23 décembre 2002, Rome -- N'avez-vous jamais rapporté un de ces produits nouveaux du rayon "international" de votre épicerie, que vous avez abandonné dans votre réfrigérateur parce que vous ne saviez pas comment le préparer?

Nous avons ce qu'il vous faut : un livre de cuisine internationale disponible sur le Web et sur CD-Rom.

Ces dernières années, de nombreux produits exotiques ont été introduits sur les rayons des supermarchés du monde industrialisé. Ainsi, les gens ont commencé à découvrir des aliments comme le quinoa, le taro, l'agar-agar et le chou caraïbe et nombreux sont ceux qui voudraient les essayer.

Vous trouvez désormais des recettes pour préparer ces produits dans le livre de cuisine international préparé par le Réseau d'information sur les opérations après récolte (INPhO), accessible sur le Web et sur CD-Rom.

Recettes traditionnelles des quatre coins du globe

Le livre de cuisine [http://www.inpho.org/] contient plus de 850 recettes de 54 pays. Les contributions viennent aussi bien d'instituts nationaux de nutrition et d'utilisateurs, qui sont encouragés à envoyer leurs recettes sur le site web.

"Les gens nous contactent car ils cherchent une recette oubliée", explique François Mazaud, le créateur d'INPhO, "ou encore parce qu'ils ne se souviennent plus des proportions des recettes qu'ils avaient l'habitude de faire. Une dame m'a appelé de New York pour savoir comment préparer un plat que sa mère lui cuisinait au Mali. Le livre de cuisine aide à conserver les traditions."

Les recettes peuvent profiter à tous, partout

Un virus a détruit une grande partie de la récolte de manioc de l'Ouganda, la denrée de base du pays, au milieu des années 90. Les patates douces ont été introduites en remplacement, mais beaucoup ne savaient pas comment les utiliser. Un projet après récolte de la FAO a été mis sur pied pour former les gens à incorporer le nouveau produit dans leur alimentation.

De nombreux aliments sont inconnus hors de leurs lieux d'origine, mais les choses devraient changer pour diverses raisons. L'introduction d'aliments exotiques aide à ouvrir les marchés, à diversifier les régimes alimentaires, à remédier aux catastrophes qui interrompent les approvisionnements alimentaires et à protéger l'environnement lorsque l'aliment principal est rare.

"Par exemple," explique M. Mazaud, "au Mali, les feuilles de baobab sont utilisées pour l'Orodjó, une sauce populaire de la région du pays Dogon, à la frontière avec le Niger. Mais les baobabs n'ont pas beaucoup de feuilles, et après cinq ans de défoliation continue, l'arbre meurt. Nous espérons montrer aux communautés comment cuisiner les mêmes plats avec des produits différents, et protéger ainsi leur environnement".

Mais l'après récolte ne concerne pas le stockage?

L'après récolte est généralement défini comme la récolte, la manutention, le stockage, le traitement, la fabrication de matériel et la commercialisation des aliments.

Mais il manque à cette définition le dernier maillon de la chaîne - s'assurer que le produit arrive dans l'assiette du consommateur... sous une forme savoureuse.


Le livre de cuisine reçoit la majorité des 84 000 visites mensuelles d'INPhO, mais il ne constitue qu'une petite partie du contenu du site, qui comprend également une base de données d'experts, de photos, une bibliothèque virtuelle et des liens vers d'autres institutions utiles.



Contact:
François Mazaud
Spécialiste après récolte, FAO
francois.mazaud@fao.org
(+39) 06 570 53606

ou

Anna Manikowska
Division de l'information, FAO
anna.manikowska@fao.org
(+39) 06 570 55641