Avantages potentiels pour la productivité agricole

  • Meilleure résistance au stress. Si les cultures deviennent plus résistantes aux infestations de ravageurs, on peut atténuer le risque de pertes de récoltes, outre d'autres avantages, comme une meilleure résistance aux intempéries (gelées, chaleur torride, sécheresse) - même si ceci nécessiterait la manipulation de combinaisons complexes de gènes et des pratiques appropriées de lutte afin d'éviter une pression sélective excessive sur le ravageur.

  • Des aliments de base plus nutritifs. En greffant des gènes dans des plantes comme le riz et le blé, on peut en accroître la valeur nutritive. Par exemple, les gènes responsables de la production du précurseur de la vitamine A ont été injectés dans les plants de riz et ont porté à la création du «riz doré». Comme le riz nourrit plus de 50 pour cent de la population mondiale, il pourrait aider à réduire la carence en vitamine A, qui est un problème très sérieux dans le monde en développement. Toute une série d'autres produits similaires visant à la bio-fortification sont dans la filière de production.

  • Des animaux de ferme plus productifs. Des gènes pourraient être insérés dans les animaux d'élevage pour accroître leur rendement laitier, par exemple.

Avantages potentiels pour l'environnement

  • Davantage de nourriture sur moins de terres. Grâce à une meilleure productivité avec les OGM, les agriculteurs des prochaines générations pourraient ne pas être contraints de cultiver autant de terres marginales.

  • Les OGM pourraient réduire l'impact sur l'environnement de la production vivrière et de l'industrie. La résistance aux insectes nuisibles et aux maladies née du génie génétique pourrait considérablement réduire les besoins de produits chimiques pour la protection des cultures - c'est déjà un fait acquis. Les agriculteurs cultivent du maïs, du coton et des pommes de terre qui n'ont plus besoin de l'insecticide Bacillus thuringiensis - car ils produisent eux-mêmes leur agent insecticide. Les scientifiques développent des arbres à plus faible teneur en lignine, une substance qui confère leur solidité aux cellules de l'écorce. Ceci pourrait réduire le recours aux produits chimiques nocifs dans la production de pâte et de papier. Ces techniques seraient non seulement moins polluantes, mais elles pourraient également améliorer la santé des travailleurs agricoles et industriels.

  • Remise en état des terres endommagées ou moins fertiles. De mauvaises pratiques d'irrigation ont provoqué la salinisation de vastes étendues de terres agricoles dans le monde en développement. La modification génétique pourrait produire des variétés tolérantes au sel. Les arbres pourraient être améliorés ou modifiés pour mieux supporter le sel et la sécheresse. Ils pourraient aussi être reproduits à des fins de boisement et de reboisement des terres désertifiées. Des recherches très poussées sont en cours dans ce domaine, mais la tolérance au sel et à la sécheresse sont le fruit de combinaisons génétiques plutôt complexes, ce qui veut dire que les résultats seront plus longs à obtenir que pour la résistance aux insecticides et aux herbicides.

  • Régénération biologique. La régénération des terres endommagées pourrait également se faire grâce à des organismes sélectionnés pour redonner au sol ses substances nutritives et sa structure.

  • Durée de conservation plus longue. La modification génétique des fruits et légumes permet d'augmenter leur durée de stockage et de retarder leur détérioration. Ceci pourrait élargir les possibilités de commerce et empêcher les gaspillages massifs qui ont lieu durant le transport et l'approvisionnement.

  • Biocarburants. La matière organique pourrait être modifiée pour fournir de l'énergie. Le carburant issu du matériel végétal (ou biomasse) est connu pour son énorme potentiel énergétique. Par exemple, les résidus de canne à sucre ou de sorgho fournissent de l'énergie, en particulier dans les zones rurales. On pourrait reproduire des plantes dans ce but spécifique. Et on pourrait découvrir d'autres produits utiles et inattendus.

Avantages potentiels pour la santé de l'homme

  • Etude des maladies grâce à la technique des empreintes génétiques. Cette technique est déjà utilisée pour les maladies des animaux et des plantes et permet aux chercheurs de connaître un organisme avec précision en identifiant son empreinte génétique. Un des avantages est que le personnel vétérinaire peut savoir si un animal est porteur d'une maladie ou a simplement été vacciné - ce qui évite de devoir abattre des animaux sains.

  • Vaccins et médicaments. A l'instar de la mise au point de vaccins biotechnologiques pour l'homme qui existe depuis longtemps, le recours à la biologie moléculaire pour les vaccins et médicaments destinés aux animaux de ferme s'avère très fructueux et très prometteur. Les plantes sont modifiées pour produire des vaccins, des protéines et autres produits pharmaceutiques. Ce processus relève de l'industrie biopharmaceutique.

  • Identification des gènes allergènes. Si certains observateurs s'inquiètent du transfert de gènes allergènes (voir l'incident de la noix du Brésil dans les arguments contre) la biologie moléculaire pourrait servir aussi à caractériser les allergènes et à les supprimer. D'ailleurs, cet incident a porté à l'identification de la protéine allergénique.

Mars 2003