Vous êtes ici : accueil > salle de presse > focus

 Cherchez

Les montagnes et l'eau douce

Les montagnes sont souvent appelées les châteaux d’eau de la nature. Elles interceptent l’air circulant autour du globe et le poussent vers le haut où il se condense en nuages de pluie et de neige.

Les montagnes stockent également l’eau sous forme de neige et de glace, qui fond durant les périodes plus chaudes (souvent celles ayant les plus faibles précipitations).

Il n’est guère surprenant que dans les régions semi-arides et arides, 70 à 90 pour cent de l’eau des fleuves vienne des montagnes. Mais même dans les zones tempérées, 30 à 60 pour cent de l’eau douce provient des bassins versants d’altitude. Dans le bassin du Rhin, par exemple, les Alpes assurent 31 pour cent des débits annuels – l’été, plus de 50 pour cent – même si elles ne constituent que 11 pour cent de la superficie émergée du bassin.

En effet, tous les grands fleuves du monde - du Rio Grande au Nil – prennent leur source en montagne et un habitant de la planète sur deux dépend de l’eau des montagnes d’une façon ou d’une autre: boisson, source d’énergie ou de revenus, ou pour les cultures.

Une ressource précieuse et limitée


Tout le monde sait que l’eau joue un rôle prépondérant dans la vie de l’homme. Dans le monde entier, l’eau douce fournit 12 pour cent du poisson consommé, assure quelque 20 pour cent de l’énergie électrique et environ 40 pour cent de la production vivrière grâce à l’irrigation.

Mais la puissance des fleuves de montagne n’est pas toujours transmise aux plus basses altitudes. Dans le Népal rural, par exemple, on estime que 25 000 moulins à eau et plus de 900 micro-turbines hydrauliques – technologie plus récente – constituent une source essentielle d’énergie pour les habitants de la région.

Toutefois, il devient de plus en plus manifeste que faute d’une attention majeure à l’aménagement durable de cette ressource limitée, les nouveaux problèmes d’approvisionnement en eau ne feront qu’empirer – et comporteront de graves conséquences pour l’agriculture et la sécurité alimentaire, en particulier dans le monde en développement.

Aujourd’hui, quelque 1,1 milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à des services d’approvisionnement en eau fiables. Un nombre disproportionné vit dans les pays en développement où les pénuries d’eau sont si importantes qu’elles ont gravement compromis les cultures et la capacité de construire une économie stable.

Effet de ruissellement

Contrairement à ce que l’on peut penser, les montagnes sont de fragiles écosystèmes. La nature verticale d’une montagne – ses contours, ses projections, ses sommets et ses plateaux – rend sa surface très instable. En effet, les sols montagneux, qui se forment plus lentement à cause de l’altitude et des températures plus rigides, sont souvent jeunes, peu profonds, mal fixés et sujets à érosion.

Les activités humaines peuvent renverser l’équilibre précaire des écosystèmes montagneux. Les bassins versants de montagne paient un lourd tribut à la déforestation des terres boisées de haute altitude, aux activités d’extraction minière, aux pratiques agricoles non durables, à l’urbanisation et au réchauffement de la planète – et l’effet de l’alimentation en eau se fait également sentir sur les habitants et les écosystèmes des plaines.

"Tout ce qui se passe dans les bassins versants de montagne a un impact massif sur les zones en aval", indique une fiche d’information de la FAO sur le sujet. "Souvent, pour assurer la santé d’un bassin hydrographique, il faut prévenir la dégradation de l’environnement dans ces zones."

Des écosystèmes montagneux sains aident à prévenir l’érosion du sol, réduisent la sédimentation dans les réservoirs et atténuent les risques de coulées de boue et d’inondations, autant de problèmes qui peuvent mettre en péril l’alimentation en eau des zones en aval.

Toutefois, les populations montagnardes sont parmi les plus pauvres et les plus défavorisées du monde en développement; pauvreté, isolement, croissance démographique et accès limité à la terre forcent de nombreux habitants de la montagne à adopter des pratiques agricoles et des techniques de survie qui portent atteinte à l’environnement, dit la FAO.

L’enjeu, par conséquent, n’est pas seulement de protéger les écosystèmes montagneux mais de faire intervenir les communautés locales dans leur conservation, de manière culturellement et économiquement appropriée, et de renforcer leurs capacités de gagner leur vie dans une optique durable.

Trouver des solutions


Dans le cadre de ses travaux pour renforcer la gestion des ressources en eaux et en terres dans les zones d’altitude, en 2002 la FAO a lancé l’initiative "La prochaine génération de programmes d’aménagement des bassins versants".

L’Organisation, en étroite collaboration avec ses partenaires, a récemment conduit un examen détaillé des initiatives réussies et des lacunes de l’aménagement des forêts et des montagnes basé sur les bassins versants. Elle publiera prochainement une série de directives d’aménagement à l’intention des responsables politiques, des communautés, des organismes gouvernementaux qui s’occupent de gérer les ressources montagneuses.

La FAO a également choisi "Les montagnes: source d’eau douce" comme thème de la première Journée internationale de la montagne, afin de renforcer la sensibilisation sur le rôle clé des montagnes dans l’alimentation du monde en eau.

"L’eau est indispensable à la vie de l’homme, et la santé des écosystèmes montagneux est indispensable à l’approvisionnement en eau de la planète", fait remarquer Douglas McGuire, chef du Groupe de la montagne de la FAO. "En prenant soin des montagnes, nous aidons à garantir la survie à long terme de tout ce qui s’y rattache, à commencer par nous-mêmes."

décembre 2003


Pour tout complément d’information, contacter

George Kourous
Chargé d'information, FAO
george.kourous@fao.org
+39 06 570 53168

 

FAO/A. Mihich

Dans les zones tempérées, 30 à 60 pour cent de l’eau douce vient des bassins hydrographiques d’altitude, 70 à 90 pour cent dans les zones plus arides

FAO/A. Mihich

Les populations de montagne sont parmi les plus pauvres et les plus défavorisées du monde en développement

   commentaires ? écrivez au webmaster

©FAO, 2003