Plan de la FAO pour l'agriculture dans les Petits États insulaires en développement

Un Plan d'action visant à garantir la gestion durable des ressources en terres, en eaux et en forêts ansi que la protection de l'environnement des Petits États insulaires en développement a été formulé, dans le cadre du suivi du Sommet mondial de l'environnement et adopté par le Conseil de la FAO en juin 1999.

Le Plan comprend cinq grands domaines d'action :

  1. adaptation à l'évolution du contexte mondial des échanges commerciaux;
  2. progression vers une agriculture plus intensive, plus diversifiée et plus durable;
  3. Satisfaction des besoins des pêcheries;
  4. Gestion durable des terres, des eaux et des forêts, et protection du milieu naturel;
  5. Renforcement des capacités et des institutions.

Dans le secteur forestier, les principaux objectifs et activités du plan d'action proposé sont les suivants:

Objectif 4.1: Promouvoir la préservation et l'utilisation durable des ressources en terres et en eau et gérer durablement les ressources forestières.

  1. encourager l'adoption et l'application d'une approche intégrée de la planification de l'utilisation des terres qui tienne compte des liens et des interactions entre les divers écosystèmes et secteurs économiques;
  2. encourager la remise en état et la préservation des terres boisées et des bassins versants et, le cas échéant, améliorer la capacité de production de ces ressources et assurer des pratiques durables en matière de gestion et d'exploitation forestières;
  3. lutter contre la dégradation des terres et renforcer la protection des côtes grâce, notamment, à des activités intensifiées de préservation des sols, de boisement et de reboisement;
  4. encourager l'adoption de systèmes agroforestiers et la mise au point d'essences forestières polyvalentes résistant aux ravageurs, aux maladies et aux cyclones;
  5. assurer la planification intégrée des environnements terrestres et marins, afin de prévenir leur dégradation et d'exploiter pleinement de manière rationnelle le potentiel de la base de ressources naturelles, notamment pour l'écotourisme.

Objectif 4.2: Renforcer la protection de l'environnement.

  1. renforcer la base d'informations nécessaire au suivi de l'environnement et intégrer les valeurs et préoccupations écologiques au processus de développement;
  2. selon le cas, établir une nouvelle législation nationale, ou amender celle qui existe, pour que soit en place un cadre juridique complet, à jour et coordonné sur la gestion des ressources naturelles et la protection de l'environnement;
  3. appliquer, ratifier ou signer, selon qu'il conviendra, les conventions internationales telles que la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, la Convention sur la diversité biologique et la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, ainsi que le Protocole de Kyoto; adopter si besoin est une législation nationale pour appliquer ces conventions.

Objectif 4.3: Améliorer la préparation aux catastrophes.

  1. atténuer la vulnérabilité des pays face aux catastrophes naturelles, aux fluctuations climatiques, aux incendies de forêts, aux ravageurs et aux maladies, ainsi que l'impact de ces catastrophes naturelles, en formulant des stratégies de préparation aux catastrophes et d'atténuation de leurs effets;
  2. s'efforcer de préserver les zones de mangroves qui assurent une protection contre les raz-de-marée et les tempêtes.

Objectif 5.1: Créer et/ou renforcer les capacités nationales dans le contexte de l'Accord sur l'agriculture du Cycle d'Uruguay.

  1. renforcer les capacités nationales de formulation de politiques pour les secteurs agricole, halieutique et les capacités d'analyse pour évaluer l'impact des changements politiques proposés par l'OMC;

Objectif 5.2: Renforcer les services de soutien à l'agriculture.

  1. améliorer la disponibilité du crédit et l'accès au crédit, de façon à promouvoir les produits non traditionnels;
  2. renforcer les organismes nationaux s'occupant des forêts et améliorer la coordination entre ces organismes et d'autres organismes nationaux connexes, de façon à renforcer leur collaboration et à l'occasion de programmes d'assistance financés par des sources extérieures.

Objectif 5.3: Fournir un cadre cohérent pour une gestion durable des ressources naturelles et la protection de l'environnement.

  1. se doter d'une législation appropriée en matière de protection de l'environnement et de gestion des ressources naturelles, couvrant les ressources en terre, en eau et en forêts, la protection des végétaux et la santé animale, les changements climatiques, la désertification, la biodiversité, la faune sauvage et les ressources génétiques, les zones protégées et les habitats critiques, la gestion intégrée des zones côtières et la préservation de l'environnement marin, ainsi que la conservation et la gestion des pêches dans les zones placées sous leur juridiction nationale et, le cas échéant, en haute mer, ou renforcer cette législation si elle existe déjà, et en assurer l'application;
  2. encourager l'adoption d'approches intégrées de la gestion des ressources naturelles, afin d'atténuer les impacts intersectoriels négatifs;
  3. intégrer les politiques forestières nationales dans un cadre plus vaste de gestion des ressources naturelles au niveau national;
  4. décourager les pratiques agricoles non durables, le déboisement non contrôlé, les pratiques de pêche destructives et la surpêche;
  5. élaborer des mesures pour atténuer les pertes de diversité biologique;
  6. créer, selon qu'il conviendra, des bases de données et des systèmes d'information pertinents et appuyer la collaboration régionale, y compris le partage d'informations et de technologies entre pays insulaires.
dernière mise à jour:  samedi 29 octobre 2005