22 décembre 2003, Rome -- La majeure partie des réserves de semences du Libéria ont été détruites par 14 années de guerre civile et doivent être reconstituées d'urgence, selon la FAO.

De récentes évaluations indiquent que trois agriculteurs sur quatre n'ont pas accès aux semences de riz pour la saison 2004. La FAO a lancé un appel de deux millions de dollars afin de fournir 700 tonnes de semences de riz à 70 000 familles rurales.

"Deux millions de dollars, ce n'est pas cher payé pour assurer qu'un demi million de Libériens n'iront pas se coucher le ventre vide ou, au mieux, ne seront pas dépendants de l'aide alimentaire l'an prochain", a déclaré Subraman Thirugnanasambanthar, Représentant de la FAO au Libéria.

"Stimuler la production agricole est beaucoup plus fructueux et durable sur le long terme que fournir de l'aide alimentaire au même nombre de personnes", a-t-il indiqué.

"Nous pouvons éviter une situation potentiellement dangereuse si les agriculteurs des zones stables reçoivent des semences de riz à temps pour assurer leur propre sécurité alimentaire et accroître la production rizicole."

Après 14 années de guerre civile, le système et l'infrastructure agricoles du Libéria ont été sérieusement endommagés et la malnutrition est largement répandue, particulièrement chez les enfants.

Une petite chance à saisir

Avec la plupart des réserves de grains du pays pratiquement épuisées du fait d'une guerre prolongée qui n'a pris fin qu'en août 2003, la FAO envisage d'ajouter, à l'achat de semences de riz locales, des variétés adéquates trouvées dans la région.

La saison d'ensemencement du riz commence en avril et se poursuit jusqu'en juin, bien que le défrichement et la préparation de la terre débutent dès décembre. Les semences doivent être achetées et distribuées entre janvier et avril 2004, à temps pour l'ensemencement.

Deux principales cultures de base alimentent les Libériens: le riz et le manioc. Si le riz est la culture favorite, le manioc est également très consommé, surtout lorsque l'approvisionnement en riz est faible, juste avant la récolte, lorsque les réserves sont épuisées.

Environ 10 000 familles agricoles, déplacées pendant la guerre et regagnant leur foyer et 60 000 familles agricoles résidentes seront en mesure de préparer les exploitations à temps pour la prochaine saison d'ensemencement.

Pour cela, il faudrait donner à la FAO les moyens de distribuer les semences de riz et les outils pour le défrichement et la préparation de la terre.

"Dans la situation actuelle, il y a une petite chance. Si nous ne la saisissons pas d'ici le Nouvel An, nous perdrons une occasion en or d'aider un nombre considérable d'agriculteurs dans leur cheminement vers l'autosuffisance", a déclaré le représentant de la FAO.

Le Libéria est actuellement très dépendant de l'aide alimentaire. Cela restera le cas pour la plus grande partie de l'année prochaine.
Contact:
Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105