21 mars 2003, Kyoto/Japon -- Une bonne maîtrise de l'eau et le développement durable de cette ressource indispensable à l'agriculture sont essentiels pour répondre aux besoins en nourriture d'une population mondiale croissante, renforcer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté.

Telle est, en substance, la déclaration faite à la veille de la Journée mondiale de l'eau (22 mars 2003) par plus de 40 ministres et autres responsables de l'agriculture réunis à Kyoto pour débattre, dans le cadre du troisième Forum mondial de l'eau (16-23 mars 2003), de l'importance de cette ressource en matière d'agriculture et d'alimentation.

La réunion ministérielle, qui s'est tenue durant ce forum international, était organisée conjointement par le ministère de l'agriculture, des pêches et des forêts japonais et par la FAO. Les recommandations ministérielles, soumises au forum, seront intégrées dans la déclaration finale attendue dans les prochains jours.

Les ministres ont souligné que la mobilisation des différentes sources de financement, l'investissement accru dans les infrastructures hydrauliques et la recherche-développement permettraient d'améliorer la sécurité alimentaire tout en réduisant la pauvreté. Ils ont ajouté qu'une telle mobilisation serait propice au développement durable et à la gestion intégrée des ressources en eau.

En particulier, la conférence ministérielle a mis l'accent sur:
  • le développement durable et la maîtrise de l'eau aussi bien en agriculture irriguée que pluviale;
  • la modernisation des réseaux d'irrigation et la transition vers une gestion de l'eau orientée davantage sur la demande;
  • une augmentation substantielle de la productivité agricole grâce à des réglementations appropriées, à des mécanismes de récupération des coûts, à la formation et à des réformes institutionnelles adaptées aux conditions locales et qui soient réalisables au plan social;
  • une meilleure utilisation de l'eau en agriculture grâce à une gestion intégrée, efficace et équitable des ressources, avec la participation de tous les usagers, en particulier les femmes et les pauvres;
  • la recherche-développement, y compris le savoir-faire traditionnel;
  • la coopération internationale, l'assistance technique et financière et les partenariats entre le privé et le public pour la maîtrise et le développement de l'eau en agriculture.
Investissements accrus

Dans son allocution au Forum mondial de l'eau, à Kyoto, M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, a souligné que l'investissement dans la petite irrigation, les infrastructures rurales et l'accès aux marchés était essentiel pour mener à bien le combat contre la faim et la pauvreté. Aussi, la communauté internationale et les pays concernés devraient-ils placer en tête de leurs priorités politiques et économiques la nécessité d'améliorer la gestion de l'eau en agriculture.

Au cours des dernières décennies, le développement de l'eau en zones rurales a été négligé, a fait observer M. Diouf ajoutant que des investissements importants sont nécessaires pour redresser la situation, d'autant que l'agriculture est le plus gros consommateur d'eau.

Il convient, a encore dit M. Diouf, d'investir, par exemple en Afrique, dans des projets à faible coût pour la collecte de l'eau à petite échelle, l'irrigation et le drainage au profit des communautés rurales pauvres. Si l'on s'abstient, des centaines de millions de dollars devront être dépensés, chaque année, en aide alimentaire d'urgence.

Dans beaucoup de pays en développement, l'eau est déjà rare et la concurrence des secteurs industriels et urbains s'intensifie. Selon la FAO, d'ici à 2030, un pays en développement sur cinq devra faire face à des pénuries d'eau.

Une bonne maîtrise de l'eau en agriculture procure des revenus et améliore, de ce fait, les conditions de vie des communautés rurales. Du coup, cela permet d'avancer non seulement en matière d'éducation et de santé mais aussi en matière de protection durable de l'environnement, a ajouté,en substance, le Directeur général de la FAO.

Le troisième Forum mondial de l'eau s'achèvera dimanche 23 mars 2003.
Contact:
John Riddle
Relations médias FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259