Historique de Silva Mediterranea

Forêts méditerranéennes (FAO)

L'idée d'une coopération forestière entre les pays de la Méditerranée fut lancée en 1911 et en 1922, la Ligue des forêts méditerranéennes fut créée sous le nom de Silva Mediterranea . En 1948, Silva Mediterranea est devenu le Comité des questions forestières méditerranéennes, un organe statutaire de la FAO, au sein duquel les pays du bassin méditerranéen membres de la Commission européenne des forêts, de la Commission des forêts pour le Proche-Orient et de la Commission des forêts et de la faune sauvage pour l'Afrique pouvaient se réunir, partager des expériences et concevoir des programmes de coopération.

Silva Mediterranea a adopté un cadre stratégique conceptuel, le Programme d¿action forestier méditerranéen, afin d'aider les pays de la région à élaborer leurs politiques nationales et à appliquer les recommandations de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (Rio, 1992), qui exhortait les pays à formuler des programmes forestiers nationaux. Là où des recherches étaient nécessaires, le Comité a établi des réseaux de recherche coopérative sur des thèmes identifiés durant les sessions. Les six réseaux de recherche établis initialement concernent:

  • La gestion des feux de forêt;
  • La sélection d'espèces polyvalentes pour les zones arides et semi-arides;
  • La sylviculture de l'espèce: Cedrus spp.;
  • La sylviculture de l'espèce: Pinus pinea;
  • La sélection de peuplements de conifères méditerranéens pour la production de semences à utiliser dans les programmes de reboisement;
  • La sylviculture de l'espèce: Quercus suber.

Mission initiale

La mission initiale de Silva Mediterranea est la suivante:

  • Examiner périodiquement les tendances de l'utilisation des terres forestières dans le bassin méditerranéen et évaluer l'impact des changements mis en oeuvre dans les secteurs agricole, industriel et urbain;
  • Conseiller les gouvernements membres en fonction de cet examen, sur la réorientation ou les améliorations qui s'imposent compte tenu de l'évolution de la situation ou des nouveaux besoins émergents;
  • Examiner périodiquement les progrès de la technologie forestière dans les contextes régionaux et écologiques afin de mieux évaluer les méthodes présentes d'utilisation des terres forestières;
  • Identifier les priorités de recherche dans le bassin méditerranéen, définir des projets de recherche forestière présentant un intérêt commun pour les gouvernements membres de la région et recommander aux instituts de recherche forestière de la région des mesures pour exécuter ces projets;
  • Définir et réaliser, en collaboration avec les États Membres et avec l'appui des institutions forestières nationales appropriées, des études techniques et des enquêtes pour faciliter la formulation et la mise en oeuvre des politiques forestières nationales.

2002 - Un tournant pour Silva Mediterranea

À la dix-huitième session du Comité tenue au Siège de la FAO, à Rome, en avril 2002, l'avenir de Silva Mediterranea était la principale question à l'ordre du jour. Sur la base d'un examen externe de Silva Mediterranea et de ses réseaux, qui avait été recommandé par le Comité, à sa session précédente, à Antalya (Turquie) en octobre 1997, un certain nombre de changements ont été proposés pour revigorer Silva Mediterranea .

Le Comité a proposé que les réseaux de recherche soient progressivement supprimés et remplacés par des groupes de travail avec un mandat spécifique et des objectifs, des réalisations et des calendriers bien définis. Il a exhorté Silva Mediterranea à établir des alliances plus efficaces avec d'autres institutions opérant dans le bassin méditerranéen.

La réunion a suggéré que Silva Mediterranea adopte à l'avenir la ligne d'action suivante: parachèvement des activités passées promettant de déboucher sur des réalisations importantes et utiles; activités orientées vers la gestion durable des forêts et des terres boisées méditerranéennes; et contribution de Silva Mediterranea au développement durable en général. Silva Mediterranea a été invitée à traiter les questions forestières de la région selon une approche compatible avec les nouveaux paradigmes et les innovations émergentes tant dans le bassin méditerranéen que dans le dialogue international sur les forêts.

Les participants ont noté que Silva Mediterranea devrait s'efforcer de mieux répondre aux besoins du pays, en particulier en renforçant ou en améliorant:

  • Les interventions et la contribution du secteur forestier au bien-être et au développement socio-économique de la population, notamment la lutte contre la pauvreté et la sécurité alimentaire;
  • La contribution du secteur forestier à la mise en oeuvre des conventions internationales sur la diversité biologique, le changement climatique et la lutte contre la désertification;
  • La planification du secteur forestier par le biais des programmes forestiers nationaux; et
  • La promotion de la gestion durable des forêts.

Depuis, les pays membres de Silva Mediterranea s'emploient à mettre en oeuvre ces recommandations.

Initiatives internationales intéressant les forêts méditerranéennes

Le Plan d'action pour la Méditerranée (PAM), adopté en 1975 lors de la Conférence du Programme des Nations Unies pour l'environnement, à Barcelone, avait originellement pour objet la lutte contre la pollution marine et la protection des rivages marins. Cependant, il est rapidement devenu évident qu'il fallait étendre le mandat du PAM aux écosystèmes terrestres, en prenant dûment en considération les conditions et les exigences socio-économiques. Le Plan Bleu pour la Méditerranée a été élaboré pour répondre à ce besoin.

La conservation des écosystèmes et la conservation des ressources génétiques animales et végétales sont traitées dans la composante forestière du Plan Bleu. Le Plan Bleu analyse les raisons de la dégradation des écosystèmes méditerranéens, il attire l'attention sur les conséquences avérées et potentielles des dégâts souvent irréversibles qui leur sont causés, et suggère des mesures pour leur protection et leur gestion futures.

Le Plan bleu exhorte en particulier les pays concernés à unir leurs efforts pour mettre en oeuvre un plan dynamique et cohérent visant à sauvegarder l'environnement méditerranéen, avec l'assistance de la communauté internationale.

En 1988, la Communauté économique européenne (CEE) a adopté un Programme d'action à moyen terme pour la protection de l'environnement méditerranéen, complété par un plan financier pour des investissements dans des programmes environnementaux dans les régions à faibles revenus de la CEE, comprenant des pays de la région méditerranéenne. La même année, la Banque mondiale et la Banque européenne d'investissement ont lancé un programme commun pour l'environnement méditerranéen, dans lequel elles ont défini une politique de l'environnement et identifié les besoins d'investissement des pays méditerranéens.

L'épuisement des ressources naturelles dans le bassin méditerranéen, en particulier la dégradation des forêts et des terres boisées, a conduit les pays à demander avec insistance, dans les années 80, une assistance pour l'élaboration d'un programme d'action forestier pour la Méditerranée, compatible avec les programmes forestiers nationaux opérationnels dans un certain nombre de pays tropicaux. Cette demande d'appui a été exprimée avec une force particulière au Dixième Congrès forestier mondial tenu à Paris (France) en septembre 1991, et a été réitérée à la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED) à Rio de Janeiro, en juin 1992, où un appel a été lancé au plus haut niveau pour que les pays de toutes les régions formulent et mettent en oeuvre des programmes forestiers nationaux. Pour répondre à ces demandes, un plan d'action forestier pour la Méditerranée (PAF-MED) a été formulé dans le cadre de Silva Mediterranea avec la pleine participation des pays concernés. Le PAF - MED est conçu comme un cadre régional sous l'égide duquel l'élaboration et la mise en oeuvre de Plans d'action forestiers nationaux pourront être harmonisées et appuyées, et met l'accent sur la gestion durable des forêts et la conservation de la diversité biologique et des ressources génétiques.

dernière mise à jour:  mardi 12 octobre 2010