31 octobre 2003, Nations Unies, New York --
Les Nations Unies ont aujourd'hui lancé une opération internationale d'envergure visant à encourager la production de riz dans le monde.

En proclamant 2004 Année internationale du riz, le Directeur général de la FAO, M. Jacques Diouf, déclare que le riz est "l'aliment de base pour plus de la moitié de la population mondiale" mais il avertit que "sa production subit de sérieuses contraintes".

M. Diouf souligne à cet égard que la population mondiale continue de croître alors que les ressources en terre et en eau pour la production de riz diminuent.

"Alors que la Révolution verte des années 70 avait grandement allégé le poids de la famine dans certaines parties du monde, ses gains s'amenuisent aujourd'hui ", selon M. Diouf.

Les chiffres de la FAO montrent que d'ici 2030, la demande totale de riz sera supérieure de 38 % aux montants annuels produits entre 1997 et 1999. Le riz est la source alimentaire qui s'accroît le plus rapidement en Afrique et a une influence très importante sur la nutrition humaine et la sécurité alimentaire partout dans le monde.

Des systèmes durables de riziculture peuvent contribuer à éradiquer la faim dans le monde et à réaliser les objectifs du Millénaire des Nations Unies. "Près d'un milliard de foyers en Asie, Afrique et Amérique dépendent de la riziculture. Elle représente leur principale source de travail et de vie", fait observer M. Diouf aux délégués des Nations Unies. "Les quatre-cinquième environ du riz mondial sont produits par de petits agriculteurs et consommés localement. La riziculture entretient une grande variété de plantes et d'animaux, qui complètent les régimes alimentaires des ruraux ainsi que leurs revenus. Le riz est ainsi en première ligne dans le combat contre la faim et la pauvreté dans le monde".

M. Diouf fait valoir que la production et la consommation de riz sont le pivot de plusieurs cultures dans le monde. Qualifiant le riz de "symbole de l'identité culturelle et de l'unité mondiale", il indique que ce dernier façonne les pratiques religieuses, les festivals, les coutumes, la gastronomie et les célébrations. D'où la décision des Nations Unies, pour la première fois, de dédier une année à cette culture. La FAO dirigera une grande campagne sous le thème Le riz c'est la vie, qui impliquera de nombreuses organisations agricoles internationales.

Cette campagne a été initiée par une proposition faite l'an dernier par 44 pays membres de Nations Unies, invoquant une "crise imminente" de la riziculture. Depuis le début des années 90, les scientifiques tirent la sonnette d'alarme, s'inquiétant que la croissance des rendements des rizières diminuait et était inférieure à la croissance démographique.

L'accélération rapide de la riziculture dans les trois dernières décennies a été une des premières causes d'amélioration de la sécurité alimentaire mondiale. Néanmoins, parmi les 840 millions de personnes souffrant de sous-alimentation chronique, plus de cinquante pour cent vivent dans des zones où la riziculture fournit nourriture, emplois et revenus.

"Il est temps", selon M. Diouf, "pour la communauté internationale, de travailler à l'accroissement de la riziculture durable, ce qui profitera aux agriculteurs, aux femmes, aux enfants et tout particulièrement aux pauvres. Des initiatives mondiales ont été lancées visant à promouvoir le développement agricole durable dans de nombreux pays. Je vois l'Année internationale du riz comme une grande chance, pour la communauté internationale, d'appliquer ces initiatives."

"L'Année du riz sera un catalyseur pour les programmes impulsés par les pays à travers le monde", annonce le Directeur général de la FAO. "Nous voulons engager toutes les parties prenantes, des paysans aux instituts scientifiques qui ont cartographié le génome du riz, dans la mission d'accroître la riziculture d'une façon durable et équitable. Plusieurs Etats membres ont déjà formé descomités nationaux pour l'Année internationale du riz et ils agiront comme un lien dynamique entre notre vision internationale et les réalités pratiques de la vie des populations locales."

Cette stratégie a été fructueuse dans le passé, selon la FAO. Juste après la seconde guerre mondiale, la croissance rapide de la population couplée avec une production ralentie de riz a amené les experts à prédire une famine en Asie. La FAO a pris l'initiative de déclarer 1966 Année du riz. Plusieurs pays ont pris des mesures pour améliorer la production, la commercialisation, la meunerie et la nutrition. Des conférences ont été organisées et la recherche scientifique stimulée.

De même, la campagne de 2004 cherchera à encourager la une recherche et l'application accrues des méthodologies améliorées. Un concours scientifique aura lieu, ainsi que des conférences internationales et régionales.

Contact:
Michael Hage
Chargé d'information
Bureau de liaison FAO pour l'Amérique du Nord
michael.hage@fao.org
(+1) 202 468-8800