À la fin des années 1830, une terrible famine terrassa l'Europe, en raison de la perte massive des récoltes de pommes de terre frappées d'une maladie provoquée par un champignon inconnu. Le problème fut résolu en trouvant des variétés résistantes à la maladie dans des contrées lointaines: dans les Andes, en Amérique latine, terre d'origine de la pomme de terre. Cette histoire permet de comprendre l'importance de conserver la biodiversité agricole.

Depuis toujours, les agriculteurs du monde entier ont amélioré et sélectionné des plantes et des animaux en créant la diversité génétique que nous connaissons. Cette diversité est essentielle pour améliorer la productivité et la qualité des récoltes et constitue, en outre, un élément clé de la sécurité alimentaire. Malgré son importance vitale, elle se perd à un rythme alarmant. Les paysans et les communautés rurales, qui ont contribué au développement de la biodiversité, ont reçu peu d'encouragement pour la conserver et leurs efforts n'ont pas été suffisamment reconnues.

L'Organisation des Nations Unies pour l'Agriculture et la Alimentation (FAO) a guidé pendant plusieurs années un long processus de négociation intergouvernemental pour obtenir un accord sur la conservation et l'utilisation durable des ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture ainsi que sur le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation. En novembre 2001, la Conférence de la FAO a approuvé le Traité International sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture.

"Ce traité reconnaît la grande contribution des agriculteurs dans le développement et la conservation de la biodiversité. En outre, il constitue une sorte d'assurance-vie pour notre futur et celui de nos enfants." explique José Esquinas Alcázar, Président de la Commission de la FAO sur les Ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture. "La biodiversité agricole est un héritage essentiel qui nous vient des générations passées. Nous avons l'obligation morale de la transmettre intacte à nos enfants pour qu'ils puissent faire face à tout changement imprévu de l'environnement et à de nouveaux besoins humains."

Ce nouvel accord international est juridiquement contraignant et il entrera en vigueur dès qu'il aura été ratifié par au moins 40 Etats. Les gouvernements nationaux ont la responsabilité d'adopter des mesures afin de sauvegarder et promouvoir les droits des agriculteurs, notamment le droit à une participation équitable aux avantages de l'utilisation des ressources phytogénétiques conservées dans leurs communautés rurales et le droit de participer aux décisions nationales concernant ces questions.

"Il faut se dépêcher", affirme José Esquinas. La biodiversité se perd à un rythme alarmant, à cause du manque de mesures pour développer et conserver les variétés des plantes locales. Les chiffres sont clairs: des 10.000 variétés de blé utilisées en Chine en 1949, seulement 1.000 continuaient à être cultivées dans les années 70. Une grande partie de ce précieux patrimoine génétique a été perdu pour toujours.

Dans l'agriculture traditionnelle, qui aujourd'hui survit à peine dans des régions isolées comme celles de haute montagne, la biodiversité et la diversité culturelle vont ensemble. Chaque communauté produit et conserve des variétés de récoltes localement adaptées qui se transmettent de génération en génération, de mère à fille, d'aïeul à petit-fils.

"J'ai grandi avec mon grand-père" explique Carlos Romero, un paysan d'une petite communauté indigène de la Cordillère des Andes. "Grâce à lui, j'ai pu conserver différentes variétés de pommes de terre. Nous avons besoin de toutes ces variétés pour vivre : celles-ci ont une grande résistance aux hautes températures, celles-là durent davantage, les autres sont plus nutritives et enfin celles-là sont simplement meilleures."

Lorsque le Traité aura été ratifié et sera entré en vigueur, le précieux travail des communautés locales et les paysans traditionnels comme Carlos Romero sera enfin reconnu. Le monde entier sera récompensé et eux aussi.