11 mars 2003, Rome -- "Si des changements de grande envergure n'interviennent pas, la situation des forêts africaines sera marquée par la persistance d'importantes pertes de couvert forestier, la détérioration de l'environnement, l'épuisement des produits forestiers non ligneux en général et des plantes médicinales en particulier", avertit un nouveau rapport publié aujourd'hui par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Le rapport, intitulé "Étude prospective du secteur forestier en Afrique" (FOSA), décrit quelques mesures nécessaires pour inverser les tendances actuelles et assurer un développement durable des forêts africaines.
Présenté par la FAO à la seizième session du Comité des Forêts de l'Organisation (Rome, 10-14 mars), FOSA présente une perspective sur une vingtaine d'années et fournit un cadre de planification à long terme pour le développement du secteur forestier en Afrique. Il comprend un aperçu général et cinq rapports sous-régionaux (Afrique du nord, de l'est, australe, centrale et de l'ouest).

Selon le rapport, la situation sur le continent africain en 2020, quand la population passera de 798 millions à 1,186 milliard - la moitié vivant en zone urbaine - présentera probablement les caractéristiques suivantes:
  • les pertes du couvert forestier se poursuivront, tandis que les progrès dans la mise en œuvre de la gestion durable des forêts seront lents;
  • les coupes illicites demeureront un problème majeur et l'Afrique ne sera pas en position de produire du bois à des prix concurrentiels;
  • le bois restera la principale source d'énergie et on s'attend à ce que la consommation de bois de feu atteigne environ 850 millions de m³ en 2020 (contre 635 millions de m³ en 2000), tandis que l'accroissement de la demande urbaine en charbon de bois entraînera une dégradation ultérieure des forêts;
  • la persistance des conflits relatifs à l'utilisation des terres va compromettre l'aptitude à tirer tout le parti des possibilités de la faune sauvage;
  • les pertes de biodiversité, la dégradation des terres et la détérioration des bassins versants resteront des préoccupations majeures.
Les mesures à prendre

FOSA montre qu'il est nécessaire d'adopter de nouvelles approches du secteur forestier en Afrique. Il définit "des priorités et des stratégies pouvant améliorer la contribution des forêts aux intérêts économiques, sociaux et environnementaux de l'Afrique".

Selon le rapport de la FAO, "la réduction de la pauvreté et la protection de l'environnement demeureront les priorités les plus importantes des deux prochaines décennies". Dans ces conditions, la dévolution de pouvoirs aux principales parties prenantes grâce à des changements d'ordre politique et institutionnel et la création de conditions favorables à une gestion durable des ressources seraient les principales stratégies dans la plupart des pays.

Les principales orientations stratégiques seraient de:
  • revigorer le secteur public;
  • mettre les marchés au service des pauvres ;
  • renforcer l'efficacité du secteur informel par l'élaboration de cadres légaux et institutionnels et par un meilleur accès à l'information.

Contact:

Pierre Antonios
Chargé des relations médias
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473