22 décembre 2003, Rome -- Pour lutter efficacement contre la faim et la pauvreté, il est important de localiser les populations sous-alimentées et appauvries et d'identifier les facteurs clés qui les rendent particulièrement vulnérables.

Pour aider les décideurs à cibler ces populations vulnérables, la FAO vient de publier ses dernières "cartes de la faim".

Les nouvelles cartes contiennent des données portant sur 1 100 unités géographiques nationales et sous-nationales, offrant aux décideurs des informations plus précises pour élaborer des programmes ciblés sur les problèmes locaux spécifiques.

Les cartes montrent la répartition de la sous-alimentation chronique dans le monde en prenant comme indicateur le retard de croissance chez les enfants de moins de cinq ans.

Les précédentes cartes de la FAO montraient des estimations nationales du pourcentage de personnes sous-alimentées, fondées sur la disponibilité de nourriture et le profil démographique de la population. Elles ne tenaient toutefois pas compte du nombre réel de personnes effectivement victimes de sous-alimentation.

Les données actuelles sont divisées en deux cartes: l'une montre le pourcentage et l'autre le nombre d'enfants souffrant d'un retard de croissance dans le monde.

La faim, à la fois cause et conséquence de la pauvreté

La sous-alimentation chronique compromet le développement mental et physique des enfants, empêche les gens de mener une vie saine et active et entrave le développement économique des pays. De ce fait, la faim, découlant de la pauvreté, en est également une cause.

"La malnutrition infantile, par le fait qu'elle fait intervenir toute une série de facteurs - l'accès des familles à la nourriture, à l'eau potable, aux soins de santé et à une hygiène adéquate - est un meilleur indicateur de pauvreté que la simple disponibilité de nourriture ou le revenu par habitant", explique Prakash Shetty, Chef du Service de la planification, de l'analyse et de l'évaluation nutritionnelles de la FAO.

"Si l'on réduit la malnutrition, on réduit la pauvreté, car une population saine et productive contribue à la croissance économique de la communauté", ajoute-t-il.

Gommer la faim de la carte

Les estimations nationales du nombre de personnes sous-alimentées servent à suivre les progrès d'un pays, mais ne peuvent être utilisées pour cibler des villages ou des régions spécifiques, ni les conditions à l'origine de la pauvreté et de la faim de leurs habitants.

"Par le fait qu'elles portent sur de petites zones administratives au sein des pays, ces cartes sont particulièrement utiles aux décideurs nationaux pour identifier les zones où se concentrent la pauvreté et la sous-alimentation", affirme Jeff Tschirley, Chef du Service de l'environnement et des ressources naturelles.

Plusieurs pays utilisent les cartes de la pauvreté et de la faim pour cibler l'aide alimentaire et les projets de travaux publics vers les zones où sont concentrés les plus pauvres.

Les nouvelles cartes ont été mises au point dans le cadre d'un projet de recherche en cours sur l'utilisation des Systèmes d'information géographique (SIG) pour la cartographie de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire, une initiative conjointe financée par le gouvernement norvégien.

Elles constituent un élément important des activités de la FAO dans le cadre de l'initiative des Systèmes d'information et de cartographie sur l'insécurité alimentaire et la vulnérabilité (SICIAV) lancée au lendemain du Sommet mondial de l'alimentation en 1996.

En rapprochant ces cartes d'autres cartes d'indicateurs socio-économiques et environnementaux, on peut identifier des facteurs qui contribuent à la faim et suggérer des voies à suivre.

"Nous sommes en train de réaliser des cartes SIG qui reproduisent une grande variété de conditions agro-écologiques: systèmes de production vivrière, accès aux marchés, zones fragiles exposées à la dégradation. Ces données peuvent être ensuite superposées aux données de la sous-alimentation et révéler les liens possibles", explique M. Tschirley.

On peut élaborer des cartes, par exemple, pour montrer les zones agricoles semi-arides ayant un accès limité aux routes, des taux élevés d'analphabétisme chez les femmes et une forte incidence de dénutrition infantile.

L'analyse de cette interaction entre tous ces facteurs peut aider à formuler des politiques efficaces et durables dans le but de gommer la faim de la carte.



Contact:
Teresa Buerkle
Chargée d'information, FAO
teresa.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146