Compétitivité des produits forestiers

La compétitivité des produits forestiers sur les marchés mondiaux et en particulier les produits forestiers tropicaux et les petits et moyens producteurs des pays en développement

La tendance mondiale en ce qui concerne la propriété des forêts est à la dévolution des responsabilités de gestion des forêts ou de grandes portions de forêts (naturelles) publiques aux communautés locales et/ou à des propriétaires privés. Pour les forêts naturelles des pays tropicaux, la dévolution a commencé récemment, mais la tendance s’est accélérée ces 20 dernières années, et il est prévu qu’en 2040, la propriété/gestion communautaire des forêts atteindra 40 pour cent de la surface totale des forêts naturelles dans les tropiques. Cette dévolution est accompagnée, surtout dans les tropiques, d’un processus de fragmentation accrue des zones forestières en unités de gestion/propriété d’échelle plus réduite, entraînant la multiplication du nombre de producteurs de matières premières de petite et de moyenne échelle et de petites entreprises de transformation du bois.

Bien que les compétences et l’efficacité de ces producteurs en termes de production, de transformation et de commercialisation (surtout dans les tropiques) s’améliorent, elles sont encore loin derrière celles de plus grandes sociétés interconnectées mondialement. Ainsi, dans les secteurs du plastique et du métal, qui produisent des matières premières et des produits qui concurrencent le bois de construction et des marchés du meuble, la tendance opposée se manifeste consistant au renforcement des entreprises en entités commerciales plus importantes afin de réduire les coûts des matières premières et d’augmenter l’efficience des transports, de la transformation et de la commercialisation à une échelle mondiale.

Poutres en faux bois construites en ciment peint imitant le bois

La concurrence entre les matériaux et entre les bois tropicaux et non tropicaux est tout à fait acceptable. Par contre, une perte de compétitivité des produits ligneux en général (et particulièrement des produits tropicaux) risque d’avoir de sérieuses répercussions sur la viabilité financière de la gestion durable des forêts (et plus spécialement des forêts naturelles tropicales); ce qui à son tour, peut diminuer l’attractivité des terres sous couvert forestier, particulièrement dans les forêts naturelles des pays tropicaux, augmentant en conséquence les pressions que représente la déforestation.

La concurrence des matériaux non ligneux est maintenant évidente, même dans les segments du marché où le «bois» était traditionnellement considéré comme la principale matière première pour la fabrication de parquets, le platelage, les fenêtres, les portes, les panneaux, les placages décoratifs, etc. Cette concurrence réduit la part de marché relative des produits ligneux et diminue la demande absolue de matériaux forestiers ou ligneux de la part des secteurs de la construction et de l’industrie, non seulement dans les pays développés, mais également dans certains pays en développement.

Pour nombre de ces produits, leur matière première provient/provenait principalement de bois produits dans les forêts tropicales naturelles. La concurrence avec d’autres matériaux tels que le plastique, le métal, tout aussi bien que la concurrence avec des bois provenant des régions boréales ou tempérées a une incidence grave sur leur compétitivité et réduit la part de marché que possédaient les bois tropicaux dans ces créneaux commerciaux.

On ne comprend pas encore bien quel sera l’impact de l’évolution des régimes de propriété forestière, des tendances commerciales et industrielles, sur la compétitivité des produits forestiers sur les marchés mondiaux, principalement sur les petits et moyens producteurs des tropiques. Une série d’études sur le marché est en cours de rédaction afin d’identifier les tendances et les parts de marché des produits ligneux dans les secteurs de la construction et du mobilier. Ces études contribueront à guider la formulation de politiques et de procédures commerciales promouvant la croissance du commerce des produits ligneux provenant de forêts gérées durablement.

Mobilier en «rotin», fait en plastique et en fer.

dernière mise à jour:  mercredi 5 janvier 2011