Produits forestiers non ligneux

Palmier nipa

Les utilisations de ce palmier sont aussi nombreuses que variées. Les ruraux utilisent beaucoup son chaume pour fabriquer les toitures et les murs de leurs maisons. Les bardeaux de nipa sont bon marché, légers à transporter, faciles à fixer et tiennent plusieurs années, surtout dans des maisons équipées de fours ouverts. On fabrique aussi du papier à cigarettes avec les jeunes pousses de nipa.

La tige des fleurs de nipa contient aussi de la sève dont on peut tirer un fluide sucré. Aux Philippines, on pratique depuis de nombreuses années la culture à grande échelle du nipa pour produire de l'alcool.

Mis à part l¿alcool, trois autres produits peuvent être fabriqués à partir de la sève du nipa, dans de bonnes conditions de rentabilité. Le plus simple est le sirop de sucre, qui peut être commercialisé comme un édulcorant de choix, comme le sirop d¿érable. Un autre produit potentiel est le sucre brun, apprécié dans les pays développés, où il est considéré comme « bon pour la santé ». Le troisième produit, qui est peut-être le plus important, est le vinaigre; il peut être utilisé pour la cuisine, pour l¿industrie et pour la conservation des aliments. Le vinaigre de nipa aurait un rôle important à jouer comme substitut du vinaigre de production industrielle.

Apiculture

Les abeilles, du genre Apis, sont exploitées par l'homme depuis des milliers d'années. Apis mellifera, une espèce indigène présente sur tout le continent africain, dans la plus grande partie de l'Europe et au Moyen-Orient, est la plus connue et la plus répandue de toutes les espèces.

Il n'existe aucune espèce indigène d'abeille sur le continent américain, en Australie ou dans la zone du Pacifique, mais l'abeille Apis mellifera a été introduite dans ces zones, à partir de l'Europe, il y a environ 400 ans (Bradbear, 1990).

Avicennia germinans, Laguncularia racemosa et Conocarpus erectus sont des arbres des mangroves précieux comme sources de nectar et de pollen et Rhizophora mangle est aussi une plante mellifère (Hamilton and Snedaker, 1984).

En Asie, l'apiculture est une activité importante au Myanmar, au Bangladesh et en Inde. Dans les Sundarbans, de la cire et du miel d'abeilles sont produits par des essaims d'abeilles sauvages qui construisent des ruches sur les branches, dans les trous et les crevasses des arbres. Les ruches et les arbres sont souvent détruits durant la récolte. D'après les estimations, on a abattu environ 9 300 arbres durant la campagne de 1982/83 pour produire 233 tonnes de miel et 58 tonnes de cire, alors qu'avec un aménagement approprié, 1550 ruches auraient suffi pour obtenir le même rendement (Christensen et Snedaker, 1984).

Faune sauvage

Comme dans d'autres types de forêts, la faune sauvage des mangroves est une source de protéines importante pour les communautés locales. En outre, certaines espèces, en particulier de reptiles, sont chassées ou élevées pour leurs peaux. On trouvera ci-après des exemples d'utilisations traditionnelles d'un choix d'espèces de faune sauvage des mangroves.

Le sanglier sauvage (Sus scrofa), que l'on voit souvent errer à la lisière du marécage, est apprécié pour son gibier en Asie.

La tortue verte marine (Chelonia mydus) présente au Myanmar et dans d'autres pays d'Asie, peut atteindre un poids de 400 livres et une longueur de 4 à 4,5 pieds. Elle pond entre 100 et 200 'ufs à la fois et les populations locales consomment à la fois ses 'ufs et sa chair.

Les crocodiles et les alligators sont chassés dans le monde entier pour leur précieuse peau.

Produits de la pêche

D¿un point de vue économique, les mangroves sont souvent bien plus importantes pour la production d¿organismes aquatiques qui y vivent que pour leur production de bois potentielle. Selon Kapetsky (1985), le rendement en poissons et en coquillages serait en moyenne de 90 kg/ha dans les zones de mangrove, avec un maximum potentiel de 225 kg/ha. Toujours selon cet auteur, la production halieutique totale mondiale des mangroves serait de l¿ordre de 1 000 000 tonnes par an (pour une superficie estimée à 83 000 km2 d¿eaux libres à l¿intérieur des mangroves), soit à peine plus d¿un pour cent de la production mondiale totale annuelle estimée de tous les types d¿eau.

Poisson

En Thaïlande, les principales espèces de poissons commerciaux capturées à l'intérieur ou à proximité des mangroves sont les mulets (Liza subviridis), la perche barramindi (Lates calcarifer), les vivaneaux (Lutjanus spp.), les tilapias (Tilapia spp.), les mérous(Epinephelus spp.), les machoirons (Arius spp.), les barburs (Eleutheronema spp.) et le serpent de mer (Ophichthus microcephalus) (Christensen, 1982).

Le poisson le plus important en Afrique de l'Ouest est le "Bonga" (Ethmalosa fimbriata). Les autres genres importants de la même famille (clupéidés) sont la sardinelle et la spratelle. Le tilapia joue aussi un rôle essentiel. En Afrique de l'Est, les tilapias et les cyprinidés sont parmi les genres les plus recherchés devant les mulets, les anguilles et les chanos (Chanos chanos).

En Amérique latine, les mulets et les vivaneaux sont parmi les poissons les plus communs que l'on capture à l'intérieur ou à proximité des mangroves.

Coquillages

Les principaux crabes comestibles (Scylla serrata en Asie et en Afrique de l'Est et Callinectes latimanus en Afrique de l'Ouest) sont des produits très prisés de la mangrove que l'on capture à l'aide de pièges de fabrication locale ou en les extrayant de leurs trous avec des crochets spéciaux. D'autres crabes comestibles sont plus ou moins prisés suivant les pays, notamment certaines espèces de Sesarma, Cardisoma et Thalamita (SECA/CML, 1987).

Les crevettes sont ordinairement capturées au dranet près des criques d'eau peu profonde à l'intérieur des mangroves, et au chalut en haute mer. À Matang, onze espèces commerciales de crevettes sont débarquées et Metapenaeus affinis, M. brevicornis, Parapenaeopsis sp. (notamment P. hardwickii et P. hungerfordi) et d Paenaeus merguiensis/penicillatus constituent l'essentiel des captures.

Les autres crustacés et mollusques que l'on récolte dans les mangroves sont les arches (Anadara sp.), les huîtres (Crassostrea tulipa), les moules et les escargots.

Mariculture

La mariculture traditionnelle, qui repose sur l'utilisation d'un système d'étangs artificiels pour élever des animaux marins ou d'eaux saumâtres spécifiques, est pratiquée en Indonésie depuis plusieurs siècles. Des « tambaks » (étangs) ont été construits pour élever des chanos (Chanos chanos). Le long des voies d'eau, des criques et des eaux estuarines des mangroves, une riche tradition de mariculture artisanale s'est développée et le poisson représente une part importante de la ration protéique des populations.

Les principaux types de mariculture pratiqués dans les eaux libres estuarines sont:

  • l'élevage sur le fond (sans clôtures) d'arches granuleuses et d'algues
  • l'élevage de poissons en nasses - par exemple de chanos (Chanos chanos), de perches berramundi (Lates calcarifer) et de mérous (Epinephelus tauvina)
  • l'ostréiculture et la mytiliculture sur radeau avec collecteur de naissains.

Aquaculture en étangs

Dans de nombreux pays en développement, les zones de mangrove ont été converties en vastes étangs aquacoles principalement utilisés pour la crevetticulture plutôt que pour la pisciculture en raison de la forte demande d¿exportation et du prix élevé des crevettes. Ce type d¿élevage se pratique essentiellement là où les eaux côtières sont riches en nutriments, et repeuplées avec des espèces commercialement prisées de crevettes sauvages au stades postlarvaires et juvéniles, et où l¿amplitude de la marée est favorable et suffisamment élevée (environ 3 m). Des étangs à crevettes sont construits dans les mangroves car leurs eaux estuarines peu profondes et abritées constituent l¿habitat naturel de diverses crevettes sauvages qui ont une valeur marchande, et qui fournissent des femelles gravides, et des postlarves et des juvéniles en abondance.


Références
Bradbear, N. 1990. Beekeeping in rural development. Cardiff, United Kingdom, International Bee Research Association.
Christensen, B. 1982. Management and utilization of mangroves in Asia and the Pacific. FAO Environment Paper No. 3. Rome.
Christensen, B. & Snedaker, S.C. 1984. Integrated development of the Sundarbans: Ecological aspects of the Sundarbans. FO:TCP/BGD/2309(mf). FAO Field Document No. 3. Rome.
Hamilton, L.S. & Snedaker, S.C. 1984. Eds. Handbook for Mangrove Area Management. IUCN/UNESCO/UNEP. Honolulu, Hawaii, East-West Center.
Kapetsky, J.M. 1985. Mangroves, fisheries and aquaculture. FAO Fish. Rep. 338. Suppl.: 17-36.
SECA/CML. 1987. Mangroves of Africa and Madagascar. Conservation and Reclamation. SECA/CML/CEC.


Extrait de
FAO. 1994. Mangrove forest management guidelines. FAO Forestry Paper No. 117. Rome.

dernière mise à jour:  jeudi 19 mai 2005