Echanges et commercialisation des produits forestiers

L'industrie des produits forestiers s’est fortement ouverte au commerce mondial du fait que le modèle commercial en vigueur est fondé sur la politique de tirer au maximum profit des avantages comparatifs partout où ils existent au meilleur coût. De nombreux pays émergents possèdent des forêts de grande valeur, aspirent à développer leur industrie de transformation et les emplois qui vont avec, et cherchent à donner une valeur ajoutée à leurs matières premières. Les investisseurs internationaux dans l’industrie des produits forestiers les soutiennent en cela, mais veulent pouvoir compter sur une certaine situation macroéconomique prévisible, des incitations fiscales transparentes et disposer d’une main-d'œuvre abondante, et de préférence, d’un État de droit et d'un approvisionnement durable en bois sur lequel se baser. Un marché national dynamique est devenu un facteur important pour attirer les investissements étrangers, et de nombreuses économies émergentes disposent de marchés urbains de produits forestiers de haute qualité en plein essor.

Le développement des échanges des produits forestiers a soutenu la croissance économique et l'éradication de la pauvreté dans un certain nombre de pays émergents. Mais éradiquer la pauvreté s'est avéré difficile et a conduit à d’autres types de marginalisation et autres conséquences négatives dans certains pays. Des garanties doivent être solidement mises en place pour garantir que le commerce soit basé sur l'utilisation légale et durable des forêts et que les conditions de travail comme le partage des bénéfices soient équitables. La bonne gouvernance est essentielle pour fixer des règles de production et de commercialisation durables.

La FAO appuie les efforts des pays pour développer le commerce durable et légal des produits forestiers, avec les objectifs suivants:

  • Les producteurs dans les pays émergents ont un meilleur accès aux analyses quantitatives et qualitatives sur les questions d’échange et de commercialisation des produits forestiers, entre autres sur les droits de douane, les obstacles existants pour accéder au marché et les autres restrictions commerciales. 
  • Les décideurs et le secteur privé tirent profit d'une plus large couverture et d’une interprétation structurée des statistiques du commerce des produits forestiers et d’un degré plus élevé de transparence sur les marchés qui améliorent leurs décisions en matière de forêt. 
    Les producteurs dans les pays émergents sont mieux informés et mis à jour sur la certification forestière et le contrôle de la légalité, et plus à même de comprendre leurs implications dans le commerce durable des produits forestiers, l'accès au marché et la promotion des produits. 
  • Les gouvernements nationaux et sous-nationaux, les organisations locales, les communautés et autres détenteurs de droits ont la capacité de saisir les opportunités existantes sur les marchés du carbone forestier. 
  • Les producteurs dans les pays émergents savent comment appliquer des stratégies de marketing et adopter des pratiques qui correspondent à leur contexte local, entre autres, le marketing vert dans les économies à faible émission de carbone, les marques et les outils du commerce éthique et équitable, et savent comment entrer/participer aux marchés électroniques et réseaux de médias sociaux.

Plus récemment, le secteur forestier a été chargé d’une nouvelle mission d'importance mondiale en matière d’atténuation du changement climatique. C’est une des questions forestières les plus pressantes sur l'agenda politique. Les forêts capturent et recyclent de grandes quantités de carbone, et les échanges et le commerce déplacent les produits et les puits à travers le monde.

Cette fonction complexe restera sans doute dans le débat animé sur l'élaboration du futur rôle des forêts dans les économies à faible émission de carbone et dans la perspective d'un accord sur le climat mondial. Intégrer les demandes concrètes de compensation carbone dans les forêts à la conservation de la biodiversité et la protection des bassins versants, est une équation difficile à résoudre dans un monde où la consommation des produits forestiers va continuer à progresser.

 

 

dernière mise à jour:  lundi 24 février 2014