Processus d'harmonisation des définitions relatives aux forêts

Le processus d'harmonisation de la terminologie forestière est étroitement lié aux activités du Partenariat de collaboration sur les forêts (PCF). Les définitions qu'elle contient intéressent de près l'Évaluation des ressources forestières.

La FAO a facilité deux réunions sur le sujet.

La FAO, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), le Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR), l'Union internationale des instituts de recherches forestières (IUFRO) ont organisé conjointement la première Réunion d'experts sur l'harmonisation des définitions relatives aux forêts utilisées par les diverses parties prenantes qui s'est tenue au Siège de la FAO à Rome, du 23 au 25 janvier 2002. Cette réunion a inauguré un processus qui vise à promouvoir une plus grande cohérence dans l'utilisation des définitions liées aux forêts, pour réduire les besoins en matière d'établissement des rapports et le coût de cette opération pour les pays, et pour  faciliter la communication et les négociations entre les conventions, les processus et les instruments internationaux. La réunion a recommandé, entre autres, d'établir un groupe de travail; de préparer un cadre analytique global et d'organiser une autre réunion d'experts pour examiner  le cadre  et décider des autres mesures à prendre. 

La Deuxième  Réunion d'experts sur l'harmonisation des définitions relatives aux forêts utilisées par les diverses parties prenantes a été  organisée conjointement par la FAO et  le GIEC, en collaboration avec le CIFOR, l'IUFRO et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), au Siège de la FAO à Rome, du 11 au 13 septembre 2002. Les participants ont réaffirmé la nécessité d'une compréhension commune et  d'une harmonisation entre les définitions des principaux termes forestiers utilisés par les différents processus et instruments internationaux. Ceci permettra de réduire les erreurs dans l'emploi des termes,  la charge de travail et les dépenses des pays en matière d'établissement des rapports  et  la confusion dans la communication avec les médias et le grand public. La réunion a recommandé que le cadre analytique comparatif  des définitions relatives  aux forêts, élaboré durant ce processus d'harmonisation,  soit largement utilisé et diffusé par  les processus internationaux.

La Troisième réunion d'experts sur l'harmonisation des définitions relatives aux forêts utilisées par les diverses parties prenantes a été organisée par la FAO en collaboration avec le CIFOR, le GIEC, l'OIBT, l'IUFRO et le PNUE, sous l'égide du PCF. Elle a eu lieu à Rome du 17 au 19 janvier 2005 et a réuni plus de soivante experts. L'objectif global était de contribuer à améliorer la communication et l'information sur les questions forestières en 1) tenant compte des faits nouveaux introduits dans les processus d'établissement des rapports forestiers depuis la deuxième réunion d'experts, et 2) harmonisant, dans la mesure du possible, les définitions relatives aux constituants biophysiques des ressources forestières et aux interventions d'aménagement forestier visant des objectifs divers. Les principaux termes examinés ont été les suivants: forêts naturelles, forêts plantées, plantations forestières, arbres hors forêts, et forêts manénagées et non aménagées. La Réunion a précisé qu'il ne fallait pas confondre harmonisation avec normalisation, c'est-à-dire que le but n'était pas nécessairement de parvenir à des définitions communes mais de renforcer la cohérence, la compatibilité et la comparabilité.

Les définitions de travail de la forêt naturelle, de la forêt plantée et de la plantation forestière, qui est une définition accessoire de la précédente, ont recueilli un consensus général, quoique non unanime. Les participants sont aussi parvenus à un accord général sur une définition de travail de l'aménagement forestier, tout en reconnaissant que le concept de forêt aménagée/non aménagée adopté dans le cadre des changements climatiques devait être entendu dans un sens plus large que celui qu'on lui donne traditionnellement dans le domaine de la foresterie communautaire.

Outre la discussion des principaux termes indiqués ci-dessus, plusieurs groupes ont abordé la question de la traduction multi-lingue des définitions relatives aux forêts, identifié les problèmes classiques et souligné la nécessité de poursuivre les travaux. Un groupe a attiré l'attention sur l'expression "arbres hors forêts" et proposé de poursuivre les efforts d'harmonisation, en incluant l'agriculture et les autres secteurs pertinents.

dernière mise à jour:  mercredi 24 juillet 2013