24 juillet 2003, Rome - Plus de 3 000 forestiers, scientifiques, membres de communauté autochtone ou forestière et autres personnes ou institutions intéressées par les forêts, de plus de 120 pays, sont attendus au XIIe Congrès forestier mondial qui se tiendra dans la ville de Québec, au Canada, du 21 au 28 septembre 2003.

Le Congrès est organisé conjointement par le ministère des Ressources naturelles du Canada et le ministère des Ressources naturelles du Québec, en collaboration avec la FAO.

Les débats porteront sur le thème du Congrès à savoir: La forêt, source de vie.

«Les pays doivent gérer durablement leurs forêts afin que les générations actuelles puissent profiter des ressources forestières de la planète tout en les préservant pour les besoins des générations futures», a déclaré Monsieur M. Hosny El-Lakany, Sous-Directeur général de la FAO, Département des forêts.

Commentant le Congrès forestier mondial, Monsieur El-Lakany a indiqué que la FAO avait produit 37 articles scientifiques pour Québec, dans lesquels elle souligne l'importance des forêts pour l'humanité et incite la communauté mondiale à faire davantage là où les forêts jouent un rôle fondamental.

Les articles de la FAO portent sur différents sujets allant de l'évaluation et de la gestion des ressources forestières au rôle des forêts dans les changements climatiques, aux tendances de la foresterie dans les 50 prochaines années, aux effets de la déforestation, à la gestion des incendies de forêts, à la réduction de la pauvreté et au commerce des produits non ligneux.

Le Congrès forestier mondial, qui est accueilli tous les six ans par un pays membre de la FAO, fournit un forum mondial pour discuter de la gestion des forêts, de leur conservation et de leur développement.

C'est la plus grande et plus importante rencontre internationale du secteur forestier mondial. Ses recommandations finales non contraignantes sont adressées aux gouvernements, organisations internationales, scientifiques, propriétaires de forêts et tout individu ou institution concernés.

La forêt et les peuples

Les participants discuteront notamment des grands espoirs que les forêts suscitent et se concentreront sur la manière dont les différentes valeurs et approches socioculturelles influencent la façon d'envisager et de gérer la forêt, selon la FAO. Cette concertation devrait aider à instaurer une plus grande harmonie entre les peuples et les forêts.

Les participants examineront la situation mondiale des forêts et leur capacité à fournir un éventail de biens et de services. Les principaux sujets incluront:
  • le maintien de la biodiversité;
  • l'aménagement des bassins versants;
  • la conservation des sols et de l'eau;
  • les régulations climatiques;
  • la fixation du carbone et son stockage;
  • la gestion des incendies de forêt;
  • la prévention et le contrôle des coupes de bois illégales, du braconnage et de la contrebande;
  • les produits forestiers non ligneux;
  • la gestion de la faune et de la flore sauvages;
  • l'agroforesterie, les arbres hors forêt, le faible couvert forestier;
  • les loisirs et le tourisme.

A Québec, la FAO insistera sur l'importance des trois nouvelles orientations de son programme forestier: les forêts et l'eau, les forêts et la réduction de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire ainsi que les forêts et les changements climatiques.

Au moment où l'eau devient un bien de plus en plus rare et précieux, la FAO accorde la priorité au rôle primordial des forêts dans la conservation et l'utilisation durable des ressources en eau. Les forêts et bassins versants boisés ont un rôle essentiel dans l'entretien et la protection des réserves d'eau.

La bonne gestion des forêts a un impact direct sur la qualité de l'eau produite par les bassins versants. Elle contribue aussi au contrôle de l'érosion des sols et à une diminution conséquente des dépôts de sédiments en aval, selonla FAO.

«Nous invitons les scientifiques à démontrer plus clairement l'impact des forêts dans le maintien de l'équilibre hydrique. Dans le même temps,nous demandons aux forestiers d'inclure de façon primordiale la gestion de l'eau dans leurs projets», a déclaré Monsieur R. Michael Martin, Directeur des politiques et de l'information au Département des forêts de la FAO.

Les forêts jouent un rôle important, car en stockant le carbone dans le bois et le sol, elles neutralisent le réchauffement climatique. Une gestion à la fois plus rigoureuse et plus saine des forêts est essentielle à l'équilibre climatique mondial.

En ce qui concerne la réduction de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire, la FAO attire l'attention à la fois sur les 840 millions de personnes en insécurité alimentaire et sur la contribution de la forêt à la satisfaction de certains de leurs besoins essentiels.

«La FAO lance un défi aux forestiers pour qu'ils se joignent à la vaste campagne mondiale contre la faim lancée en 1996 lors du Sommet Mondial de l'Alimentation et ce, à travers une meilleure intégration des ressources des arbres dans l'agriculture et une aide accrue aux petites entreprises et aux agriculteurs afin qu'ils produisent des denrées commercialisables procurant des revenus», a ajouté M. Martin.

Le commerce international

En ce qui concerne le commerce international, les pays en développement espèrent bénéficier pleinement, un jour prochain, des accords internationaux en général et, plus particulièrement, des accords concernant le commerce international des produits forestiers.

La FAO souhaite que le grand rassemblement de Québec porte ses fruits non seulement au regard de l'aménagement durable des forêts, mais aussi en redonnant la parole et les moyens aux plus démunis quant aux décisions à prendre au sujet des forêts.

Dans les pays en développement, les combustibles à base de bois représentent la principale source d'énergie pour plus de 2 milliards de pauvres gens.

Mais le bois n'est pas la seule ressource extraite des forêts. Dans ces pays, près de 80% des individus utilisent les autres ressources forestières pour les soins de santé, la nutrition et comme source de revenus.

«Le but de la FAO est de s'assurer que la bonne gestion des forêts aujourd'hui leur permettra de fournir pendant encore très longtemps des biens et des services pour les générations présentes et futures», a souligné le responsable du Département des forêts de la FAO, M. El-Lakany.

Contacts:
Pierre Antonios
Relations médias, FAO (Rome)
pierre.antonios
(+39) 06 570 53473/(+39) 348 2523 807

Sonia Corriveau
Corriveau relations publiques (Québec)
scorriveau@corriveaupr.com
(001) 418 529-6000