NICOSIE/ROME, 29 mai 2002 -- L'Europe peut faire plus et mieux: il faut aider les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs des pays les moins avancés par des investissements et des transferts de technologies, a souligné aujourd'hui M. Jacques Diouf, Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), lors de la séance inaugurale de la 23e Conférence régionale de la FAO pour l'Europe (29-31 mai) à Nicosie (Chypre).

«Les programmes d'assistance aux pays en développement exécutés en partenariat avec la FAO constituent un cadre approprié pour de telles mesures qui confirmeraient le rôle central de l'Europe dans la stabilité et le progrès mondial», a ajouté M. Diouf.

Le Directeur général de la FAO a mis l'accent sur les trois thèmes fondamentaux pour la sécurité alimentaire qui seront examinés à Nicosie: la préparation du Sommet mondial de l'alimentation: cinq ans après (SMA:caa), la question de la sécurité sanitaire des aliments et les problèmes liés à la désertification en Europe.

En ce qui a trait aux préparatifs du SMA:caa, qui se tiendra à Rome du 10 au 13 juin prochain, le Directeur général de la FAO a déclaré: «Il est essentiel de renforcer et de coordonner la volonté politique au plus haut niveau et de mobiliser les ressources financières nécessaires». Dans ce contexte, a-t-il ajouté, la participation personnelle des Chefs d'Etat et de gouvernement de la Région Europe est indispensable pour assurer le succès de la réunion .

La sécurité et la qualité des aliments sont une source de préoccupation croissante partout dans le monde et tout particulièrement en Europe où, comme l'a souligné le Directeur général, «ces dernières années, certains problèmes liés à la sécurité sanitaire des denrées alimentaires ont mis en danger la santé des consommateurs et entravé le commerce, tant au sein de la région qu'avec d'autres régions du monde». A cet égard, M. Diouf s'est félicité de «l'initiative paneuropéenne pour la sécurité sanitaire des aliments» proposée par le gouvernement néerlandais qui a permis notamment la tenue récemment d'une Conférence paneuropéenne dont les principales recommandations seront soumises à l'approbation de cette Conférence régionale de la FAO pour l'Europe.

Le Directeur général de la FAO a d'autre part évoqué la désertification et la dégradation des terres qui se sont sensiblement aggravées au cours de la dernière décennie dans certaines parties de la Région Europe. A ce propos, des recommandations ont été soumises à l'approbation de la Conférence régionale de Nicosie.

Sur un autre plan, M. Diouf a attiré l'attention sur le problème de l'insécurité alimentaire en Europe. En 1998, près de 21 millions de personnes dans les pays européens en transition vivaient avec moins de deux dollars par jour. Toutefois, au cours des trois dernières années, plusieurs facteurs positifs ont contribué à atténuer la pauvreté et l'insécurité alimentaire tant dans les pays d'Europe centrale et orientale que dans les quatre pays de la Communauté des Etats indépendants (CEI) considérés comme faisant partie de la Région Europe. Le premier de ces facteurs a été la stabilité politique des pays de l'ancienne Yougoslavie. Ensuite, la campagne commerciale 2001-2002 a enregistré des récoltes record. Troisièmement, la région dans son ensemble a connu trois années consécutives de croissance et les perspectives pour 2002 sont également positives. Ces circonstances ont permis de réduire progressivement l'aide alimentaire à fournir à la région.