus est menacé d¿extinction sur une grande partie de son aire de répartition. On s¿efforce toutefois de le conserver en Inde, au Bangladesh, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et en Australie (FAO, 1982).

Les grands lézards iguana iguana (iguane) et Ctenosaura similis (iguane noir) se rencontrent couramment dans les mangroves d'Amérique latine, où ils sont mangés par les indigènes, tout comme leurs cousins d'Afrique de l'Ouest Varanus exanthematicus (varan des savanes) et d'Asie Varanus salvator (varan aquatique).

Les tortues de rivières sont communes et les tortues marines déposent, on le sait, leurs ¿ufs sur les plages de sable dans de nombreuses zones à mangrove, partout dans le monde. Le long de la côte pacifique du Costa Rica, les deux principaux sites d¿oviposition fréquentés par la tortue olivâtre du Pacifique (Lepidochelys olivacea) se trouvent sur la Playa Nacite à l¿intérieur du Santa Rosa National Park et sur la Playa Oe ostional près du Rio Nosara. La viande de cette tortue, qui pèse en moyenne 40 kgs, est très prisée. Elle est en voie d¿extinction en raison de la prédation et de la surexploitation dans quelques pays, notamment le Mexique et l¿Équateur.

On trouve aussi un certain nombre de serpents dans les zones de mangrove, surtout plus à l'intérieur des terres.

Ressources aquatiques

L'importance des mangroves comme zones de nourriture, de reproduction et d'alevinage pour de nombreux poissons et mollusques commerciaux est reconnue (Heald et Odum, 1970; MacNae, 1974; Martosubroto et Naamin, 1977). De même, Chong (1987) a signalé que l'emplacement des fonds de pêche en Sierra Leone était géographiquement lié à la distribution des mangroves côtières.

Le développement d'une vase argileuse molle où les crabes peuvent creuser leurs trous, et la prolifération d'herbes marines ou d'herbes à tortue attirent la faune de crustacés, le long des mangroves.

Matthes et Kapetsky (1988) ont préparé un recueil mondial des espèces aquatiques associées à la mangrove, qui ont une valeur marchande; ce recueil contient des informations comme l'extension géographique de chaque espèce; les zones de la mangrove où on les trouve, leur dépendance à l'égard de la mangrove et leur qualité et leur utilisation à des fins halieutiques.

Poissons

D'après les rapports, plus de 120 espèces de poissons sont pêchées dans les Sundarbans (Seidensticker and Hai, 1983), la grande majorité étant des espèces des eaux saumâtres et estuarines. Selon Ulloa (1978), 92 espèces de poissons appartenant à 13 familles sont capturées dans la baie de Jiquilisco en El Salvador.

Les espèces qui ont une valeur commerciale sont les mulets (Mugilidae) les vivaneaux (Lutjanidae), le chano (Chanos chanos), la perche barramundi (Lates calcarifer) et le tilapia (Cichlidae). Le poisson le plus remarquable est probablement le Periophthalmus sp. qui est endémique des mangroves.

Coquillages

Malgré la présence de mammifères et de reptiles plus spectaculaires, il semble que les animaux qui apportent le plus de biomasse dans les mangroves soient les coquillages - terme collectif désignant à la fois les crustacés (crabes et crevettes) et les mollusques (bivalves et gastropodes).

Le gélasime africain Uca sp. et les diverses espèces de Sesarma (crabes rouges) sont des habitants communs des zones intertidales des mangroves dans toute la région indo-pacifique. Des crabes de la famille Portunidae ont été observés dans le golfe arabique et dans les Émirats Arabes Unis. Les crabes comestibles (Scylla serrata en Asie et en Afrique de l'Est et Callinectes latimanus en Afrique de l'Ouest) sont des produits très prisés de la mangrove.

Les crevettes les plus communes comprennent la crevette géante d'eau douce (Macrobrachium rosenbergii) et les crevettes pénéidées marines (Penaeus indicus, P. merguiensis, P. monodon et Metapenaeus brevicornis). Toutes ces espèces ont probablement à peu près le même parcours de développement : ponte au large, migration côtière des larves, stade juvénile estuarin suivi d'une migration au large aux fins de la reproduction pour compléter leur cycle biologique. Cependant, les espèces diffèrent par l'étendue de leur déplacement en haute mer durant cette migration. Des enquêtes réalisées en Malaisie ont montré que le genre Penaeus était abondant à toutes les profondeurs jusqu'à 50 m, alors que Metapenaeus avait sa zone de prédilection entre 11 et 30 m de profondeur et Parapenaeopsis était surtout confiné à la zone des 5-20 mètres.

D'après les rapports, les crevettes pénéidées se reproduisent au large des côtes tout au long de l'année, avec toutefois des périodes de pointe observées pendant les périodes mai-juillet et octobre-décembre, qui coïncident avec l'arrivée des moussons. En Malaisie occidentale, un pic des entrées de postlarves de P. merciuiensis a été signalé en novembre et en décembre.

Après trois ou quatre mois dans des estuaires de mangrove, les crevettes juvéniles migrent dans les eaux côtières peu profondes de mars à juin où elles atteignent la maturité sexuelle. Lorsqu'elles sont plus grosses, elles se déplacent plus au large vers les frayères, à plus de 10 brasses de profondeur. Les principales migrations de ponte commencent en juin et durent jusqu'à fin janvier.

En ce qui concerne les coquillages, en Amérique centrale, le gros bivalve Anadara grandis (arche pied d'âne), est devenu rare à force d'être surexploité, et est aujourd'hui remplacé par de plus petites arches principalement constituées de deux espèces Anadara multicostata et A. tuberculosa. Anadara tuberculosa est le mollusque bivalve commun des écosystèmes de mangrove, que l'on trouve de la basse Californie au Pérou (Keen, 1971).

Le principal bivalve des mangroves indo-malaises est l'arche granuleuse (Anadara granosa) et les gastropodes les plus souvent récoltés sont Cerithidia obtusa, Telescoplum mauritsil et T. telescopic.

Les huîtres sont aussi d'importantes sources de production aquatique qui, comme les coquillages, peuvent être cultivées, pour peu que le substratum soit approprié pour attirer les naissains et que le milieu estuarin soit favorable.

Grâce à leur importance (crustacés et des mollusques) comme source de protéines facilement accessibles et comme ressource renouvelable rémunératrice pour les communautés côtières, les coquillages constituent le groupe d'espèces le plus communément exploité des mangroves.

Benthos

La faune benthique comprend les poissons juvéniles, les crustacés, les crabes et les bivalves.

Jusqu'à une époque récente, les études sur la faune benthique des bancs de vase intertidaux des régions tropicales étaient extrêment rares alors qu'elles pouvaient fournir des indications sur la valeur des bancs de base comme source de nourriture pour les oiseaux aquatiques et les poissons marins et estuarins (Erftemeijer, Balen et Djuharsa, 1988; Silvius, Chan et Shamsudin, 1987). Des études récentes ont cependant été menées par exemple à Hong Kong, en Chine et à Taïwan - souvent à l'occasion d'études de faisabilité sutr l'utilisation des mangroves pour le traitement des eaux usées (voir HKUST, 1993).

Mammifères

Si un grand nombre de mammifères fréquentent les habitats de mangrove, seuls quelques-uns y vivent de façon permanente et moins encore se limitent aux mangroves (FAO, 1982). Cependant, dans de nombreux pays, les mangroves représentent le dernier refuge pour un certain nombre de mammifères rares et menacés d'extinction.

À marée basse, on voit souvent des singes (Macacus irus ) creuser pour trouver des coquillages et des crabes en Malaisie et les Cebus capucinus manger des coques dans les mangroves costaricaines. D¿après les rapports, lorsque ces singes sont nombreux, la zone est pauvre en coques. Ces animaux font aussi des dégâts notables aux jeunes plantules, en les déracinant. Le Nasique (Nasalis larvatus) est endémique des mangroves à Bornéo, où il se nourrit de feuilles de Sonneratia caseolaris et de Nipa fruticans (FAO, 1982) ainsi que de Rhizophora propagules. Les singes sont eux-mêmes la proie des crocodiles et ils sont chassés par les braconniers.

Les autres mammifères comprennent le tigre royal du Bengale (Panthera tigris), le léopard (Panthera pardus ) et le daim tacheté (Axis axis ) dans les Sundarbans; les sangliers (Sus scrofa) et le chevrotain (Tragulus sp.) dans les marais de Nipa partout en Asie du Sud et du Sud-Est; et de petits carnivores comme les chats viverins (Felix viverrima), les civettes (Viverra sp. et Vivererricula sp.) et les mangoustes (Herpestes sp.). Les loutres(Aonyx cinera et Lutra sp.) sont communes mais rarement visibles.

Les dauphins, comme le plataniste du Gange (Platanista gangetica ) et le dauphin commun (Delphinus delphis ) sont aussi présents dans les rivières des mangroves de même que les lamantins (Trichechus senegalensis et Trichechus manatus latirostris ) et les dugongs (Dugong dugon ) même si ces espèces sont de plus en plus rares et menacées d'extinction, dans de nombreuses régions.

Avifaune

Le marais maritime est un sanctuaire idéal pour l'avifaune, qui comprend quelques espèces migratrices. Selon Saenger et al. (1983), la liste complète des espèces d'oiseaux des mangroves dans chaque région biogéographique comprend entre 150 et 250 espèces. Dans le monde, 65 d'entre elles cont cataloguées comme menacées ou vulnérables. Plusieurs emquêtes sur l'avifaune des mangroves ont été effectuées en Asie du Sud Est.

À Cuba, il existe plusieurs espèces endémiques qui occupent des niches écologiques spécifiques, comme la paruline jaune de Gundlach (Dendroica petechis gundlachi ) et le râle à crécelle (Rallus longirostris caribaeus ).

Les oiseaux les plus nombreux sont les échassiers, les hérons, les aigrettes et les cigognes.

Les oiseaux de proie comprennent les aigles marins (Haliaetus leucogaster), les milans-pêcheurs (Haliastur indus), les balbuzards-pêcheurs (Pandion haliaetus) et les aigles-pêcheurs (Ichthyphagus ichthyaetus).

Les martins-pêcheurs et les guêpiers sont parmi les oiseaux les plus colorés fréquemment observés dans les mangroves.


Références
Chong, P.W. 1987. Proposed Management and integrated utilization of mangrove resource in Sierra Leone. Project UNDP/FAO: SIL/84/003, Field Document No. 6.
Das, S. & Siddiqi, N. A. 1985. The mangroves and mangrove forests of Bangladesh. Magrove Silviculture Division Bulletin No. 2, Bangladesh Forest Research Institute and UNDP/FAO Project BGD/79/017. Chittagong, Bangladesh.
FAO. 1982. Management and utilization of mangroves in Asia and the Pacific. FAO Environmental Paper 3. Rome.
Erftemeijer, P., Balen, B. & Djuharsa, E. 1988. The importance of Segara Anakan for nature conservation, with special reference to its avifauna. Asian Wetland Bureau/INTERWADER ?PHPA. Bogor.
Hamilton, L.S. & Snedaker, S.C. 1984. Eds. Handbook of mangrove area management. IUCN/UNESCO/UNEP. East-West Center, Honolulu, Hawaii.
Heald, E.J. & Odum, W.E. 1970. The contribution of mangrove swamps to Florida fisheries. Proc. of the Gulf and Caribb. Fish. Inst., 22: 130-135.
HKUST. 1993. Programme and abstracts. Asia-Pacific symposium on mangrove ecosystems. Hong Kong 1-3 September 1993. Hong Kong University of Technology, Hong Kong.
Keen, A. 1971. Sea shells of tropical West America. Stanford University Press.
Martosubroto, P. & Naamin, N. 1977. Relationship between tidal forests (mangroves) and commercial shrimp production in Indonesia. Mar. Res. in Indon., 18: 81-86.
Mattes, H. & Kapetsky, J.M. 1988. World wide compendium of mangrove-associated aquatic species of economic importance. FAO Fisheries Cic. No. 814. Rome.
McNae, W. 1968. A general account of the fauna and flora of swamps and forests in the Indo-West-Pacific Region. Adv. Mar. Biol., 6: 27-270.
Saenger, P., Hegerl, E.J. & Davie, J.D.S. 1983. Global status of mangrove ecosystems. Commission on ecology papers No. 3. Gland, Switzerland, IUCN.
Seidensticker, J. & Hai, Md. Abdul. 1983. The Sundarbans wildlife management plan: conservation in the Bangladesh coastal zone. Gland, Switzerland, WWF/IUCN.
Silvius, M.J., Chan, H.T. & Shamsudin, I. 1987. Evaluation of wetlands of the west coast of Peninsular Malaysia and their importance for natural resource conservation. WWF/FRI/University of Malaya/INTERWADER Joint Project. Kuala Lumpur, WWF Malaysia.
Ulloa. 1978.


Extrait de
FAO. 1994. Mangrove forest management guidelines. FAO Forestry Paper No. 117. Rome.

dernière mise à jour:  dimanche 15 mai 2005