17 décembre 2002 ROME, Italie -- Quelque 40 millions de personnes sont confrontées à de graves pénuries alimentaires en Afrique sub-saharienne alors qu'une crise humanitaire de grande ampleur guette l'Afrique australe, annonce aujourd'hui l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

La situation alimentaire est très préoccupante en Afrique australe où 16,7 millions de personnes ont besoin d'aide alimentaire d'urgence pour survivre jusqu'à la prochaine récolte en avril 2003, souligne la FAO.

Selon le rapport "La situation de l'approvisionnement alimentaire et les perspectives de récolte en Afrique sub-saharienne", il y a un besoin urgent d'importer de la nourriture et de distribuer de l'aide alimentaire pour prévenir une catastrophe humanitaire majeure en Afrique australe. Ce rapport tient compte notamment des dernières informations dont disposent la FAO et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) dans les pays concernés. En raison des taux élevés de HIV/Sida dans cette sous-région, la famine qui menace les populations aura de graves conséquences sur la vie de millions de personnes.

La FAO et le PAM ont estimé le déficit alimentaire de l'Afrique australe à 1,6 millions de tonnes de nourriture, une fois reçues les importations commerciales attendues. Le PAM a lancé un appel pour 993 000 tonnes d'aide alimentaire. Jusqu'à présent, 663 000 tonnes, soit 67 pour cent, ont été données.

Selon le rapport, les distributions de nourriture ont été sérieusement retardées en Zambie et au Zimbabwe. Les importations commerciales de maïs ont également été faibles et les prix ont commencé à augmenter dans plusieurs pays.

En Angola, même si l'on peut aujourd'hui atteindre des régions qui étaient isolées pendant la guerre, l'insécurité alimentaire et les taux de malnutrition demeurent élevés. Les personnes déplacées regagnant leurs maisons n'ont pas accès aux services médicaux de base, selon le rapport.

La FAO a lancé un appel de 25 millions de dollars pour aider les agriculteurs les plus nécessiteux d'Afrique australe en leur fournissant des intrants agricoles indispensables tels que des semences, des fertilisants et des outils manuels pour la prochaine récolte.

Le rapport indique également que de graves pénuries alimentaires menacent plusieurs pays de la Corne de l'Afrique, où 17,5 millions de personnes au moins manquent de nourriture. La situation est la plus préoccupante en Erythrée et en Ethiopie. En Erythrée, un tiers de la population est confronté à de graves pénuries alimentaires à cause de la sécheresse. De plus, l'aide humanitaire est encore nécessaire pour ceux qui ont été déplacés dans le pays lors de la guerre avec l'Ethiopie et pour les réfugiés de retour du Soudan.

En Ethiopie, des pluies insuffisantes et irrégulières ont causé de sérieux problèmes alimentaires pour des millions de personnes. Un nombre important d'animaux d'élevage est mort et des mouvements inhabituels de populations sont signalés, en particulier dans les régions pastorales et à l'est. Une mission d'évaluation menée conjointement par la FAO et le PAM, de retour de ce pays, devrait prochainement publier son rapport.

Beaucoup de personnes au Soudan, au Kenya, en Somalie et en Ouganda ont, elles aussi, besoin d'aide alimentaire d'urgence. La production est en effet déficitaire à cause de pluies insuffisantes et pour certains pays, de conflits internes.

Dans la région des Grands Lacs, les perspectives alimentaires pour le Rwanda et le Burundi sont peu encourageantes. L'on s'attend à ce que les premières récoltes de 2003 soient réduites en raison de précipitations trop tardives. En République Démocratique du Congo, l'escalade des conflits dans l'est du pays a chassé les agriculteurs de leurs fermes. Une malnutrition aigue continue de progresser parmi les personnes déplacées dans le pays et les combats gênent l'aide humanitaire.

L'Afrique occidentale souffre également de problèmes alimentaires, en particulier en Mauritanie, où trois mauvaises récoltes consécutives ont provoqué une situation alimentaire extrêmement préoccupante. Au Sahel, selon le rapport, la récolte de l'an dernier était meilleure car les pluies ont été insuffisantes cette année.

Au Liberia et en Côte d'Ivoire, les activités agricoles ont été interrompues par des révoltes de civils ce qui réduit les perspectives de récoltes. La Sierra Leone et la Guinée restent quant à elles très dépendantes de l'aide alimentaire internationale à cause d'un nombre très élevé de personnes déplacées et de réfugiés.

En tout et pour tout, ce sont 25 pays en Afrique sub-saharienne qui sont confrontés à des urgences alimentaires dont les causes vont de la sécheresse et de mauvaises conditions climatiques aux conflits internes, aux difficultés économiques, et aux augmentations des personnes déplacées et de réfugiés. Ces pays représentent environ la moitié des pays de la région: l'Angola, le Burundi, le Cap-Vert, la République centrafricaine, la République Démocratique du Congo, la République du Congo, la Côte d'Ivoire, l'Erythrée, l'Ethiopie, la Guinée, le Kenya, le Lesotho, le Liberia, Madagascar, le Malawi, la Mauritanie, le Mozambique, la Sierra Leone, la Somalie, le Soudan, le Swaziland, la Tanzanie, l'Ouganda, la Zambie, et le Zimbabwe.




Contacts:
John Riddle
Chargé d'information FAO
Tél.: (+39) 06 5705 3259
E-mail: john.riddle@fao.org

Erwin Northoff
Chargé d'information FAO
Tél.: (+39) 06 5705 3105
E-mail: erwin.northoff@fao.org