10 Décembre 2003, Rome -- La Conférence générale de la FAO, qui vient d'achever sa 32è session, a décidé de limiter les mandats des futurs Directeurs généraux de l'Organisation.

A partir de l'élection de 2005, les Directeurs généraux de la FAO "seront nommés pour un mandat de six ans, renouvelable une seule fois pour une durée de 4 ans".

Au cours de la Conférence, les Ministres de l'agriculture et hauts représentants des Etats Membres ont voté le budget de la FAO pour l'exercice biennal 2004-2005. Il atteint 749 millions de dollars, soit une réduction de 51 millions de dollars en termes réels en raison de l'inflation et des fluctuations des taux de change.

Le budget de la FAO a été gelé de 1994 à 2001 à 650 millions de dollars et n'a été augmenté qu'en 2002-2003 pour atteindre 651,8 millions de dollars. Pour maintenir le même pouvoir d'achat, la FAO aurait eu besoin d'un budget de 800,3 millions de dollars pour 2004-2005.

Déclaration de Sutton

Commentant les résultats de la Conférence, son Président, Jim Sutton, Ministre de l'agriculture et des forêts de Nouvelle-Zélande, a déclaré: "Je pense que le fait que nous ayons atteint un consensus total sur le budget est une bonne chose, même si l'on peut gloser à l'infini sur les taux de change du dollar américain."

"Je pense que nous pouvons être satisfaits que l'Organisation ait suffisamment de financements pour maintenir un bon niveau d'activités tout en augmentant l'efficacité de ses actions."

M. Sutton a ajouté qu'un budget apportant près de 100 millions de dollars de plus que les deux années précédentes était un "bon résultat, donnant à l'Organisation une plus grande marge de manœuvre dans ce qui était devenu une situation très serrée", grâce à l'accord pour des contributions fractionnées entre les deux monnaies principales, l'euro et le dollar.

Mékouar réélu

La Conférence a réélu M. Aziz Mékouar (Maroc) à la fonction de Président indépendant du Conseil pour les deux prochaines années. Elle a également désigné les membres du Conseil qui comprend 49 Etats et constitue l'organe directeur de la FAO entre les sessions de la Conférence.

Durant la Conférence, les délégués ont débattu de la proposition de Programme de travail et budget de la FAO et examiné l'appel de la FAO pour une action intensifiée contre la pêche illégale et pour un soutien accru aux petits Etats insulaires en développement.

Par ailleurs, une série d'événements collatéraux ont permis d'examiner en détail des questions telles que l'impact du VIH/Sida sur l'agriculture, le Traité international sur les ressources phytogénétiques qui devrait entrer en vigueur début 2004, et l'utilisation de la science et de la technologie pour améliorer la maîtrise de l'eau en Afrique et au Proche-Orient.

Adhésion de quatre nouveaux pays

La Conférence a voté l'adhésion de quatre nouveaux pays à l'Organisation, élevant le nombre de ses membres à 187 pays plus la Communauté Européenne. Les nouveaux pays admis sont: la Micronésie, le Timor-Leste, le Tuvalu et l'Ukraine.

L'ancien Premier Ministre malaysien Mahathir Bin Mohamad a prononcé un discours lors de la Conférence McDougall, déclarant notamment: " Plutôt que sur le libre-échange, nous devons mettre l'accent sur le commerce équitable et souligner que, dans le village mondial qui est virtuellement le nôtre, ceux qui tirent avantage de la situation doivent verser leur écot, de sorte que les pauvres puissent aussi bénéficier de quelques retombées."

M. Mahathir Bin Mohamad a proposé l'instauration d'une taxe mondiale sur les entreprises multinationales afin de financer le développement des infrastructures dans les pays pauvres.

Tables rondes

Au cours de la Conférence, des Tables rondes ont permis aux représentants des Etats Membres d'examiner des questions clés en matière d'agriculture, de pêche et de foresterie.

Parmi ces sujets, signalons:
  • le rôle de l'eau et de l'infrastructure dans la sécurité alimentaire durable;
  • l'évolution des négociations internationales relatives à l'agriculture et leurs incidences sur la sécurité alimentaire;
  • la sécurité sanitaire des aliments dans la perspective de la sécurité alimentaire.

  • Contact:
    John Riddle
    Relations médias, FAO
    john.riddle@fao.org
    (+39) 06 570 53259