Rome, 30 mai 2003-- La FAO aide les agriculteurs érythréens à retrouver leur capacité productive en leur distribuant des semences de céréales et de légumineuses pour sauver la récolte de 2003.

La sécheresse de 2002 -- la pire en dix ans -- a fortement affaibli la capacité productive des agriculteurs et affecté toutes les régions, plus particulièrement Debub et Gash Barka, les deux greniers à blé de l'Erythrée.

La récolte de 2002 n'a représenté que 11 pour cent de la récolte annuelle prévue.

Dans beaucoup de régions, les quantités de blé et d'orge récoltées étaient inférieures aux niveaux de semences requis. Cette faiblesse n'a donc pas permis de mettre de côté des quantités de semences destinées à être replantées lors de la saison suivante.

Les agriculteurs continuent de souffrir également des conséquences de la guerre frontalière avec l'Ethiopie. Ils ont peu d'argent liquide pour acheter des semences.

Souvent, les faibles quantités de semences stockées par les agriculteurs pour la saison suivante des semis sont consommées par les familles qui n'ont plus rien d'autre à manger.

En Erythrée, la situation alimentaire est alarmante. Les deux-tiers de la population -- 3,4 millions de personnes -- sont confrontées à des pénuries alimentaires. Parmi elles, 1,4 million de personnes ont besoin de l'aide alimentaire d'urgence.

Un projet TCP de 400 000 dollars

Dans le cadre de son programme de coopération technique (PCT), la FAO vient de lancer en Erythrée un projet d'une valeur de 400 000 dollars.

L'Organisation fournira son assistance technique (services, intrants) pour aider les communautés rurales à reprendre leurs activités agricoles.

La FAO distribuera 400 tonnes de semences de céréales et de légumineuses à quelque 30 000 familles. Cela permettra de cultiver non moins de 15 000 hectares qui fourniront quelque 12 000 tonnes de nourriture d'une valeur estimée à 5 millions de dollars environ.

Le projet de distribution de semences de céréales et de légumineuses démarre en juin 2003 et devrait prendre fin en janvier 2004. Il épaule en quelque sorte un projet suédois de distribution de semences dans les régions de Debub et Gash Barka.

Un fossé énorme

Les besoins de l'Erythrée en semences de céréales et de légumineuses sont évalués à 16 247 tonnes (blé, orge, sorgho, mil. maïs et teff étant les principales céréales alors que les pois chiches, les haricots et les grains de sésame sont les autres principaux apports nutritionnels).

En Erythrée, la FAO collabore étroitement avec les ONG. Jusqu'ici, la FAO, les ONG et les donateurs ont promis ou ont déjà fourni 5 640 tonnes de semences. Le ministère érythréen de l'agriculture, de son côté, a acheté
2 862 tonnes.

En tenant compte du fait que 20 pour cent des semences (3 250 tonnes)seront assurées par les agriculteurs eux-mêmes, un trou de 6 333 tonnes devra être comblé.

Quelque 2 000 tonnes supplémentaires de semences seront probablement achetées par le ministère de l'agriculture. Cela laisse un fossé énorme de
4 000 tonnes qu'il faudra combler rapidement.

A moins qu'une assistance d'urgence ne soit fournie, quelque 100 000 agriculteurs n'auront rien à planter et seront incapables de relancer leur production lors du retour des pluies en juin 2003.

Contact:
Pierre Antonios
Relations médias FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473