22 septembre 2003, Québec/Rome -- A l'ouverture du XIIe Congrès forestier mondial (Québec, 21-28 septembre 2003), M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, a souligné la nécessité de réalisations concrètes pour faire de la gestion durable des forêts une réalité.

Il convient, selon M. Diouf, de mettre en oeuvre les idées, les principes et les programmes que les congrès forestiers précédents, les conventions post Rio et le dialogue forestier international ont progressivement mis en place. Il faudra aussi agir dans le cadre de partenariats régionaux et internationaux afin que la foresterie puisse aider à relever les défis du développement durable.

Aujourd'hui, moins de 5 pour cent des ressources forestières mondiales sont aménagées de manière rationnelle, selon la FAO. Au niveau mondial, la forêt se rétrécit. La dernière évaluation des ressources forestières mondiales, réalisée en 2000, montre une décroissance annuelle nette de 12,4 millions d'hectares dans les pays tropicaux en développement en une décennie.

« La forêt, source de vie » est le thème du Congrès forestier mondial, organisé conjointement par le ministère des Ressources naturelles du Canada et le ministère des Ressources naturelles du Québec, en collaboration avec la FAO. Plus de 3 000 forestiers, scientifiques et autres personnes ou institutions intéressées par les forêts de plus de 120 pays participent au Congrès.

Insistant sur la gestion durable des forêts, M. Diouf a rappelé que le rôle de la forêt était vital dans l'atténuation des phénomènes qui altèrent le climat et dans la lutte contre la dégradation des terres et la désertification.
La gestion durable des forêts repose sur la conservation de leur diversité biologique et la réalisation de leurs fonctions économiques. Elle implique des options raisonnables pour gérer et protéger un massif forestier mondial contribuant notamment à la stabilisation du climat.

Le Directeur général de la FAO a souligné que l'un des principaux défis à relever était celui de la faim qui affecte plus de 840 millions de personnes dans le monde.

« Les forestiers, par la conservation des ressources naturelles et des fonctions qui maintiennent les processus de production, peuvent assurer un environnement propice à une production alimentaire efficace et durable », a déclaré M. Diouf.

La foresterie aide, en outre, les ruraux pauvres à trouver un emploi et des revenus, ce qui leur permet de mieux se nourrir, a-t-il ajouté.
Un autre défi à relever, selon M. Diouf, concerne la mobilisation des ressources en eau et leur utilisation de manière durable et efficace afin de produire les quantités d'aliments nécessaires à nourrir une population mondiale en augmentation rapide.

Les forêts bien gérées protègent les précieuses ressources hydriques en préservant les zones de bordure des cours d'eau et en protégeant les sols de l'érosion. Arbres et forêts jouent un rôle important dans la gestion des bassins versants. En outre, la gestion durable des forêts permet d'éviter ou de réduire les feux de forêts. Ceux-ci ont été particulièrement dévastateurs l'été dernier.

Au plan du commerce international des produits forestiers, qui représente un chiffre d'affaires important, la FAO fait observer que, là aussi, les enjeux sont considérables, les revenus du secteur étant concentrés essentiellement dans les pays les plus riches ou dans les mains d'intermédiaires autres que les producteurs.

Il y a lieu de signaler que les congrès forestiers mondiaux - ils se tiennent tous les six ans - permettent des échanges de points de vue et d'expériences entre les participants en vue de recommandations non contraignantes. Toutefois, ces recommandations sont portées à l'attention de la Conférence de la FAO qui peut les adopter par une résolution.

Contact:
Pierre Antonios
Chargé d'information de la FAO
pierre.antonios@fao.org
mobile (+39) 34 825 23 807