3 mars 2003, Rome -- La lutte contre les pêches illicites, non déclarées et non réglementées se poursuit sans relâche. Plusieurs délégations participant à la 25e session du Comité des pêches de la FAO, le COFI (Rome, 24-28 février), ont réclamé une action d'envergure contre ces pratiques qui réduisent les efforts nationaux et internationaux visant à une gestion durable des pêches.

La délégation japonaise a proposé que la FAO tienne une conférence intergouvernementale pour faire progresser l'application de deux plans d'action internationaux conclus ces dernières années dans le cadre du Code de conduite pour une pêche responsable. Il s'agit du plan d'action international pour la gestion des capacités des pêches (IPOA-Capacité) et le plan d'action international pour prévenir, contrecarrer, et éliminer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (IPOA-IUU).

Le premier traite de la gestion de la flottille et a été adopté en mars et juin 1999 respectivement par le COFI et le conseil de la FAO. Le second appelle les Etats et les organisations régionales de gestion des pêches à combattre les pêches illégales, non déclarées et non réglementées; il a été adopté par consensus à la 24e session du COFI en mars 2001 et par le Conseil de la FAO en juin de la même année. Ces deux plans sont des instruments volontaires destinés à protéger les ressources marines de la surpêche.

La délégation japonaise a souligné l'importance de ces deux plans dans l'application du Code de conduite pour une pêche responsable. "Leur application effective et complète est urgente afin de restaurer et maintenir la durabilité des ressources halieutiques mondiales".

Le Japon a indiqué qu'il apportera son soutien financier à cette conférence intergouvernementale qui devrait se tenir au début de l'année 2004 au siège de la FAO à Rome. L'ordre du jour, selon la délégation japonaise, comprendra un bilan des progrès accomplis dans l'application des plans, "qui ne sont pas nombreux jusqu'ici, même si des progrès ont été observés dans certaines régions".

Les pêches illégales, non déclarées et non réglementées et leur impact sur la durabilité des ressources est un problème qui concerne toute la communauté internationale. La délégation australienne au COFI a exprimé sa préoccupation quant aux difficultés associées au combat contre la pêche illégale et au besoin de renforcer les organisations régionales de gestion des pêches.

Il y a, selon elle, trois questions prioritaires aujourd'hui dans les pêches mondiales. La surcapacité, le combat contre les pêches illégales et la nécessité pour les membres des organisations régionales de gestion des pêches de prendre leurs responsabilités afin d'entreprendre des actions fortes et déterminantes pour la gestion durable des pêches mondiales.



Contact:
Pierre Antonios
Chargé des relations médias, FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473