Foire aux questions sur la récente évaluation des mangroves

  • Qu¿appelle-t-on mangroves et pourquoi leur disparition est-elle préoccupante?

  • Les mangroves sont des forêts maremmes communes le long des côtes abritées des régions tropicales et subtropicales. Outre le fait qu¿elles protègent le littoral contre l¿érosion due au vent, aux vagues et aux courants, et les récifs de corail, les prairies marines et les routes de navigation contre l¿ensablement, les mangroves abritent une faune très diversifiée, y compris des mammifères, des reptiles, des amphibiens et des oiseaux menacés d¿extinction; de plus, elles alimentent les réseaux trophiques marins et servent de frayères à toute une série de poissons et de crustacés, dont diverses espèces commerciales. La destruction des mangroves menace la survie de ces espèces et contribue à l¿érosion des terres et à la salinisation des sols côtiers.

    Les mangroves fournissent aussi une vaste gamme de produits forestiers ligneux et non ligneux, tels que bois d¿¿uvre, bois de feu, charbon de bois, fourrage, miel, plantes médicinales et chaume, pour n¿en nommer que quelques-uns. Dans de nombreux pays en développement, les communautés côtières dépendent des forêts de mangroves qui leur fournissent du bois de feu pour faire la cuisine et des protéines sous la forme de poissons et de crustacés. Les mangroves sont une ressource vitale pour leur subsistance quotidienne.

    La forte pression des populations dans les zones côtières a cependant entraîné la conversion de nombreuses zones de mangroves au profit d¿autres utilisations, telles que la construction d¿infrastructures, l¿aquaculture, la production de riz ou de sel.

  • Quel est l¿objet de l¿étude?

  • De nombreuses études de cas décrivent la disparition des mangroves au fil du temps, mais on manque d¿informations sur la situation et les tendances des zones de mangrove, à l¿échelle mondiale. La présente initiative a principalement pour objet de faciliter l¿accès des décideurs, des planificateurs et des responsables de l¿aménagement des mangroves à ces informations, partout dans le monde.

  • À l¿aide de quelle méthodologie ont été effectuées ces estimations?

  • La plupart des chiffres récents ont été fournis par des pays dans le cadre de l¿Évaluation des ressources forestières (ERF 2000). Une étude approfondie de la littérature et les demandes d¿information envoyées à des réseaux et à des experts partout dans le monde ont permis de recueillir des renseignements supplémentaires sur la superficie actuelle et passée de mangroves. Les résultats ont été passés au crible une première fois pour éliminer les doubles emplois, rejeter les estimations trop approximatives et sélectionner une seule estimation pour les années où plusieurs chiffres étaient disponibles. Des analyses de régression (meilleur ajustement de courbes linéaires, polynomiales, logarithmiques et de puissance) des données fiables obtenues au fil du temps, ont ensuite permis de dériver des estimations pour 1990 et 1980, et d¿extrapoler une estimation pour 2000 pour chaque pays.

    Lorsque l¿on manquait d¿informations pour analyser les tendances - ce qui a été le cas pour une seule estimation au cours des 30 dernières années (moins de un pour cent de la superficie totale de mangroves), on a supposé que la superficie était restée constante, sauf indication contraire ressortant d¿estimations qualitatives.

    Lorsque l¿on manquait d¿informations récentes (environ 3,5 pour cent de la superficie totale de mangroves), l¿extrapolation à l¿an 2000 a été basée sur le taux de variation total du couvert forestier indiqué dans l¿Évaluation des ressources forestières mondiales 2000 (FAO 2001), appliqué à l¿estimation fiable la plus récente.

  • Quelle définition a utilisé la FAO pour cette étude?

  • La FAO a repris les définitions utilisées dans les évaluations individuelles, de sorte que la définition change d¿un pays à l¿autre et d¿une évaluation à l¿autre à l¿intérieur d¿un même pays. Toutefois, comme les mangroves constituent un type de forêt très particulier, les variations des définitions employées ont été minimes.

  • Jusqu¿à quel point les estimations sont-elles fiables?

  • Comme pour toute analyse, les résultats dépendent de la qualité des données entrées. Dans le cas qui nous intéresse, la majorité des chiffres les plus récents ont été fournis par les pays dans le cadre de l¿ERF 2000. En ce qui concerne l¿analyse des tendances, il est difficile de comparer les résultats dans le temps, car les définitions et les méthodologies varient d¿une évaluation et d¿une enquête à l¿autre.

    Les nouvelles estimations fournies par cette étude pour 1980 et 1990 et les estimations fiables les plus récentes pour 1992 (année moyenne pondérée par la superficie) sont censées être les meilleures disponibles et être suffisamment fiables car elles se fondent essentiellement sur des informations issues d¿inventaires et de prospections aériennes; en revanche l¿extrapolation à l¿an 2000 est, de par sa nature, moins fiable, en particulier lorsque l¿on ne pouvait se baser sur aucune évaluations récente. Cette estimation n¿a donc qu¿une valeur indicative et elles est susceptible de changer au fur et à mesure que les résultats des enquêtes en cours et futures seront connus.

  • Que ressort-il de la comparaison des résultats de cette étude avec les précédentes?

  • Les résultats indiquent que les estimations passées de la superficie totale de mangroves, faites au début des années 80, (y compris l¿estimation mondiale fournie par la FAO et le PNUE dans le cadre de l¿ERF 2000) étaient trop basses (principalement en raison du nombre limité de pays couverts par l¿enquête), alors que celles qui ont été effectuées dans les années 90 étaient trop élevées.

  • Quels sont les pays qui ont les taux de déforestation les plus élevés?

  • En termes absolus, durant les années 80, les taux de déforestation les plus élevés ont été observés en Indonésie, au Pakistan, en Australie et au Mexique, ce qui n'est pas surprenant car ces pays sont ceux qui ont les plus vastes étendues de mangroves. Les mêmes pays (hormis le Pakistan qui a été remplacé par la Papouasie-Nouvelle-Guinée), sont ceux où le couvert de mangrove a le plus reculé dans les années 90, même s'ils ont presque tous eu un taux de déforestation beaucoup plus lent.

    En termes relatifs, les pays qui ont des taux de déforestation élevés sont Singapour, le Bénin, la Dominique, le Brésil et la Côte d'Ivoire dans les années 80, et la Côte d'Ivoire, le Honduras, la Chine, le Congo et la Barbade dans les années 90.

    Inversement, un certain nombre de pays ont enregistré un changement positif au fil du temps, notamment le Bangladesh, où le plus vaste territoire de mangroves (la forêt classée des Sundarbans) est bien protégé et où de vastes initiatives de boisement des côtes, en particulier des terres apportées par les crues, ont été couronnées de succès. Le Koweït enregistre aussi une tendance positive, grâce à la plantation d'espèces de palétuviers introduites de l'extérieur. Dans d'autres pays, une tendance positive apparente reflète probablement l'emploi de méthodologies et de définitions différentes ou la découverte de nouvelles zones de mangroves non prises en compte auparavant (par exemple dans les Émirats arabes unis).

    Les taux de déforestation relativement élevés des mangroves d'Asie, des Caraïbes et d'Amérique latine dans les années 80 reflètent une conversion massive des mangroves pour l'aquaculture et les infrastructures touristiques. La majorité des pays interdisent aujourd'hui le défrichement des mangroves au profit de l'aquaculture et exigent des évaluations d'impact environnemental avant toute conversion à grande échelle de ces écosystèmes.

  • La déforestation est une chose, mais qu'en est-il de la dégradation des mangroves?

  • L'enquête n'a fourni aucune information sur le taux de dégradation des mangroves, faute de données complètes et comparables.

  • Dans quelle mesure les pays ont-ils été associés à l¿étude et les chiffres ont-ils été validés?

  • Tous les pays ont été invités à fournir des informations sur la superficie actuelle de forêts, conformément aux types de forêts établis pour l¿ERF 2000, en utilisant leur propre système de classification. Etant donné que les mangroves constituent un type de forêt très particulier et relativement facile à définir, la plupart des pays qui en possèdent ont fourni des informations spécifiques sur leur couvert. La liste des estimations les plus récentes repose dans une très large mesure sur ces informations.

    Une étude approfondie de la littérature et les demandes d¿information envoyées à des réseaux et à des experts de mangroves partout dans le monde ont permis d¿obtenir des renseignements supplémentaires, notamment sur les estimations passées. On a recueilli jusqu¿à présent plus de 2800 séries de données nationales et infra-nationales couvrant 121 pays et zones où l¿on sait qu¿il existe des mangroves, les estimations les plus anciennes remontant à 1918 et aux années 20. Les informations ont été analysées avec le concours d¿experts des mangroves du monde entier, parmi lesquels figuraient dans de nombreux cas des fonctionnaires des gouvernements. (Une liste des personnes contactées pour chaque pays figure dans un des documents de travail en cours d¿impression). La série de données complète n¿a cependant pas été envoyée à tous les pays pour validation, mais elle sera incluse dans la documentation relative à la prochaine évaluation à mi-parcours des ressources forestières mondiales qui sera diffusée en 2005.

  • Puis-je accéder aux données originelles et les utiliser?

  • La base de données contenant toutes les données originelles et leur source sera bientôt accessible sur notre site web et en version imprimée; on y trouvera aussi des indications détaillées sur l¿analyse entreprise par la FAO, en vue de faciliter l¿analyse des données primaires, par d¿autres personnes.

    Pour plus de détails sur le taux de variation dans le temps, veuillez vous référer à FAO, in press. Status and trends in mangrove area extent worldwide. By Wilkie, M.L. and Fortuna, S. Forest Resources Assessment Working Paper No. 63. Forest Resources Division. FAO, Rome. (Non publié)

    En outre, les informations fiables les plus récentes concernant chaque pays présentées sur ce site web, sont mises à jour au fur et à mesure que de nouvelles informations arrivent, ce qui peut expliquer l¿écart avec les chiffres fournis dans le rapport SOFO 2003.

  • À quelle fréquence l¿information sera-t-elle mise à jour /quand aura lieu la prochaine évaluation?

  • Les informations de la base de données relatives à l¿estimation fiable la plus récente pour chaque pays seront tenues continuellement à jour.. Une estimation pour 2000 révisée sur la base de nouvelles informations sera diffusée en 2005 et à nouveau en 2010. Nous encourageons vivement les pays, organisations et individus, à nous communiquer leurs informations afin que la base de données soit aussi complète que possible.

  • Pourquoi certains des chiffres publiés sur ce site web diffèrent-ils de ceux indiqués dans la Situation des forêts du monde 2003?

  • Les chiffres concernant les superficies pour 1980, 1990 et 2000, et les variations de la superficie au fil du temps présentés dans les tableaux diffusés sur ce site web sont les mêmes que les chiffres indiqués dans la Situation des forêts du monde (SOFO) 2003, mais ceux concernant la variation annuelle moyenne en pourcentage diffèrent pour certains pays. Dans le SOFO 2003, les variations annuelles des superficies de mangroves pour les deux décennies 1980-90 et 1990-2000 ont été présentées comme étant celles des années 80 et 90 respectivement (Superficie2000/Superficie1990 -1)*100/10].

    Pour faciliter la comparaison avec les variations relatives du couvert forestier total dans chaque pays - tel qu¿elles sont par exemple signalées dans l¿Évaluation des ressources forestières mondiales 2000 - le taux de variation cumulé pour chaque décennie [(Superficie 2000/Superficie1990)^0.1-1)*100] a été employé pour les tableaux figurant sur ce site web, ce qui peut se traduire par des chiffres légèrement plus élevés pour certains pays.

    Les chiffres concernant la variation absolue et relative, sont des moyennes pour la décennie et ne rendent pas compte des fluctuations des taux au sein de la période. Pour plus de détails sur le taux de variation au fil du temps, veuilles vous référer au document FAO, in press. Status and trends in mangrove area extent worldwide. By Wilkie, M.L. and Fortuna, S. Forest Resources Assessment Working Paper No. 63. Forest Resources Division. FAO, Rome. (non publié) En outre, l¿estimation fiable la plus récente pour chaque pays, présentée sur ce site web est mise à jour dès l¿arrivée de nouvelles informations, ce qui peut aussi expliquer un écart avec les chiffres indiqués dans le SOFO 2003.

  • En quoi ces informations vont-elles changer les choses ?/Que va-t-il se passer?

  • Outre le fait qu¿elle démontre que le taux de déforestation reste plus élevé pour les mangroves que pour tous les types de forêts confondus, la base de données donne une indication des pays où les taux de déforestation sont les plus élevés, en termes relatifs et en termes absolus et partant, des pays qui pourraient prétendre en priorité à un appui de la FAO et d¿autres organismes. La base de données met également en évidence les lacunes d¿information et les efforts à faire pour obtenir des estimations de la superficie plus récentes et plus fiables. Nous travaillerons en liaison étroite avec les pays individuels pour les aider à se procurer des informations plus récentes et plus fiables dans le cadre de notre programme relatif aux évaluations forestières nationales qui fournit une assistance aux pays et renforce leurs capacités, et pour leur fournir l¿assistance technique dont ils pourraient avoir besoin dans les domaines de la conservation, de la remise en état, de l¿aménagement et de l¿utilisation durable des mangroves, en nous appuyant sur notre vaste expérience dans ce domaine qui comprend plus de 60 projets de terrain dans 35 pays différents au cours des 30 dernières années.

  • Quelles ont les autres activités de la FAO concernant les mangroves?

  • Les activités de la FAO liées aux mangroves ont débuté dans les années 50 et elles peuvent être regroupées par rapport aux principales activités de l¿ensemble de l¿Organisation:

  • Collecte, analyse et diffusion d¿informations liées aux mangroves; élaboration de matériel de sensibilisation, de directives et d¿études de cas sur les meilleures pratiques en matière de conservation, d¿aménagement et d¿utilisation durable des mangroves;
  • Fourniture d¿une instance neutre pour discuter d¿aspects techniques et de questions de politique, notamment appui au dialogue international sur les forêts et promotion de la coopération internationale;
  • Fourniture d¿avis aux gouvernements sur des questions techniques et de politique générale concernant la conservation et l¿utilisation durable des écosystèmes de mangroves et de leurs ressources;
  • Renforcement institutionnel, création de capacités - notamment grâce à une aide directe au développement, par le biais d¿un programme de terrain de grande envergure (plus de 60 projets en rapport avec les mangroves dans 35 pays différents sur les 30 dernières années).
  • dernière mise à jour:  jeudi 19 mai 2005