ROME, 20 novembre 2002 -- Le virus de peste bovine -une maladie des ruminants parmi les plus dévastatrices - menace de réapparaître dans le nord-est du Kenya et au sud de la Somalie, compromettant ainsi les récents progrès réalisés dans l'éradication du virus, alerte l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Même si les humains ne peuvent pas contracter la maladie, elle peut les affecter en ravageant leur bétail, les privant ainsi de nourriture et de moyens de subsistance. En 1982-1984, une épizootie de peste bovine a causé en Afrique des pertes de 2 milliards de dollars.

Selon les experts, les campagnes nationales d'éradication menées au Soudan, au Pakistan et au Yémen ont libéré de la maladie trois des dernières zones les plus touchées. Mais avec le virus persistant dans le sud de la Somalie ce ne sont pas seulement les pays frontaliers qui sont menacés mais toute la péninsule arabe voire même l'Asie du Sud-Est.

"Le monde reste vulnérable à une résurgence de la peste bovine qui serait dévastatrice," prévient le Dr. Roeder, secrétaire du Programme mondial d'éradication de la peste bovine de la FAO. "Le virus a régulièrement touché le système pastoral somalien ces dernières années se répandant même jusqu'au Kenya et en Tanzanie, affectant le bétail et détruisant la faune sauvage. Des rapports récents révélant que l'on s'apprête à exporter du bétail vers l'Asie du Sud-est sont inquiétants. Cela crée en effet des menaces d'infection dans une partie du monde où le virus a été éliminé depuis les années 50". Des exemples passés montrent en effet que le virus peut facilement être véhiculé dans le monde entier à partir d'une petite centaine d'animaux contaminés.

La FAO appelle aujourd'hui la communauté internationale à consacrer des ressources supplémentaires et à intensifier les efforts de recherche pour détruire le virus là où il est le plus actif, à l'aide de campagnes de vaccination ciblées sur la Somalie et le Kenya.

Le virus devrait être éradiqué d'ici la fin 2003 et le monde complètement libéré de la peste bovine fin 2010. Les différentes parties concernées doivent saisir l'occasion pour travailler en collaboration avec la FAO et le Programme panafricain de contrôle des épizooties mené par le Bureau Interafricain des ressources animales de l'Organisation de l'Union africaine.