30 avril 2003, Rome/Abuja -- A première vue, les villageois de la province chinoise du Sichuan ont peu de choses en commun avec les habitants de l'Etat de Kano, situé au nord du Nigéria.

Malgré les kilomètres qui les séparent, ces deux communautés doivent relever plusieurs défis environnementaux et climatiques similaires et leurs agriculteurs font face aux mêmes problèmes.

Un premier groupe de 23 experts chinois vient d'arriver au Nigéria pour partager leur savoir-faire agricole avec leurs collègues nigérians dans le cadre de l'initiative de coopération Sud-Sud du Programme National Spécial pour la Sécurité Alimentaire du Nigéria (PNSSA).

Coopération Sud-Sud

Il y a tout juste un mois, la Chine, le Nigéria et la FAO signaient un accord d'une valeur de 22,7 millions de dollars, entièrement financé par le gouvernement du Nigéria, pour une période de 4 ans afin de développer la composante coopération Sud-Sud (CSS) du Programme Spécial pour la Sécurité Alimentaire.

En vertu de l'accord tripartite CSS, le gouvernement de Chine a généreusement mis à disposition du Nigéria quelque 20 experts et plus de 500 techniciens de terrain aux spécialisations diverses en provenance de tout le pays pour une période de trois ans.

Ils travailleront côte à côte avec les experts nigérians dans 109 sites des 36 Etats du pays, couvrant ainsi une grande variété de zones agro-climatiques. Ils vivront dans les communautés rurales pour lesquelles ils travailleront.

Le PSSA du Nigéria, qui a débuté en janvier 2002 avec l'objectif de renforcer la sécurité alimentaire et de réduire la pauvreté rurale, dispose d'un budget national de 45,2 millions de dollars.

Les différents plans d'action composant le programme visent notamment à:
  • améliorer la sécurité alimentaire des familles par des projets de maîtrise de l'eau, notamment d'irrigation dans une exploitation agricole et de construction de barrages en terre, d'intensification des cultures et de diversification dans l'élevage de petits animaux, d'amélioration de la fertilité du sol, d'aquaculture et de pêche côtière;
  • le contrôle des maladies animales et des parasites transfrontières;
  • la commercialisation des produits agricoles et
  • la gestion des stocks vivriers.
La coopération Sud-Sud a pour but de permettre aux pays les moins avancés de profiter du savoir-faire agricole d'autres pays en développement plus avancés.

La Chine a déjà appliqué avec succès un grand nombre de programmes de ce type dans le cadre de Programmes Spéciaux de la FAO par des accords avec l'Ethiopie, la Mauritanie, le Bangladesh, le Mali et le Ghana. Le PSSA dans ces pays a permis aux agriculteurs participants d'augmenter considérablement leur production, leurs revenus et de renforcer la sécurité alimentaire.

Ecouter et apprendre

"La barrière de la langue? Je suis sûr que ce ne sera pas un problème. Les experts chinois envoyés au Nigéria vont généralement parler anglais et ils auront des interprètes locaux. De plus, à leur arrivée, les experts et techniciens de terrain vont recevoir des cours de langue, ainsi qu'un briefing sur les aspects culturels du Nigéria. C'est le désir d'écouter et d'apprendre qui compte", affirme le coordonnateur de terrain du PSSA, M. Oyebanji.

"Nous avons déjà connu ça - il y a quelques mois 12 experts chinois sont venus ici en reconnaissance pour organiser leur travail. Les ruraux auxquels nous avons parlé étaient impatients d'exprimer leurs problèmes et leurs espoirs et ceux-ci ont été pris en compte par les experts chinois et nigérians", dit-il.

Une des principales priorités pour le PSSA au Nigéria est de donner la parole à tous les groupes impliqués dans le projet et d'établir les mécanismes pour une participation efficace.

"Grâce à cette approche participative, nous avons réalisé qu'il existait des différences marquées entre les hommes et les femmes dans les communautés sélectionnées. Si les hommes étaientplus concernés par la production de céréales, les agricultrices nigérianes auxquelles nous avons parlé voulaient tout savoir sur l'élevage et la production animale et de quelle façon améliorer la transformation des produits agricoles", selon M. Oyebanji.

"L'opinion de nos collègues chinois a été très importante", déclare le professeur Chude, expert en fertilité des sols et nutrition des plantes pour le PSSA. "Grâce à leur apport, nous avons décidé d'élargir le programme - qui était à l'origine centré sur la maîtrise des ressources en eau - pour y ajouter des éléments sur l'élevage des petits ruminants et le stockage des céréales."

Parité hommes-femmes et maîtrise de l'eau

Si apprendre est un élément fondamental du PSSA, l'inclusion d'une dimension de parité hommes-femmes dans les actions projetées l'est aussi. Messieurs Okoli et Muazu, deux ingénieurs du programme au Nigeria, ont participé en mars 2003 à un séminaire régional pour l'Afrique sur l'analyse des questions de parité hommes-femmes dans la maîtrise par les agriculteurs de l'eau, séminaire organisé par la FAO en Afrique du sud autour de la Journée Internationale de la Femme.

"Le séminaire n'aurait pas pu mieux tomber", selon les deux ingénieurs. Une de ses conséquences directes est que le renforcement des capacités dans la parité hommes-femmes et la maîtrise de l'eau sera incorporé dans les PSSA nationaux de tous les participants.

Le séminaire, auquel ont participé 27 cadres agricoles et des ingénieurs des eaux de neuf pays africains qui participent à des projets nationaux du PSSA, a analysé les différents problèmes auxquels font face les hommes et les femmes dans la maîtrise de l'eau ainsi que les moyens de promouvoir l'intégration des femmes dans toutes les activités couvertes par le Programme Spécial.

Le séminaire a également abordé les moyens d'améliorer l'accès des hommes et des femmes aux ressources économiques et aux technologies appropriées pour rendre l'agriculture plus rentable et durable. Les participants ont appris par ailleurs à concevoir une meilleure planification des activités, un suivi et une évaluation.
Contact:
Nuria Felipe Soria,
Chargée d'information FAO,
nuria.felipesoria@fao.org
(+39) 06 570 55899