Oradee Silichai ne sortait plus de sa chambre. Contrainte à l'immobilité depuis qu'un accident de voiture lui avait paralysé les jambes. Elle se sentait inutile. Désormais la vie n'avait plus aucun sens pour cette jeune fille ambitieuse et brillante mais sans aucune autonomie.

Oradee a maintenant retrouvé l'espoir. Grâce à un cours de formation, organisé par la FAO en collaboration avec le Département du Bien-être social de la Thaïlande, elle a pu s'initier à la production des champignons. Lors des sessions successives du cours, Oradee a même voulu devenir formatrice à son tour.

"Ma vie a complètement changé depuis et je ne vis plus mon handicap comme un problème. Après l'accident je me sentais complètement perdue, grâce à ce cours j'ai de nouveau confiance en moi et je me sens capable de faire beaucoup de choses !", affirme-t-elle en souriant.

Oradee désigne les autres stagiaires: "eux aussi peuvent maintenant espérer avoir un avenir meilleur. Nous avons tous acquis ici les moyens nécessaires pour surmonter les obstacles causés par ceux qui ne comprennent pas toujours nos difficultés."

Suphol Noivong, un des étudiants de la première session du cours, grâce aux capacités acquises, il a créé sa propre entreprise de production et commercialisation des champignons. Il a ainsi pu rapidement subvenir aux besoins de sa famille. Suphol reconnaît avoir eu beaucoup de chance d'avoir été sélectionné parmi les 4.000 candidats qui se sont présentés ce cours.

Le cours a eu également d'autres résultats inattendus: plusieurs stagiaires qui s'étaient rencontrer pendant les sessions se sont ensuite mariés, ont décidé d'unir leurs compétences et de créer, ensemble, une entreprise de production de champignons.

D'une durée de deux mois, le cours permet aux stagiaires d'apprendre non seulement toutes les conditions requises pour obtenir une bonne production, mais il enseigne également à commercialiser afin de s'assurer un revenu convenable toute l'année. D'autre part, les stagiaires, âgés de 20 à 35 ans, ayant chacun un handicap de type différent (déficiences visuelles ou auditives, membres amputés, séquelles de poliomyélite ou d'accidents de voiture, etc.), apprennent les techniques de manipulation qui leur sont spécifiques. Ils apprennent ainsi à surmonter leur handicap ce qui leur permettra de devenir autonome.

Les champignons ont été choisis parce qu'ils font partie de l'alimentation quotidienne des thaïlandais et peuvent donc être facilement commercialisés. En outre, sa production ne requiert que des faibles investissements initiaux et peut rapporter rapidement des revenus réguliers. D'autre part, elle ne présente aucun inconvénient pour des personnes ayant un handicap physique ou mental.

Des séances de motivation ont également été incluses dans le cours de formation. Elles aident les participants à mieux se connaître et à évaluer leurs handicaps. Ils prennent ainsi conscience de leurs propres capacités et à adopter une attitude positive afin de se persuader qu'eux aussi peuvent réussir! Ils apprennent à établir leur propres limites et ne permettent plus aux autres de leur imposer ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas faire.

Oradee Silichai, explique à ses élèves: "Vous ne devez pas croire que vous n'avez aucune capacité: Nous avons tous des potentialités, c'est à nous de décider si nous souhaitons les développer ou non. Aujourd'hui le monde nous offre plus d'opportunités, c'est à nous de faire preuve de volonté et d'imagination afin de réaliser nos rêves".

"Voir les participants s'affirmer est étonnant » constate Lawrence Jacobson, coordinateur FAO pour les questions d'invalidité. "En les regardant travailler on constate à quel point leurs capacités, leur énergie et leurs ressources sont illimitées."