Mise en œuvre

La mise en œuvre est une phase déterminante: c’est le moment où un PFN produit l’effet recherché par les desseins ou les objectifs des politiques et des stratégies.

Étant donné que la mise en œuvre est menée par différentes parties prenantes publiques et privées, elle devra être coordonnée de manière participative par un organisme de coordination du PFN. Un renforcement des capacités sera souvent nécessaire pour permettre aux parties prenantes de remplir leurs rôles définis de manière adéquate.

La mise en œuvre implique d’obtenir des fonds; de mettre à exécution des stratégies de financement, des programmes et des projets d’investissement; ainsi que de coordonner et d’effectuer le suivi des activités.

Activités

Selon les résultats des activités de formulation des politiques et de planification stratégique, une réforme juridique et institutionnelle pourra s’avérer nécessaire. Dans ces cas, il faudra peut-être soumettre les propositions de modification d’ordre juridique à des procédures législatives qui sont souvent longues. En effet, pour traduire la volonté politique et les lois en directives pour l’action, il faudra adapter les réglementations s’y rapportant. Dans ces cas, disposer de matériels pédagogiques et de programmes de formation peut aider à faire comprendre et à diffuser ces nouveaux règlements.

Tous les éléments de la réforme politique et juridique ayant trait à d’autres secteurs devront être indiqués et reflétés, pour autant que possible, dans les procédures de réforme des autres secteurs. Une campagne de communication et d’information sera nécessaire pour illustrer à toutes les parties prenantes et au grand public les modifications d’ordre politique et juridique apportées.

Afin de mettre en œuvre des stratégies de financement, les moyens de recouvrement des revenus (honoraires, redevances, impôts) devront être améliorés, et des conditions favorables devront être créées pour faciliter les investissements en matière de ressources humaines et financières. Il faudra, pour cela, éliminer les contraintes et les freins en introduisant les mesures incitatives appropriées concernant également la sécurité foncière ou les droits d’usage à long terme. D’autres mesures importantes pour stimuler les investissements sylvicoles comprennent l’établissement de prix raisonnables pour les produits forestiers et d’opportunités de commercialisation pour les producteurs.

Résultats attendus

Le but de cette phase est de créer des conditions-cadre favorables permettant d’instaurer un environnement propice pour le développement durable des forêts. D’où l’incorporation de quelques-uns des éléments du processus concernant le PFN, comme:

  • les lois et les règlements qui reflètent la politique forestière nationale ayant fait l’objet d’une révision;
  • les modifications d’ordre juridique dans des secteurs connexes et sur des objectifs stratégiques transversaux qui soient favorables au développement du secteur forestier;
  • une structure institutionnelle améliorée et des ressources humaines capables;
  • des mécanismes facilitant le dialogue et le consensus parmi toutes les parties prenantes;
  • des stratégies et des mécanismes financiers favorisant les financements nécessaires pour progresser vers la gestion durable des forêts;
  • des investissements et des incitations pour renforcer les capacités des parties prenantes aux différents niveaux.

Un autre ensemble de réalisations renvoie à la mise en œuvre pratique et sur le terrain et peut comprendre: la superficie reboisée, la quantité d’hectares protégés et les unités monétaires investies dans la sylviculture. Ces réalisations devront être documentées, et faire l’objet d’un suivi ainsi que d’un compte-rendu.

En ce qui concerne les parties prenantes, l’accomplissement plus important sera l’amélioration des capacités sous l’aspect technique, organisationnel et de la gestion, notamment dans le cas de démarches participatives et intersectorielles. La participation accrue et la transparence du processus concernant le PFN donneront probablement lieu à une augmentation des accords de partenariat ou à d’autres formes de collaboration entre les parties prenantes.

 
@FAO/Giulio Napolitano

dernière mise à jour:  mardi 7 août 2012